27/09/2015

Le général Toufik, ancien chef de la DRS algérienne donne les raisons de son départ

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 27 septembre 2015
Jean René Belliard, auteur de "Beyrouth, l'enfer des espions", publie une newsletter quotidienne accessible aux abonnés uniquement. Elle donne chaque jour un résumé des principaux évènements qui se déroulent au Moyen Orient et en Afrique du nord, rédigé à partir des informations réunies sur place par une quinzaine de correspondants. Ci-dessous un extrait de la newsletter du 27 septembre 2015.
Pour vous abonner, demander des informations à
ptolemee@belliard74.com


Le général Toufik, ancien chef de la DRS donne les raisons de son départ
Le général Mohamed Lamine Mediene, alias Toufik, l'ex-patron du renseignement algérien, a fait des révélations à des «proches» sur les raisons de son départ de la DRS, le 13 septembre 2015.
«C'est moi qui ai choisi de partir», a précisé l'ex-patron du Département du renseignement et de la sécurité, DRS, dans une première révélation rapportée par le site algérien d'information en continu «Analgeria».general_toufik.jpg
Cette déclaration de Toufik apporte un sérieux démenti aux affirmations de la présidence algérienne qui, dans un communiqué diffusé le 13 septembre, expliquaient que le général-major avait été «mis à la retraite» après 25 ans de service à la tête du tout-puissant Département du renseignement et de la sécurité (DRS).
"Il n'y a plus d'Etat algérien"
Le général Toufik donne les raisons de son départ : «Il n'y a plus d'Etat algérien».
Il explique : Le «destin de l'Algérie est aujourd'hui entre les mains de personnes différentes, de surcroît indignes de confiance». Il poursuit : «Pas de président présent par son corps et son esprit, ni de Conseil constitutionnel à l'abri des interférences et des pressions, ni de ministre des Affaires étrangères aux prérogatives bien délimitées par la loi, encore moins de Parlement pour contrôler l'argent du peuple».
Rappelons que le président algérien assure toujours les fonctions présidentielles, malgré un AVC qui lui a fait perdre toute mobilité physique.
Toufik annonce "un printemps algérien"
Voilà qui aurait ouvert la voie, toujours selon le général Toufik, aux ingérences étrangères dans les affaires intérieures de l'Algérie. Un «Printemps algérien» serait dans l'air, insinue-t-il, en affirmant que le peuple algérien est impitoyable et que celui qui se mettra à contre-courant de ses aspirations finira par connaître le même sort subi par les présidents de «régimes arabes ayant disparu, depuis, de la carte».

Jean René Belliard

 

19:07 Publié dans Abdelaziz Bouteflika, Algérie, DRS, Mediene Mohamed | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

Les commentaires sont fermés.