05/11/2015

Les "Forces Démocratiques Syriennes" soutenues par les USA - 5 novembre 2015

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 5 novembre 2015
Jean René Belliard, auteur de "Beyrouth, l'enfer des espions", publie une newsletter quotidienne accessible aux abonnés uniquement. Elle donne chaque jour un résumé des principaux évènements qui se déroulent au Moyen Orient et en Afrique du nord, rédigé à partir des informations réunies sur place par une quinzaine de correspondants. Ci-dessous, un extrait de la newsletter du 5 novembre  2015 – Et beaucoup d’autres informations importantes dans la newsletter envoyée aux abonnés.
Pour vous abonner, demander des informations à
ptolemee@belliard74.com


Les "Forces Démocratiques Syriennes" soutenues par les USA 
Les Américains s'étaient faits l'écho, il y a quelques semaines, de la création d'une nouvelle coalition baptisée "Forces Démocratiques Syriennes" (FDS). Ces Forces regroupaient, au dire des Américains, divers mouvements rebelles considérés "fréquentables" par eux. Ces FDS comprenaient quelques unités arabes et des combattants kurdes des YPG.
L'ambiguïté demeurait néanmoins sur la nature réelle de ces FDS, soupçonnées d'être une manière camouflée pour les Américains d'apporter une assistance militaire aux forces kurdes sans s'attirer les foudres d'Ankara qui les considèrent comme des groupes "terroristes". C'était également le moyen d'apporter en toute discrétion un soutien matériel à des mouvements rebelles plus ou moins  islamistes, alors que Washington est régulièrement accusé par Téhéran, Bagdad et Damas d'être responsables de l'émergence de l'Etat Islamique.
Il semble que la nouvelle stratégie de Washington, qui est de soutenir cette coalition pompeusement baptisée de "Forces Démocratiques Syriennes", aient eu plus de succès que le plan précédent qui consistait à former en Turquie un groupe de rebelles triés sur le volet. On a déjà vu dans des newsletters précédentes comment ce plan pour lequel un budget de 500 millions de dollars avait été affecté, s'est terminé en un incroyable fiasco. Ce programme a, depuis, été abandonné.
Aujourd'hui, le Pentagone pavoise et revendique un succès pour cette nouvelle stratégie de lutte contre l'Etat Islamique :
"Les Forces démocratiques syriennes (FDS)" et leur "composante arabe", la Coalition arabe syrienne (CAS) ont "repoussé le groupe Etat islamique et regagné 255 kilomètres carrés de terrain", a indiqué le colonel Steve Warren, un porte-parole militaire américain s'exprimant par vidéoconférence depuis Bagdad.
Les gains territoriaux ont été réalisés dans le secteur d'al-Hol, dans le nord-est de la Syrie. L'offensive a été appuyée par 17 frappes aériennes par des A-10 et un AC-130, américains venus d'Incirlik en Turquie. Plus d'un millier de miliciens des FDS ont affronté plusieurs centaines de Jihadistes de l'Etat Islamique. A noter qu'un volontaire canadien qui combattait dans les rangs des FDS a été tué par une attaque kamikaze mercredi 4 novembre..
Il s'agit encore d'une petite avancée, mais "elle démontre la viabilité" du programme de soutien américain à la Coalition Arabe Syrienne, à laquelle des munitions avaient été parachutées le 12 octobre 2015 par des avions américains, a souligné le colonel Warren.
Les Etats-Unis sont "encouragés" par ce succès et veulent "le renforcer", a-t-il dit, laissant entendre que d'autres parachutages de munitions pourraient avoir lieu.
Les Etats-Unis veulent désormais se concentrer sur la fourniture d'équipements et le soutien à des groupes déjà existants, notamment en parachutant des munitions. Fini, le programme d'une sélection rigoureuse des combattants bénéficiant de l'assistance américaine, écartant tous ceux qui auraient des inclinations islamistes.
Le New York Times du mardi 3 novembre 2015, jette un doute, cependant,  sur la composition réelle des Forces Démocratiques Syriennes qui ont participé à l'offensive d'al-Hol. Pour le journal, "Presque toute la capacité de combat" des FDS "provient des milices kurdes", et non de groupes arabes.
Quand à l'appellation "Coalition Arabe Syrienne" désignant la composante arabe des FDS, et estimée par le Pentagone entre  4000 et 5.000 combattants, elle est une "invention américaine", selon le New York Times. 

Jean René Belliard

 

Les commentaires sont fermés.