07/06/2015

7 juin 2015 – Les guerres du Proche Orient et d’Afrique du Nord

L'Algérie vient de connaître deux attaques d'al-Qaïda au Maghreb Islamique en quelques jours.


Algérie

AQMI
Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a revendiqué deux attaques menées contre l'armée et les forces de sécurité algériennes au cours desquelles au moins cinq personnes ont trouvé la mort.
La première attaque, qui a eu lieu la semaine dernière, a couté la vie à quatre membres d'une milice d'auto-défense. La seconde a causé la mort d'un colonel de l'armée algérienne et blessé deux autres personnes.
Les deux attaques ont été menées près de Batna, à 500 kilomètres environ à l'est d'Alger.

Front irakien

Nord de Bagdad
Au moins quinze personnes ont été tuées et 37 autres blessées, dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7 juin, dans un attentat suicide mené à l'aide d'une voiture piégée devant des restaurants à l’entrée de la ville de Baladruz située à 65km au nord-est de Bagdad. ont rapporté dimanche des sources policières et locales.
L'EI, qui a revendiqué l'attentat sur des sites jihadistes, affirme que l'une des personnes tuées était un membre d'une unité de contre-terrorisme de la police irakienne.

Baiji
La guerre civile qui ravage l’Irak pourrait bien suivre la même évolution qu’en Syrie. Dans les deux pays, l’armée nationale s’épuise à courir d’un secteur à l’autre pour reprendre les positions perdues que ses adversaires reprennent un peu plus tard. Le dernier exemple en date est la ville de Baiji et la raffinerie voisine. Alors que l’armée irakienne, aidée par les milices chiites, avait réussi, en 2014, à reprendre la ville des mains des Jihadistes de l’Etat Islamique, elle se trouve dans l’obligation de tenter de la reconquérir une seconde fois. Il semble que les forces irakiennes aient progressé vers le centre mais les combats se poursuivent et il n’est pas certain que l’armée, qui doit faire face à de multiples batailles, soit en mesure de la conserver. Il faudrait pour cela confier l’occupation de villes et de villages sunnites aux miliciens chiites, ce qui aggraverait le conflit sunnite-chiite qui est à l’origine de la situation dramatique dans laquelle se trouve l’Irak aujourd’hui.
Ce que l’on sait, c’est que les soldats irakiens sont parvenus au centre de la ville ce dimanche 7 juin en milieu de matinée et les combats se déplaceraient vers les quartiers nord de la ville.
Des combats ont également lieu pour le contrôle de la raffinerie de Baiji, la principale raffinerie du pays qui produisait avant le conflit 300.000 barils par jour de produits raffinés. La raffinerie couvrait alors la moitié des besoins du pays.

Ramadi
Les combats entre les militants de l’Etat Islamique et l'armée irakienne assistée par les miliciens chiites, se poursuivent actuellement à 5 kilomètres de la ville. , les transporteurs de troupes blindés de l'armée irakienne et miliciens chiites ont ouvert le feu sur des cas présumés militants.
Vidéo :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=45c784ef8de3

Front syrien

Alep
Routine à Alep – bombardements et tirs de snipers.
- Cette vidéo, mise en ligne par la brigade Noureddine Zanki, montre des tirs de mortiers sur les positions tenues par le pouvoir :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=1031271aa0ec
- Deuxième vidéo mise en ligne par le Jabhat al-Shamiya (le Front du Levant) -  très impressionnante :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=357ebf06ef79
- Vidéo mise en ligne par le régiment 16 :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=af49cd894dff
- Autre vidéo du régiment 16 :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=9c1457b4b092
- La vieille ville d’Alep après un bombardement aérien (terrible !) :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=63b02dafdc7c

Hassaké
La ville de Hassaké, dont une partie est contrôlée par l’Armée Arabe Syrienne et l’autre partie par les miliciens kurdes de l’YPG, est depuis le 30 mai la cible d’une offensive de grande envergure de l’Etat Islamique. Or, jusqu’à ce dimanche 7 juin, les combattants kurdes s’étaient abstenus de participer à la bataille contre l’EI, laissant l’armée loyaliste seule aux prises avec les Jihadistes.
La situation a brutalement changé samedi 6 juin dans la soirée lorsque les Kurdes se sont lancés dans la bataille, attaquant les Jihadistes à partir de leurs quartiers situés à l’ouest de la ville. Il faut dire que les dignitaires de la ville s’étaient montrés très critiques de l’attitude des miliciens de l’YPG qui étaient restés l’armé au pied. Finalement, les Kurdes ont accepté de participer à la défense de la ville après avoir reçu l’engagement qu’ils seraient considérés comme une force principale et non pas une force d’appoint.
Du coup, les Jihadistes de l’EI qui se trouvaient depuis jeudi 4 juin à l'entrée sud de la ville, ont été repoussés deux kilomètres plus loin après de violents combats. Plusieurs des positions qui avaient été prises par les Jihadistes, comme la centrale électrique et la prison juvénile, en fait une position militaire, ont été reprises par l’armée.  Les combats se poursuivent actuellement autour de la prison. Les affrontements auraient provoqué la mort de 71 soldats et miliciens loyalistes et 48 combattants de l'EI dont 11 kamikazes qui se sont fait exploser au moyen de voitures piégées contre des positions de l’armée.

Ras al-Aïn
Les miliciens kurdes de l’YPG ont également progressé à l’ouest de la ville de Ras al-Aïn déjà contrôlée par les eux. Ils se sont emparés de plusieurs villages arabes, y compris al-Jasoum et Sawadieh, suite à la récente capture de la position stratégique sur la montagne Jabal Abdul Aziz.
La coalition internationale menée par les Etats-Unis a soutenu leur offensive dans ce secteur. 

Province d’Edleb
Nous avons indiqué samedi 6 juin que l’Armée Arabe Syrienne avait abandonné ses positions à Maassara. Aujourd’hui, Jeich al-Fateh (l’armée de la conquête) qui regroupe plusieurs brigades rebelles d’obédience islamiste, dont le Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie) a mis en ligne une nouvelle vidéo montrant la fuite des soldats loyalistes :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=02c1492b5954

Qalamoun
La milice chiite libanaise Hezbollah et des éléments de l’armée syrienne à l’offensive dans la région syrienne de Flita, à la frontière avec le Liban :
Vidéo (langue anglaise) :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=84b6b20e05e6

Zahran Allouch serait à Amman
Zahran Allouch, le chef de Jeich al-Islam, une puissante brigade islamique armée et financée par l’Arabie saoudite, se trouverait à Amman en Jordanie. Il aurait rencontré des chefs de services de renseignement. Allouch, qui est le chef rebelle le plus puissant dans le secteur de Damas, notamment la Ghouta orientale, mènerait des pourparlers en Jordanie pour coordonner ses actions en vue de confronter l’Etat Islamique. A noter que Zahran Allouch est le fils du dignitaire religieux d’origine saoudienne, Abdullah Allouch qui exerçait son ministère en Syrie. Zahran Allouch a été incarcéré par les autorités syriennes avant d’être libéré en juin 2011. Sa présence en Jordanie pourrait confirmer l’information qu’une offensive de grande envergure est sur le point d’être lancée contre Damas, sur demande des Saoudiens, Turcs et autres monarchies sunnites, ainsi que du Pentagone, tous pressés d’en finir avec le pouvoir de Bachar el-Assad pour se concentrer sur la lutte contre l’Etat Islamique.

Front yéménite

Sanaa
Au moins 20 civils et 25 soldats et officiers ont été tués dimanche 7 juin dans des raids menés par la coalition sous commandement saoudien contre un siège de l'armée yéménite dans la capitale Sanaa.
Quatre frappes aériennes ont visé le QG de l'armée situé à Tahrir, un quartier résidentiel du centre de Sanaa. Ce QG est contrôlé par les rebelles chiites Houthis et leurs alliés. 
Plusieurs autres sites militaires tenus par la rébellion à Sanaa et dans le nord du Yémen ont été intensément bombardés ce même dimanche par l'aviation de la coalition.

Jean René Belliard

 

Les commentaires sont fermés.