09/03/2016

Les évènements de Ben Guerdane ne sont pas une surprise - 9 mars 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 9 mars  2016
Jean René Belliard publie une newsletter quotidienne accessible aux abonnés uniquement. Elle donne chaque jour un résumé des principaux évènements qui se déroulent au Moyen Orient et en Afrique du nord, rédigé à partir des informations réunies sur place par une quinzaine de correspondants. Ci-dessous, un extrait de la newsletter du 8 mars 2016 – Et beaucoup d’autres informations importantes dans la newsletter envoyée aux abonnés.
Pour vous abonner, demander des informations à
ptolemee@belliard74.com


Les évènements de Ben Guerdane ne sont pas une surprise
Les évènements violents qui ont lieu depuis quelques jours à Ben Guerdane ne peuvent pas être une surprise pour les autorités sécuritaires tunisiennes. On savait déjà que la Tunisie fournissait à l'Etat Islamique l'un des plus forts contingents de jihadistes au monde. A cela s'ajoutait la dégradation de la situation en Tunisie et la montée en puissance de l'Etat Islamique en Libye où de nombreux Islamistes tunisiens se trouvent précisément positionnés. Or, malgré les dénégations des autorités locales libyennes, l'Etat Islamique est bien implanté à l'est de la Libye comme en témoignent les récents combats qui ont opposé l'organisation jihadiste aux combattants de Fajr Libya (une coalition de milices soutenant le gouvernement de Tripoli) à Sabratha (70km à l'ouest de Tripoli).
La Tunisie avait annoncé la finalisation d'une barrière protectrice le long des 500 km de frontières avec la Libye. Mais on sait bien qu'aucune barrière n'a jamais empêché des combattants décidés de la franchir, surtout lorsqu'il s'agit d'un simple talus de sable. Et, de fait, les Jihadistes de l'EI n'ont eu aucun mal à la franchir pour gagner la ville de Ben Guerdane sans attirer l'attention des forces de sécurité tunisiennes.
La région de Ben Guerdane et le poste frontalier de Ras J'dir
Le district de Ben Guerdane compte 120.000 habitants répartis sur une superficie de 4720 Kilomètres carrés, dont 160 considérés comme zones escarpées.
Le poste frontalier de Ras J'dir est le principal poste situé sur les frontières séparant la Tunisie de la Libye, qui est de 500 kilomètres de long.
Ben Guerdane - une ville mythique pour les Jihadistes
Située à proximité immédiate de la frontière libyenne, Ben Guerdane est un point de passage traditionnel pour les Jihadistes tunisiens, africains du nord ou "européens" qui désirent rejoindre l'Etat Islamique en Libye. Elle occupe également une place importante dans l'imaginaire islamiste. Le célèbre jihadiste jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui, champion de la guerre sainte contre les Américains en Irak, n'avait-il pas déclaré, au moment de la bataille de Falloujah : « Une ville en Tunisie s'appelle Ben Guerdane. Si elle avait été près de Falloujah, elle aurait libéré l'Irak. »
Il faut s'attendre à beaucoup plus grave
Il faut s'attendre à une aggravation de la situation sécuritaire en Tunisie parce que le pays est actuellement fragilisé sur le plan économique, ce qui provoque un accroissement du chômage et de la précarité. Les attentats du musée du Bardo et de la station balnéaire de Sousse ont beaucoup contribué à cette aggravation en tarissant les revenus provenant du tourisme.
Par ailleurs, on estime à 5000 le nombre de Tunisiens partis faire le Jihad. Beaucoup ne sont pas forcément identifiés par les services de renseignement tunisiens. Ils peuvent donc, avec une simple carte d'identité ou un passeport tunisien, franchir les postes-frontières.
Et tous les candidats au Jihad tunisiens ne sont pas forcément partis en Libye ou au Moyen Orient. Un grand nombre se trouve toujours sur le sol tunisien. Ils se sont rasés la barbe et beaucoup sont passés dans la clandestinité. Il faut se souvenir qu'immédiatement après la "révolution de Jasmin", de 2011 à 2013, les autorités de l'époque, issues du parti Ennahda, proche des Frères Musulmans, faisaient preuve d'une grande tolérance vis-à-vis des jihadistes. Ceux-ci en ont profité pour recruter et mettre en place des trafics d'armements, notamment en provenance de Libye où le régime de Mouammar Kadhafi venait de s'effondrer, livrant le pays au chaos.
Il est possible que l'attaque de Ben Guerdane du 7 mars ait été le fait de combattants venus de Libye et d'Islamistes armés présents dans la région.
La situation va empirer car les Jihadistes tunisiens sont très déterminés
On a vu en Syrie et en Irak, comme en Libye, que les Jihadistes tunisiens étaient non seulement les plus nombreux mais également extrêmement déterminés. Ils ont souvent fait preuve d'une grande violence et de cruauté, provoquant même, ici ou là, des révoltes des populations locales.
Or, on sait que les Jihadistes tunisiens ont la ferme intention de transformer la Tunisie en terre de Jihad. C'est pourquoi, il faut s'attendre au pire dans les prochains mois, voire les prochaines semaines.

carte.png

Jean René Belliard

 

Les commentaires sont fermés.