22/10/2015

Le chef de Jeich al-Islam, Zahran Allouche pourrait avoir été tué par un raid russe

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 22 octobre 2015
Jean René Belliard, auteur de "Beyrouth, l'enfer des espions", publie une newsletter quotidienne accessible aux abonnés uniquement. Elle donne chaque jour un résumé des principaux évènements qui se déroulent au Moyen Orient et en Afrique du nord, rédigé à partir des informations réunies sur place par une quinzaine de correspondants. Ci-dessous, un extrait de la newsletter du 22 octobre  2015 – Et beaucoup d’autres informations importantes dans la newsletter envoyée aux abonnés.
Pour vous abonner, demander des informations à
ptolemee@belliard74.com


Le chef de Jeich al-Islam, Zahran Allouche pourrait avoir été tué par un raid russe
C'est ainsi que le QG de la brigade Omar, dans la Ghouta orientale, a été bombardée. On ignore le sort de Zahran Allouche, le commandant de Jeich al-Islam, une puissante brigade d'obédience islamiste wahhabite soutenue par l'Arabie saoudite, la Turquie et la Jordanie. On ne sait pas si Allouche est encore en vie ou blessé car, jusqu'à présent, on ne l'a pas encore retrouvé dans les décombres du QG bombardé. On ne sait même pas s'il était présent au moment de la frappe aérienne. Si la perte de Zahran Allouche est confirmée, il sera difficile de lui trouver un remplaçant car le commandant de Jeich al-Islam avait réussi à nouer d'étroites relations avec Erdogan et le roi Abdallah II de Jordanie ainsi qu'avec la monarchie saoudite.
Le raid contre le chef de Jeich al-Islam, s'il est confirmé, va également lancer une onde de choc pour tous les dirigeants rebelles qui devront désormais être plus vigilants pour ne pas révéler leur position et cesser d'utiliser des moyens de télécommunication.
Car la question est de savoir comment les bombardiers russes ont pu identifier la cible et la détruire. Ceci suppose, soit des moyens d'observation au sol, soit des renseignements, soit un repérage électronique.
Le bombardement du QG de la brigade Omar et la disparition de commandants de la brigade pourrait ouvrir la voie à une offensive de l'armée syrienne dans la Ghouta orientale.
Un avion russe a survolé le secteur sans le bombarder, peu après le raid, sans doute pour observer les résultats de la frappe aérienne.

Et beaucoup d'autres informations dans la newsletter du 22 octobre envoyée aux abonnés

Jean René Belliard

 

Les commentaires sont fermés.