17/08/2015

17 août 2015 - Newsletter sur le Moyen Orient et l'Afrique du nord

Chers lecteurs
Vous êtes peut être revenus de vacances et désirez désormais vous tenir informés des évènements qui secouent le monde, et notamment le Moyen Orient et l'Afrique du nord.
Vous trouverez à titre d'exemple les sujets traités dans la newsletter (quasi-quotidienne) du 17 août 2015. Deux des articles sont laissés libres pour que vous puissiez vous faire une opinion des renseignements et analyses qu'elle contient.
Vous aussi, vous pouvez vous abonner
- Soit en envoyant un chèque à
Jean René Belliard
50, avenue du Parmelan
74000 Annecy
- Soit en écrivant à :
ptolemee@belliard74.com
Tarif
Le tarif des abonnements est de 100€ pour un an ou de 60€ pour six mois.
Attention : Tout abonnement pris actuellement sera considéré, à titre commercial, comme un abonnement à partir du mois de septembre.

En espérant vous compter bientôt au nombre de mes lecteurs assidus,
Cordialement
Jean René Belliard


Thèmes abordés dans la newsletter du 17 août 2015

- Irak : Nouvelle offensive de l'Etat Islamique - article réservé aux abonnés de la newsletter
- Israël : Nouvelle attaque - article réservé aux abonnés de la newsletter
- Liban : l'Etat Islamique s'empare d'une zone frontière - article réservé aux abonnés de la newsletter
- Syrie : le bombardement de Douma - article réservé aux abonnés de la newsletter
- Syrie : Le sort de la province de Lattaquié - article de démonstration
- Syrie : Dernières nouvelles des différents fronts - article réservé aux abonnés de la newsletter
- Turquie : Dernières nouvelles de la guerre avec le PKK - article réservé aux abonnés de la newsletter.
- Turquie : Menaces de l'Etat Islamique - article réservé aux abonnés de la newsletter
- Yémen : les forces loyalistes progressent à Taëz - article de démonstration

Front syrien

Province de Lattaquié (place-forte des Alaouites)
Récemment, Jeich al Fateh (l'armée de la conquête)  a progressé à l'intérieur de la province de Lattaquié au point de provoquer l'inquiétude au sein de la population alaouite dont la province est le "homeland". 
 Le contrôle de cette province est vital pour Bachar al-Assad, mais celui-ci n'arrive pas à se résoudre à concentrer ses forces pour défendre cette région stratégique pour le pouvoir ainsi que les autres secteurs considérés par les Iraniens qui le conseillent comme la "Syrie utile".  Or, il y a d'autant plus urgence qu'il devient évident que le pouvoir souffre d'une grave pénurie de troupes. Les victoires annoncées ici ou là sont la plupart du temps sans lendemain et précèdent des effondrements brutaux dans d'autres secteurs. L'affaiblissement des forces loyalistes n'a pas échappé aux rebelles qui profitent de l'opportunité pour mener des assauts dans de nombreuses régions, du nord au sud du pays.
Iraniens et Chiites libanais vont devoir de plus en plus s'impliquer dans la défense du pouvoir
Le commandement du front nord est déjà pris en charge par un officier supérieur iranien et des renforts iraniens seraient attendus dans la région. Quant au Hezbollah, même s'il maintient une présence dans la région, il est fort peu probable qu'il envoie plus de miliciens car cela risquerait d'augmenter le nombre déjà important de ses pertes. Pour l'instant, la milice chiite libanaise est surtout active aux frontières libano-syriennes.
Rebelles et Jihadistes unis dans une même offensive en 2013
Le front de la province de Lattaquié a été ouvert en 2013, lorsqu'une coalition de groupes rebelles a lancé une offensive. Ce groupe rebelle était constitué d'éléments de l'Armée syrienne libre et de membres du Front al-Nosra. Les Islamistes ont pris en charge le gros de cette offensive de 2013.  Outre le Front al-Nosra, il y avait le groupe Junud Al Sham (un groupe de Jihadistes essentiellement tchétchènes), Ahrar al Cham, Harakat Cham al-Islam (un groupe fondé par des détenus de Guantanamo libérés). L'État islamique a également participé à cette attaque car c'était une époque ou les relations étaient encore bonnes entre l'EI et le reste de l'opposition.
Plusieurs villages alaouites ont été occupés, ce qui a donné lieu à des accusations de massacres de civils par les Jihadistes du Front al-Nosra.
L'armée loyaliste a cependant réussi à  reprendre la plupart des villages mais n'est pas parvenue à éliminer totalement la présence des rebelles dans la province de Lattaquié.
2014 : Qassab
Une nouvelle offensive a eu lieu en 2014 contre Qassab, au nord de la province, à la frontière turque. Elle a souvent été présentée par les médias officiels syriens comme une offensive islamiste contre des localités chrétiennes. Là encore, c'est le Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie) qui a mené le gros de l'offensive. Mais on a également noté la présence d'éléments du Front islamique, une formation pro-saoudienne.
L'Armée Syrienne Libre a été peu impliquée dans l'opération contre Qassab, les relations entre l'ASL et la rébellion syrienne de tendance islamique étant mauvaises à l'époque, en particulier dans le nord de la Syrie. Certaines brigades de l'ASL ont affirmé qu'elles n'avaient pas été informées de l'offensive par les groupes jihadistes et qu'elles n'avaient pas été autorisées à passer par la Turquie pour entrer dans la province de Lattaquié alors qu'Ankara semblait avoir autorisé des groupes Islamistes à le faire.
Une fois de plus, les Tchétchènes ont joué un rôle très important dans les combats. Cette offensive a également vu la Force aérienne turque abattre un avion de l'armée de l'air syrienne sous le prétexte qu'il avait violé l'espace aérien turc.
La bataille la plus célèbre a eu lieu sur "la colline 45" qui a changé de mains plusieurs fois, avant d'être finalement reprise par l'armée syrienne et les forces nationales de défense (milice syrienne qui soutient le pourvoir de Bachar al-Assad). Le Hezbollah a également fourni des conseillers à l'armée syrienne lors de cette bataille.
2015
L'offensive de 2015 est la première à connaître un succès de la rébellion au-delà des régions où la population sunnite est majoritaire. Ceci est la suite logique des succès militaires remportés par la coalition rebelle Jeich al-Fateh (l'armée de la conquête) dans la province d'Edleb. La prise de la province d'Edleb par Jeich al-Fateh a permis à la rébellion de disposer d'un centre opérationnel stable pour lancer ses attaques contre la province de Lattaquié. Le pouvoir a du mal à résister car il est également obligé de faire face à une offensive rebelle dans la province de Deraa, à défendre Alep des rebelles et de l'Etat Islamique, de protéger Damas et cela commence à peser sur l'état physique et le moral des troupes.
La bataille qui se déroule actuellement dans la plaine d'al-Ghab est d'une importance cruciale. Le contrôle de cette zone permettrait à la rébellion de couper une voie de ravitaillement à la fois de Hama et  de la ville de Lattaquié. 
Les collines de Lattaquié sont particulièrement bien adaptées pour l'utilisation de missiles antichars TOW fournis par les Etats-Unis  et il sera extrêmement difficile à l'armée syrienne loyaliste de déloger les groupes rebelles retranchés dans les montagnes. Il semble que la rébellion soit désormais installée de façon permanente dans la province de Lattaquié.
Les Iraniens de plus en plus impliqués pour défendre "la Syrie utile"
Les Iraniens, qui veulent défendre le pouvoir de Bachar al-Assad pour des questions de stratégie internationale, sont inquiets devant la dégradation de l'armée syrienne et ont commencé, depuis l'offensive de 2015 de la rébellion, à engager des troupes de plus en plus nombreuses sur le terrain. Il ne s'agit plus seulement de conseillers mais de forces combattantes. Cela pose un réel problème pour le pouvoir syrien qui apparait de plus en plus comme la marionnette de Téhéran et risque de perdre ses derniers partisans au sein de la population sunnite hostile aux islamistes.
Les Alaouites n'ont plus le moral
L'esprit qui régnait dans la province de Lattaquié et qui a permis au pouvoir de s'asseoir sur un soutien populaire semble également avoir disparu en raison des pertes importantes subies par les jeunes de la communauté alaouite présents sur tous les fronts à travers la Syrie. Et l'assassinat d'un officier supérieur de l'armée de l'air, membre de la communauté alaouite, par un petit cousin de Bachar al-Assad a encore contribué à dégrader les relations entre la communauté alaouite et le clan Assad.
Vidéo de la première division côtière de l'ASL :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Vidéo : La première division côtière de l'ASL retranchée sur la colline de Cheikh Muhammad (province de Lattaquié) détruit un char de l'AAS à l'aide d'un missile anti-char TOW :
https://www.youtube.com/watch?v=3hS09rIZaMo&feature=p...
Vidéo de la bataille d'Anfal (province de Lattaquié) :
https://www.youtube.com/watch?v=ECMQJpMfUL0&feature=p...

Yémen
Les forces loyalistes avancent à Taëz
Les forces progouvernementales au Yémen ont enregistré des avancées significatives face aux rebelles chiites houthis dans la ville de Taëz, présentée comme une porte d'entrée vers la capitale Sanaa sous contrôle rebelle depuis près d'un an.
Les Comités de résistance populaires, force loyale au président Abd Rabbo Mansour Hadi, se sont emparés de plusieurs secteurs stratégiques dans le centre de Taëz, troisième ville du pays.
Aux dernières nouvelles, les rebelles contrôlaient toujours les entrées de Taëz, notamment celle à l'est qui mène à la capitale Sanaa.
Violents combats
De violents combats se déroulent actuellement autour du palais présidentiel et du camp des forces de sécurité, situé non loin et tenu par les rebelles. Ils auraient fait plus de 50 morts parmi les rebelles chiites et 31 du côté des forces loyalistes ces dernières 24 heures.
Vendredi, les forces loyalistes avaient déjà repris le contrôle de plusieurs secteurs stratégiques du centre de Taëz tenus jusque-là par les rebelles dans cette ville, notamment le quartier général de la défense civile, selon le site gouvernemental Sabawa.net.
Les rebelles contrôleraient toujours cependant les entrées de la ville, notamment celle à l'est qui mène à la capitale Sanaa
Bombardements de la coalition arabe
Les avions de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, qui aident depuis mars 2015 les forces fidèles au président Hadi avec des frappes aériennes contre les rebelles, ont mené plusieurs raids à Taëz dimanche matin 16 août.
Vendredi 14 août, les forces loyalistes avaient déjà repris le contrôle de plusieurs bâtiments tenus par les rebelles chiites dans la ville, notamment le quartier général de la défense civile.
Cinq provinces du sud repris par les partisans du pouvoir
Depuis la mi-juillet, les forces loyalistes ont repris aux rebelles chiites zaïdites, originaires du nord du Yémen et soutenus par l'Iran, cinq provinces du sud, en premier lieu celle d'Aden, deuxième ville du pays.
4400 morts depuis le début du conflit
Le conflit au Yémen a fait depuis mars 2015 près de 4.400 morts et des milliers de blessés, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Jean René Belliard

 

Les commentaires sont fermés.