04/04/2016

Hécatombe parmi les dirigeants de l'Etat Islamique - 4 avril 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 4 avril   2016
Jean René Belliard a publié, dimanche 3 avril, une nouvelle newsletter accessible aux abonnés seulement. Vous trouverez  un extrait ci-dessous.
Pour vous abonner, demander des informations à
ptolemee@belliard74.com


Hécatombe parmi les dirigeants de l'Etat Islamique
L'Etat Islamique a perdu au cours des dernières semaines plusieurs de ses commandants dans des frappes de la coalition conduite par les Etats-Unis.
Le Tunisien Abou al-Haija est le dernier en date. Il a été tué, mercredi 30 mars dans une attaque de drone vraisemblablement menée par la coalition. Abou al-Haija avait été envoyé d'Irak vers la province d'Alep, sur ordre du chef de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi.
Comme on l'avait noté dans notre newsletter du 31 mars, il est évident que l'organisation jihadiste a été infiltrée, ce qui a permis l'élimination de plusieurs responsables de haut niveau au cours des dernières semaines.
Les services de sécurité de l'EI ont du arriver à la même conclusion car ils ont arrêté dans leur fief de Raqqa, samedi 2 avril, 35 de leurs membres dirigeants. Ils sont accusés d'avoir dévoilé la position d'Abou al-Haija. 15 d'entre eux  ont depuis été exécutés par les jihadistes.
Le sort de 20 autres demeure inconnu.
"Il s'agit du nombre le plus important d'exécutions de responsables de sécurité au sein de l'EI", a indiqué Abdel Rahmane, de l'OSDH.
Un nouveau dirigeant de l'EI tué en Irak
Le porte-parole de la coalition anti-EI conduite par les Etats-Unis a annoncé, dimanche 3 avril, avoir tué Djassim Khadijah. Ce Jihadiste est un ancien officier de l'armée de Saddam Hussein. Ce n'est pas un membre important de la hiérarchie de l'EI, mais il était considéré comme le responsable d'une attaque de la base de Makhmour dans le nord de l'Irak en mars 2016. Khadijah a été tué par une frappe de drone.
"C'était un spécialiste des roquettes, il a supervisé ces attaques", a déclaré le colonel de l'US Army Steve Warren à des journalistes, par allusion au bombardement de la base de Makhmour, située entre Kirkouk et Mossoul, dans lequel un "marine" avait trouvé la mort.

75% des Jihadistes "européens" présents en Syrie et Irak proviennent de 4 pays
Une nouvelle étude a révélé que plus de 75 pour cent des terroristes "européens" combattent en Syrie et en Irak viennent de quatre pays de l'UE.
Le rapport du Centre international pour la lutte contre le terrorisme indique que sur 3700 terroristes étrangers estimés, plus de 2800 sont des citoyens ou des résidents de l'Allemagne, de France, du Royaume-Uni et de Belgique. L'étude met l'Allemagne en haut de la liste avec le plus grand nombre de militants opérant dans les zones de guerre du Moyen-Orient. L'organisation basée à La Haye a soulevé l'alarme au sujet d'une menace potentielle que ces terroristes font peser sur l'Europe. L'étude affirme qu'une moyenne de 30% des Jihadistes "européens" sont retournés dans leur pays d'origine.
Vidéo (langue anglaise) :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=f7bde3558a27

Jean René Belliard

 

10:04 Publié dans Abou al-Haija, Abu Baker al-Baghdadi, Base de Makhmour, Etat Islamique, Irak, Kirkouk, Mossoul | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |

Commentaires

Les islamistes sont acculés en Syrie et en Irak, et ils se réfugient en Lybie, à l'abri des bombardements russes et des combattants Kurdes.
Y a -t-il un projet pour les traquer en Lubie?

Écrit par : Gong Ounophris | 05/04/2016

Les commentaires sont fermés.