15/09/2015

Qassem Soleimani - commandant de l'unité al-Qods - à Moscou

Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 11 septembre 2015
Jean René Belliard, auteur de "Beyrouth, l'enfer des espions", publie une newsletter quotidienne accessible aux abonnés uniquement. Elle donne chaque jour un résumé des principaux évènements qui se déroulent au Moyen Orient et en Afrique du nord, rédigé à partir des informations réunies sur place par une quinzaine de correspondants. Ci-dessous un extrait de la newsletter du 15 septembre 2015
Pour vous abonner, demander des informations à
ptolemee@belliard74.com


Qassem Soleimani - commandant de l'unité al-Qods - à Moscou
rapporté dans son édition du 15 septembre que le général iranien Qassem Soleimani (photo ci-dessous) - commandant de l'unité al-Qods, l'unité d'élite du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) - s'était rendu à Moscou pour la deuxième fois en deux mois. Rappelons que le journal as-Safir est lié au Hezbollah et bénéficie de sources fiables à Téhéran. Rappelons également qu'en août, la chaîne américaine Fox News avait rapporté que le général Soleimani avait visité Moscou en juillet et avait été reçu par le président russe Vladimir Poutine et le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou. Le Kremlin avait catégoriquement démenti ces informations à l'époque.russie_suleimani.jpg
Selon l'éditorial, as-Safir, le général Soleimani aurait visité Moscou une seconde fois pour coordonner les efforts de la Russie et de l'Iran pour sauver le régime de Bachar al-Assad et organiser la lutte contre l'Etat islamique. Ils ont probablement discuté de la création d'une base militaire russe à Lattaquié, ajoute al-Safir.
L'installation de l'armée russe à Lattaquié achevée le 24 septembre
Le journal libanais indique également que l'installation des forces militaires russes à Lattaquié devrait être achevée le 24 septembre, et qu'une étroite coopération serait mise en place entre Téhéran, Damas et Moscou pour coordonner les actions militaires en Syrie.
Contrer l'Arabie saoudite, la Jordanie et les Etats-Unis en Syrie
L'article mentionne également la visite à Téhéran, le 4 août,  du ministre adjoint des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, qui est le représentant autorisé du président russe au Moyen-Orient.
Les discussions portaient sur les moyens à mettre en œuvre pour contrer les tentatives de l'Arabie saoudite et de la Jordanie, en coordination avec les Etats-Unis, d'influencer la situation en Syrie pour mettre fin au régime de Bachar al-Assad.

Ci-dessous photo satellite de l'aéroport aménagé par l'armée russe :

aéroport russe.png


L'armée russe pourrait attaquer jeich al-Fateh sous prétexte de viser des Tchétchènes
As-Safir écrit que l'armée russe ne va pas se limiter à des attaques contre les Jihadistes de l'Etat islamique en Syrie. La "banque des cibles" va très vite s'élargir aux  Tchétchènes et d'autres et autres miliciens du Caucase venus combattre dans les rangs des rebelles  en passant par la Turquie. Cela inclut les Islamistes du Caucase qui se battent au sein du Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie), une organisation jihadiste qui coopère avec Jeich al-Fateh (l'armée de la conquête) et qui participe aux combats contre les forces loyalistes ou l'Etat Islamique.
700 o 800 soldats russes au nord de la province de Lattaquié
700 à 800 soldats russes supplémentaires se trouveraient depuis peu au nord de la province de Lattaquié, éventuellement pour protéger la région de Lattaquié, où les bases russes sont en cours d'aménagement, d'une progression des forces rebelles. On pourrait donc assister très prochainement à un affrontement direct entre soldats russes et rebelles de Jeich al-Fateh si ceux-ci poursuivent leur progression. Cette éventualité est d'autant plus plausible qu'il semble que les troupes fidèles à Bachar al-Assad n'offrent qu'une faible résistance, comme si elles avaient décidé de provoquer précisément un engagement des troupes russes sur le terrain.
Huit hélicoptères Mi-28 "Night Hunter"
Le journal affirme que, des hélicoptères d'attaque Mi-28 "Night Hunter", armés de roquettes antichars "Shturm" et "Ataka" seront fournis par la Russie à l'armée syrienne dans un proche avenir. As-Safir indique que Damas attend 20 hélicoptères de ce type. Les Russes se sont engagés à livrer huit Mi-28 à la Syrie dans les prochains mois. Les instructeurs russes seraient déjà arrivés à Lattaquié pour former les pilotes syriens de ces hélicoptères.
Lundi 14 septembre, on avait déjà signalé la présence à proximité de Lattaquié d'au moins sept chars russes T-90 "Vladimir" et de pièces d'artillerie.
Vidéo (très intéressante) de l'armée russe à l'entraînement en Syrie :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Jean René Belliard

 

 

18:46 Publié dans Lattaquié, Qasem Souleimani, Russie, Sergueï Lavrov | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |

Commentaires

Dommage que l'Occident, c'est-à-dire les Américains, n'aient pas compris (ou bien se sont accommodés du fait) que la Russie serait le meilleur rempart contre l'islamisme qui risque, à terme, de coloniser toute l'Europe. Elle a pourtant démontré sa volonté de le faire dans son propre domaine, en Tchétchénie notamment.
C'est dans l'intérêt du pays de Catherine le Grande, de Tolstoï et de Putin (eh oui, nous sommes dans le présent) que de lutter contre la prolifération de l'Islam extrémiste, donc en particulier sunnite, et c'est la raison pour laquelle il est prêt à collaborer avec l'Iran et à maintenir Assad au pouvoir, tant qu'il restera nécessaire ou du moins utile.
Se figer dans une attitude de guerre froide est totalement stupide. A moins qu'un calcul ait été fait selon lequel la collaboration financière et économique avec une Europe islamisée rapporterait de toute manière plus, ou du moins autant, que la collaboration avec une Russie détestée (n'a-t-elle pas été communiste, pêché absolu pour les Américains).
De plus, la prétention intellectuelle des Européens, de même qu'une certaine tendance à favoriser les valeurs non économiques et commerciales, méritent bien qu'on leur rabaisse le caquet. Et tant pis si ce n'est plus que dans la littérature et le cinéma que les Américains pourront encore visiter, dans l'avenir, le Paris de Hemingway et de "Un Américain à Paris", qui aura disparu au profit de celui des mosquées et des minarets.

Écrit par : Mère-Grand | 16/09/2015

Les commentaires sont fermés.