28/06/2015

28 juin 2015 : Blog de Jean René Belliard sur le Moyen Orient

L'Etat islamique est en train de se répandre dans le monde musulman à grande vitesse. On ne compte plus les groupes islamistes qui font allégeance à l'Etat Islamique. Cela fait peur et bouleverse les lignes de fracture géopolitiques. Chacun cherche à contrer l'influence grandissante de cette organisation qui choque par ses méthodes brutales. De nouvelles alliances se créent pour affronter les Jihadistes de l'apocalypse. L'affrontement entre deux conceptions de la vie sur terre prend de plus en plus l'aspect d'une guerre mondiale tant sont nombreux les pays affectés par ce qu'il faudra finir par appeler un soulèvement jihadiste contre le reste du monde.


Irak

Bataille de Baiji
Les combats semblent devoir se poursuivre éternellement entre l'armée irakienne, aidée par les milices chiites et les Jihadistes de l'Etat Islamique.
Les forces paramilitaires irakiennes ont mis en ligne, le 27 juin, cette vidéo montrant les combats
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=u_1MKdvMTwo
Ou encore cette vidéo de propagande mise en ligne le 27 juin par le Hezbollah irakien (milice chiite) sur les combats de Baiji :
https://www.youtube.com/watch?v=1V3117qpexY&feature=player_Embedded

Autorité Palestinienne (AP)

Attaque manquée contre une ambulance près de Bethléem
Dans la nuit du samedi 27 au dimanche 28 juin, une tentative d'attaque contre une ambulance de "Magen David Adom" a eu lieu près de la colonie Beit El, située dans le quartier de Benjamin, au nord de Ramallah. Rappelons que Ramallah est la capitale administrative de l'Autorité Palestinienne. Elle est située au centre de la Cisjordanie.
Des inconnus ont tiré sur l'ambulance, atteignant le véhicule sans faire de victimes. Les assaillants ont réussi à prendre la fuite. L'armée israélienne passe la région au peigne fin pour tenter de les retrouver.
 
L'Etat Islamique modifie les lignes de fracture
L'Etat Islamique fait peur. On signale aujourd'hui le ralliement de groupuscules islamistes au califat islamique un peu partout dans le monde musulman et notamment en Cisjordanie et à Gaza. Même Israël a modifié son attitude vis-à-vis de son archi-ennemi, le Hamas. Pour la première fois dans l'histoire des relations entre l'Etat hébreu et l'organisation islamiste, l'armée de l'air israélienne s'est abstenue de bombarder des cibles du Hamas lors du dernier tir d'une roquette sur le sud d'Israël à partir du territoire de Gaza.
Pour les Palestiniens, la progression de l'Etat Islamique dans la région fait apparaître l'urgence de s'unir. Or, la question est de savoir s'ils peuvent réussir à former un gouvernement d'unité nationale ou si les organisations qui contrôlent Gaza continueront de faire bande à part et formeront leur propre gouvernement d'union.
L'Autorité Palestinienne a fait un geste en direction des organisations islamistes implantées à Gaza. Des négociations ont débuté entre l'Autorité palestinienne, le Hamas et le Jihad islamique en vue de former un gouvernement d'unité nationale. C'est ce qu'a déclaré Hanna Amira, un membre du Comité exécutif de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP).
Bien sûr, les négociations peuvent échouer, d'autant plus que les premières discussions avec le Hamas sont dans l'impasse, le Hamas refusant une participation de l'OLP à un futur gouvernement. Par ailleurs, le Djihad islamique et le Front Démocratique pour la Libération de la Palestine" (FDLP) refusent pour l'instant de rejoindre un éventuel gouvernement d'unité nationale . Le chef du FDLP, Qais Abdel Karim, a annoncé qu'il se dirigeait vers la mise en place de leur propre gouvernement et avait déjà consulté les dirigeants du Hamas et du Jihad islamique sur cette question.
Hanna Amira, de l'OLP, a ajouté que dans le cas d'un échec des négociations avec le Hamas et le Jihad islamique, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, pourrait former un gouvernement sur une base alternative.

Koweït

L'attentat contre la mosquée chiite koweïtienne (suite)
L'attaque sanglante contre une mosquée chiite à Koweït city a été commis par un jihadiste saoudien. Le Kamikaze avait atterri à l'aéroport de Koweït city tôt le vendredi matin, c'est-à-dire le jour de l'attentat.
Dans un communiqué diffusé par l'agence officielle KUNA, le ministère a identifié le kamikaze comme Fahd Souleimane Abdel Mohsen al-Qabaa. L'attentat a été revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

suicidaire_saoudien.jpgSouleimane Abdel Mohsen al-Qabaa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Liban

Attentat à la voiture piégée avortée à Beyrouth
Le département de la sureté générale libanaise a arrêté deux personnes qui planifiaient de faire exploser une voiture dans la région de Beyrouth. L'attentat aurait été commandité par un "émir" (commandant) de l'Etat Islamique dans le Qalamoun. 
Selon l'agence officielle libanaise ANI, la Sureté Générale a remis T.A.K. et M.H.A. au parquet militaire, après les avoir arrêtés.

Libye

Syrte
Les Jihadistes de l'Etat Islamique, localement appelés "soldats du Khilafa" patrouillent dans les rues de la ville comme le montre cette photo :

Miliciens de l'EI à Syrte.jpgJihadistes de l'EI dans les rues de Syrte

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tunisie

Le frère d'un membre de l'Etat Islamique à Tripoli (Libye) recherché en Tunisie
Le ministère de l'Intérieur tunisien a commencé par se tromper en lançant un avis de recherche contre Brabaesh, un membre de l'EI à Tripoli (Libye), pensant qu'il était entré sur le territoire tunisien. En fait, il s'agit de son frère qui est également recherché.

Braebesh.jpg

Brabaesh

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Front yéménite

Un garde-frontière saoudien tué à la frontière saoudo-yéménite
Un garde-frontière saoudien a été tué par des tirs de roquettes tirées par les miliciens chiites d'Ansarullah depuis le Yémen. C'et ce qu'a indiqué, dimanche 28 juin, le ministère de l'Intérieur.
Les tirs contre des gardes-frontières, qui ont également fait un blessé, se sont produits samedi 27 juin dans le secteur de Jizan (frontière entre l'Arabie saoudite et le Yémen). 
Au moins 44 personnes, des militaires et des civils, ont trouvé la mort depuis la fin mars 2015 dans les échanges d'artillerie et de roquettes dans la zone frontalière entre les deux pays. 

Jean René Belliard

 

Les commentaires sont fermés.