10/02/2016

Pourquoi l'armée égyptienne n'arrive pas à venir à bout de l'Etat Islamique au Sinaï ? 10 février 2016

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 10 février  2016
Jean René Belliard publie une newsletter quotidienne accessible aux abonnés uniquement. Elle donne chaque jour un résumé des principaux évènements qui se déroulent au Moyen Orient et en Afrique du nord, rédigée à partir des informations réunies sur place par une quinzaine de correspondants. Ci-dessous, un extrait de la newsletter du 10 février 2016 – Et beaucoup d’autres informations importantes dans la newsletter envoyée aux abonnés.
Pour vous abonner, demander des informations à
ptolemee@belliard74.com


Pourquoi l'armée égyptienne n'arrive pas à venir à bout de l'Etat Islamique au Sinaï ?
Cela fait des mois que l'armée égyptienne cherche à éliminer la présence de Jihadistes affiliés à l'Etat Islamique au Sinaï. Et pourtant, malgré les opérations militaires intensives de l'armée égyptienne, les Jihadistes sont toujours présents dans le nord de la péninsule du Sinaï et sont toujours en mesure de mener de sanglantes attaques.
Le groupe Wilayat Sina'
Le groupe Wilayat Sina', qui a fait allégeance au calife auto-proclamé Abou Bakr al-Bagdadi et à son organisation Etat Islamique, maintient une force estimée entre 600 et 1200 combattants. Cette force islamiste a pour base les villages bédouins et les zones montagneuses dans le nord du Sinaï. Ils sont apparemment armés et formés par des Islamistes palestiniens de la bande de Gaza.
Cinq grandes opérations militaires n'ont pas éteint l'insurrection islamiste
Depuis 2011, plus de cinq grandes opérations militaires ont échoué à éradiquer la menace posée par les Jihadistes dans le Sinaï. Les critiques expliquent ce manque de succès par le fait que l'armée égyptienne continue de compter sur  l'artillerie et la puissance aérienne pour venir à bout des Jihadistes alors que ce sont des opérations contre-insurrectionnelles qui seraient nécessaires. 
La stratégie menée actuellement par l'armée d'isoler les zones Sheikh Zuweïd et de Rafah du reste de la péninsule du Sinaï a abouti à créer des zones hors contrôle sans présence permanente des forces de sécurité. Et cette stratégie de confinement n'a pas empêché les Jihadistes de cibler la ville d'al-Arish.
Les Jihadistes ciblent al-Arish
Alors que les combats se déroulaient  traditionnellement au niveau des villes de Rafah et Cheikh Zuweïd, les Jihadistes de Wilayat Sina' ont mis l'accent, ces trois derniers mois, sur la grande ville d'al-Arish, pourtant bien défendue par l'armée. 
Des attaques de plus en plus sophistiquées de la part des Islamistes
Les attaques sont devenues de plus en plus sophistiquées. Elles vont de bombes en bordure de route contre les convois (IED), à des assassinats ciblés de responsables de la police et jusqu'à des assauts coordonnés contre des postes de police situés en pleine ville.
Les Jihadistes sont entrés à al-Arish dans le flot des "déplacés" 
On pense que de nombreux Jihadistes sont entrés à al-Arish dans le flot des personnes déplacées de l'intérieur du pays (PDI) qui ont été forcées de quitter la zone de Rafah après que l'armée égyptienne ait établi une zone tampon à la frontière de Gaza.
"Méga attaques"
Les Jihadistes de Wilayat Sina' ont été en mesure de mener des attaques massives et très sanglantes à peu près tous les trois à six mois. Ces offensives, appelées «méga attaques» sont généralement précédées par une vague de petites attaques destinées à intimider la police et à sonder les défenses. Et on s'attend aujourd'hui à une nouvelle attaque de grande envergure dans la ville d'al-Arish.
Une situation sécuritaire difficile pour l'Egypte
L'insurrection islamiste dans la péninsule du Sinaï, même si elle semble éloignée du Caire, reste une grande menace pour la stabilité égyptienne. Elle oblige les forces de sécurité à déployer des ressources importantes pour la contenir alors que le pays a également besoin d'engager ses forces à la protection de sa frontière avec la Libye, dangereusement poreuse, à un moment où ce pays est en proie au chaos et à une présence de l'Etat Islamique en pleine croissance.

plan-3.jpg

 Jean René Belliard

 

Les commentaires sont fermés.