16/12/2015

Pourquoi les incidents navals entre Russes et Turcs peuvent déboucher sur une crise internationale ?

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 16 décembre 2015
Jean René Belliard, auteur de "Beyrouth, l'enfer des espions", publie une newsletter quotidienne accessible aux abonnés uniquement. Elle donne chaque jour un résumé des principaux évènements qui se déroulent au Moyen Orient et en Afrique du nord, rédigé à partir des informations réunies sur place par une quinzaine de correspondants. Ci-dessous, un extrait de la newsletter du 16 décembre  2015 – Et beaucoup d’autres informations importantes dans la newsletter envoyée aux abonnés.
Pour vous abonner, demander des informations à
ptolemee@belliard74.com


Pourquoi les incidents navals entre Russes et Turcs peuvent déboucher sur une crise internationale ?
(De notre correspondant de Beyrouth)
L''intervention russe en Syrie évolue vers un affrontement de plus en plus ouvert entre Moscou et Ankara. On savait que Russes et Turcs s'affrontaient pas proxies interposés, les Russes soutenant l'armée nationale syrienne et les Turcs la rébellion. C'est d'ailleurs la profusion de missiles antichars de fabrication américaine fournis par l'intermédiaire de la Turquie qui a mis en échec la première offensive des forces loyalistes au nord de la province de Hama.
La destruction d'un Sukhoï-24 provoque une vive tension entre Ankara et Moscou
Mais c'est la destruction d'un chasseur bombardier par deux F-16 turcs qui va mettre le feu aux poudres. Le président russe ne décolère plus contre l'affront subi par son armée. Il a aussitôt pris des mesures de représailles économiques et d'intimidation avec la ferme intention de nuire à la Turquie.  Et c'est sans doute, aussi, la raison de la brutale offensive de l'armée loyaliste contre les Turkmènes soutenus par Ankara.
La Turquie autorisée à fermer les détroits aux navires russes dans certains cas
Mais si la Russie peut nuire à la Turquie, Ankara n'est pas sans moyen de rétorsion. En particulier, il pourrait fermer les détroits turcs. Les navires russes traversent les détroits du Bosphore et des Dardanelles sans entrave depuis des décennies, mais en vertu de la Convention de Montreux de 1936, la Turquie a le droit de fermer les détroits en cas de guerre avec la Russie ou si elle se considère comme "menacée de danger imminent de guerre». Cela reviendrait à bloquer les navires russes dans la mer Noire, et à augmenter considérablement les difficultés pour Moscou de réapprovisionner ses forces en Syrie. La Turquie a déjà provoqué des «retards» pour les cargos russes traversant les détroits - un avertissement clair de la part d'Ankara.

Jean René Belliard

 

20:25 Publié dans Détroit des Dardanelles, Détroit du Bosphore, Russie, Turquie, Vladimir Poutine | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

Les commentaires sont fermés.