02/03/2016

Syrie : La trêve tient toujours - malgré quelques violations - 2 mars 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 2 mars  2016
Jean René Belliard publie une newsletter quotidienne accessible aux abonnés uniquement. Elle donne chaque jour un résumé des principaux évènements qui se déroulent au Moyen Orient et en Afrique du nord, rédigé à partir des informations réunies sur place par une quinzaine de correspondants. Ci-dessous, un extrait de la newsletter du 1er mars 2016 – Et beaucoup d’autres informations importantes dans la newsletter envoyée aux abonnés.
Pour vous abonner, demander des informations à
ptolemee@belliard74.com


Syrie : La trêve tient toujours - malgré quelques violations
Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, a estimé que l'accord de "cessation des hostilités", négocié par les États-Unis et la Russie était globalement respecté, en dépit de quelques violations sur lesquelles se sont penchés les membres de la « task force » mise en place par le Groupe international de soutien à la Syrie (GISS) pour y veiller.
« En gros, la cessation des hostilités tient bon, bien que nous ayons connu quelques incidents. Mais la "task force" et tous les États membres du GISS veillent à ce que cela n'aille pas plus loin et faire en sorte que cette trêve se poursuive », a déclaré Ban Ki-Moon, qui s'exprimait avant la première réunion de cette « task force » depuis l'entrée en vigueur de la cessation des hostilités.
Russes et Américains prudemment optimistes
La Russie et les États-Unis se sont montrés prudemment optimistes sur l'avenir de la cessation des hostilités. « Les mesures principales ont été prises. Nous savions à l'avance que cela ne serait pas facile », a déclaré le Kremlin. « Les obstacles sont nombreux, mais c'est vraiment dans notre intérêt, et surtout dans celui du peuple syrien de donner une chance au processus », a dit un haut responsable américain.
La trêve devrait permettre la relance des discussions inter syriennes
Cette trêve devrait ouvrir la voie à une relance des discussions intersyriennes annoncée par l'émissaire de l'ONU, Staffan de Mistura, pour le 7 mars à Genève. Mais cela dépendra « de la façon dont la cessation des hostilités va tenir et aussi de l'aide humanitaire », a-t-il dit.
La Russie lance la piste du fédéralisme pour résoudre la crise syrienne
La Russie a avancé, lundi 29 février, la piste du fédéralisme pour trouver une issue politique à la guerre en Syrie. La Syrie, a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, pourrait devenir un État fédéral si ce système fonctionne dans le pays.
« Si des pourparlers, des consultations et des discussions sur les structures étatiques futures de la Syrie résultent l'avis que ce modèle fonctionnerait pour servir la préservation d'une Syrie unie, laïque, indépendante et souveraine, qui s'y opposerait ? », a-t-il dit.
Dans une interview parue en septembre 2015, le président syrien Bachar el-Assad n'avait pas exclu l'idée d'une solution fédérale.
La trêve mise à profit pour ravitailler les populations encerclées
Mettant à profit la trêve,  les équipes de l'ONU ont livré, lundi 29 février, de l'aide à l'une des villes assiégées de Syrie, pour la première fois depuis le début de la trêve. D'après le Croissant-Rouge syrien, une vingtaine de camions chargés de produits de nettoyage, de savons et de couvertures fournis par l'ONU sont entrés à Mouadamiyat el-Cham, une localité rebelle située au sud-ouest de Damas et encerclée par les forces du régime.
Quelques incidents lundi 29 février
L'accord de trêve entre les Russes, qui soutiennent le régime, et les Américains, qui soutiennent les rebelles non-Jihadistes, a été plusieurs fois violé, lundi 29 février. Les rebelles accusent l'aviation russe et celle du régime de les avoir bombardés, ce qu'a aussitôt démenti le MoD russe.
Il faut noter que l'accord de "cessation des hostilités" ne s'applique que dans les zones de combats entre le régime et les rebelles dits "modérés". Il ne concerne pas les groupes jihadistes de l'État islamique (Daech) et du Front al-Nosra. Or ces deux groupes et leurs alliés islamistes contrôlent plus de la moitié du territoire syrien.
L'exclusion du Front al-Nosra de l'accord ne rend pas son application facile, étant donné que les Jihadistes du Front al-Nosra sont souvent mêlés aux groupes rebelles dits "modérés" dans plusieurs régions.
Liste des incidents
À l'aube du lundi 29 février, des rebelles ont tiré des roquettes sur la partie pro régime de la ville d'Alep.
De leur côté, les avions russes ont bombardé une localité au sud de Hama où les rebelles sont pourtant majoritaires.
Dix frappes ont par ailleurs touché la partie de la ville de Deir ez-Zhor contrôlée par l'EI. En outre, l'artillerie turque a tiré sur des positions de l'EI dans le nord d'Alep, en coordination avec la coalition internationale.

Jean René Belliard

 

Les commentaires sont fermés.