25/11/2015

Comment les Jihadistes de l'EI échappent aux bombardements aériens ?

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 25 novembre 2015
Jean René Belliard, auteur de "Beyrouth, l'enfer des espions", publie une newsletter quotidienne accessible aux abonnés uniquement. Elle donne chaque jour un résumé des principaux évènements qui se déroulent au Moyen Orient et en Afrique du nord, rédigé à partir des informations réunies sur place par une quinzaine de correspondants. Ci-dessous, un extrait de la newsletter du 25 novembre  2015 – Et beaucoup d’autres informations importantes dans la newsletter envoyée aux abonnés.
Pour vous abonner, demander des informations à
ptolemee@belliard74.com


Comment les Jihadistes de l'EI échappent aux bombardements aériens ? 
Les Peshmergas kurdes irakiens, qui ont repris le contrôle de la ville de Sinjar, ont fait une découverte intéressante qui nous permet de comprendre comment les Jihadistes se protégeaient des bombardements aériens. Sous la ville irakienne de Sinjar, un réseau de tunnels avait été creusé, avec des dortoirs et des dépôts d'armes. Le réseau était  électrifié et renforcé avec des sacs de sable. On a retrouvé des boîtes de munitions, des médicaments et des copies du Coran rangés sur des étagères.
Entre trente et quarante tunnels ont été découverts en dessous de la ville même de Sinjar.
Les tunnels permettaient aux  Jihadistes de se cacher des avions et des drones de la coalition et de pouvoir circuler sans danger d'un endroit à un autre de la ville, soit pour gagner leurs positions ou pour se fournir en munitions et en explosifs. Les entrées et sorties des tunnels avaient été aménagées à l'intérieur de maisons pour les camoufler.
Les tunnels avaient vraisemblablement été taillés dans la roche aux marteaux-piqueurs. Les tunnels étaient assez étroits et permettaient juste le passage d'un homme. Des sections entières avaient été renforcées par des rangées de sacs de sable contre les murs et des entretoises métalliques renforçaient les plafonds. L'électricité alimentait le système d'éclairage des tunnels qui disposaient également de ventilateurs. Une section du tunnel ressemblait à un dortoir avec des copies du Coran et des piles de couvertures et d'oreillers. Il y avait également un stock de médicaments - des analgésiques et des antibiotiques.
Dans une autre section du tunnel, se trouvait un stock de munitions, y compris des cartouches et des équipements pour la fabrication de bombes.
Les Jihadistes avaient commencé à creuser ces tunnels avant même le début des frappes aériennes de la coalition internationale menée par les Etats-Unis. Il est certain que de nombreux dirigeants de l'organisation islamiste avaient acquis une grande expérience des frappes américaines au cours de l'occupation de l'Irak par le contingent U.S. et ils ne pouvaient que les mettre à profit.

 

20:24 Publié dans Etat Islamique, Irak, Peshmerga, Sinjar | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |

Commentaires

Et bien les Russes utiliserons dorénavant des bombes perforantes et je ne vous dis pas en combien de morceaux on retrouvera les rats qui se seraient enfouis sous terre.

Écrit par : Johann | 25/11/2015

Les commentaires sont fermés.