30/05/2015

30 mai 2015 - Nouvelles des guerres du Proche Orient et d’Afrique du nord

Il va falloir désormais ouvrir une nouvelle rubrique sur ce blog. Il s’agit de la montée en puissance de l’Etat Islamique (EI) dans le royaume saoudien.


Arabie saoudite

Etat Islamique
La branche saoudienne du groupe Etat islamique a annoncé qu'elle avait l'intention de débarrasser la péninsule arabique de tous les musulmans chiites et a appelé les jeunes Saoudiens à soutenir son combat. C’est ce que révèle l'association américaine SITE spécialisée dans l'observation des réseaux islamistes sur internet.
Dans un enregistrement de 13 minutes, un orateur explique avoir donné ordre à tous les fidèles du mouvement jihadiste de "tuer les ennemis de l'islam, en particulier les chiites", précise SITE. "Ce sont des infidèles et des apostats et leur sang peut être répandu, leur argent peut être pris. Il est de notre devoir de les tuer et même de purifier cette terre de leur saleté", poursuit l'orateur.
L'EI a revendiqué la responsabilité de deux attentats à la bombe commis les 22 et 29 mai contre des mosquées chiites dans l'est de l'Arabie saoudite qui avaient fait 25 morts.

Irak

Ramadi
Est de Ramadi
Les forces irakiennes, régulières et les milices chiites qui combattent à leurs côtés ont réussi à dégager le site militaire  d'al-Mouthanna au nord-est de la province sunnite d’al-Anbar. L’opération a permis de libérer près de 90 soldats qui y  étaient assiégés. Les forces conjointes (armée et milices chiites) poursuivent maintenant leur progression vers le pont Yabani situé à 20km de Ramadi. Le but est d’encercler la ville de Ramadi sur son flanc Est.
Ouest de Ramadi
A l’ouest de Ramadi, les forces irakiennes ont occupé, samedi 30 mai,une nouvelle position.
"L'armée irakienne et Hachd al-Chaabi (milices chiites) ont libéré le siège de la police de la route dans le secteur surnommé 5K, après des combats acharnés avec l'EI", a indiqué un officier. Les Hachd al-Chaabi sont les Unités de mobilisation populaire, une coalition de groupes paramilitaires à majorité chiite à qui le gouvernement irakien a fait appel pour l'aider à rependre Ramadi aux Jihadistes de l’EI.
"La bataille a forcé les jihadistes à se retirer du bâtiment qu'ils utilisaient comme base, et ils se sont repliés vers Ramadi", cinq kilomètres plus loin, a-t-il précisé. Les forces de sécurité "resserrent l'étau autour de Ramadi, à partir du siège de la police à l'ouest, de l'Université au sud, et à partir des autres axes aussi", a déclaré le chef de la police provinciale Hadi Rzayej. Des unités de démineurs procèdent actuellement à l’élimination les nombreuses bombes plantées en bord de route par l'EI et en inspectant les bâtiments pour s'assurer qu'ils ne sont pas piégés.
Véhicules kamikazes
Les Jihadistes de l’EI tentent de ralentir la progression des forces irakiennes en envoyant un grand nombre de véhicules kamikazes. Samedi 30 mai une série de huit attentats suicide à la voiture piégée ont visé une base militaire à l'est de la province sunnite d’al-Anbar.  Les forces irakiennes ont réussi à détruire les véhicules piégés à l’aide de missiles guidés antichars Kornet avant qu’ils n’atteignent leurs cibles. Ces armes ont été livrées récemment aux forces irakiennes.
Les Etats-Unis ont également promis la livraison aux Irakiens de quelque 2.000 lance-roquettes anti-char AT4s pour qu'ils puissent faire face aux camions kamikazes de l’EI.

Province de Salaheddine
Dans la province de Salahedine, les forces de la mobilisation populaire (milice chiite) mèneraient une grande opération s’étendant sur plus de 40km. L’objectif de l’opération est d’encercler tous les Jihadistes qui se trouvent à l’intérieur de ce périmètre. 
Un communiqué des Forces populaires (milices chiites) affirme : « L'ennemi est complètement assiégé à l'ouest de Doujeil et de Balad, ce qui a provoqué un effondrement d'envergure dans les rangs de Daech ».

Ouest de la province sunnite d’al-Anbar
Les services de renseignement de l’armée irakienne avaient réussi à localiser des chefs de l’Etat Islamique, ce qui a permis de mener une opération spéciale qui a abouti à l’élimination d’une vingtaine d’entre eux.
Parmi les morts figurent des chefs de nationalité « britannique », libyenne, tchétchène, et irakienne. 

Atrocités à Mossoul
Le responsable médiatique du parti démocratique du Kurdistan à Mossoul a affirmé que les Jihadistes de l’EI ont exécuté trois Kurdes dans l'ancienne prison de Mossoul. Ils étaient accusés de collaboration avec les Peshmergas.
L'exécution a eu lieu à l'aide d'un bloc de béton, les victimes ayant été battues à mort!

Iran

L'Iran rejette l'inspection de ses sites militaires et l'interrogatoire de ses scientifiques
L'Iran refuse que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) mène des "inspections de ses sites militaires" et interroge ses scientifiques dans le cadre d'un accord sur le nucléaire, a déclaré un haut négociateur iranien selon la télévision d'Etat.
Cette déclaration d'Abbas Araghchi, faite peu avant la rencontre entre le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif et son homologue américain John Kerry à Genève, reprend la position exprimée par le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, le 20 mai dernier. Toutefois, M. Araghchi a fait il y a quelques jours la distinction entre inspection et accès aux sites militaires dans le cadre de l'accord en cours de finalisation.

Front syrien

Alep
Au moins 71 civils ont été tués, samedi 30 mai, par d’intenses bombardements au baril d’explosifs par l’Armée de l’air syrienne. On dénombre 59 morts à Al-Bab, une localité contrôlée par les Jihadistes de l’Etat Islamique et 12 dans le quartier aleppin d’al-Chaar contrôlé par les rebelles de Jeich al-Fateh (Armée de la conquête).  Des dizaines de personnes ont également été blessées au cours de ces raids.

Ariha
Après la prise de la ville par les rebelles de Jeich al-Fateh (l’armée de la conquête) à laquelle appartient al-Qaïda en Syrie, le Front al-Nosra, l’armée de l’air syrienne a bombardé les positions occupées par les miliciens :
Vidéos :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=ce67788329fb
et
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=dbdc7b36dba8

Bataille de Deir ez-Zhor
On n’en parlait plus depuis des mois mais la bataille autour de l’île Sakr et l’aéroport militaire de Deir ez-Zhor ou la 104ème brigade aéroportée résiste depuis des mois se poursuit toujours. En fait, il semble que le célèbre général Issam Zahreddine en a fait son affaire personnelle.
La 137ème Brigade de la 17ème division de réserve de l’Armée Arabe Syrienne est épaulée sur place par la 104ème  brigade aéroportée de la Garde républicaine.
La 104ème avait été redéployée dans la capitale syrienne pour en assurer sa défense. On l’a renvoyée à Deir ez-Zhor pour défendre l’île Sakr à tout prix, ainsi que le district industriel et la base aérienne. 
Exposée au feu des Jihadistes de l’EI sur  le flanc oriental de l'aéroport militaire de Deir Ezzor, la 137ème Brigade d'artillerie a lancé une contre-offensive en direction des villages d'al-Jafra et al-Muri'iyah, vendredi 29 mai.  Les Jihadistes de l’EI ont été surpris par la soudaine offensive appuyée par de violents tirs de barrage d’artillerie, de chars de combat et une multitude de frappes aériennes.
Désorganisés par les bombardements, l’EI a du se retirer d’al-Mu’iyah, laissant sur le terrain 24 cadavres. Quatre véhicules blindés équipés de mitrailleuses anti-aériennes Douchka ont été capturés par les soldats. 
Vidéo  - Au début de la vidéo, le général Mohammad Khadour, commandant de la 17ème division de réserve :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=3be1d8328d23

Hassaké
L'organisation Etat islamique (EI) a lancé samedi 30 mai une attaque à la périphérie de la ville syrienne d'Hassaké (nord-est), capitale de la province éponyme que le groupe jihadiste tente de capturer.
Le contrôle de cette ville mixte (arabe et kurde) est partagé entre le régime de Bachar al-Assad et les forces kurdes.
L'EI a débuté son offensive contre la ville par une attaque à la voiture kamikaze près du village de Daoudiyé à la périphérie sud de la ville de Hassaké..
Des combats ont éclaté par la suite entre les forces du régime et ceux de l'EI au sud et sud-est de la ville. Des roquettes lancées par les jihadistes ont atteint des positions de sécurité du centre-ville.
Les Forces de défense nationale (FDN), qui soutiennent le pouvoir de Daams, sont parvenues à bloquer l'avancée de l'EI à la périphérie de la ville mais les combats se poursuivaient, affirme l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH).
Au moins 10 combattants loyalistes et 10 Jihadistes ont perdu la vie au cours des combats.

Atrocités en tous genres : les kurdes
Dans la même province de Hassaké, au moins 20 civils, y compris deux enfants, ont été exécutés par balles vendredi 29 mai par des forces kurdes qui les accusaient de soutenir l’Etat Islamique. Les Kurdes ont également incendié et détruit des maisons de partisans présumés de l'EI.

Même les Chrétiens se vengent !
Cette semaine, un combattant chrétien a décapité un jihadiste dans la province de Hassaké pour se venger des exactions de l'EI contre son village, utilisant la méthode d'exécution privilégiée par les Jihadistes de l’EI.

Et naturellement atrocités de l’EI
Vendredi 29 mai, dans une autre région de la province de Hassaké, 30 civils ont été tués par l'EI alors qu'ils tentaient de fuir un assaut jihadiste vers la frontière turque.

Palmyre
Les Jihadistes de l’Etat islamique (EI) ont fait exploser, samedi 30 mai, la prison de Palmyre. Il s’agit d’une opération de propagande à destination de la population sunnite syrienne car cette prison est l’un des symboles de la répression du régime syrien depuis les années 80.

LiveLeak-dot-com-22e_1433002112-1_1433002302_jpg_resized.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Front yéménite

Sanaa
Les avions de la coalition arabe ont de nouveau bombardé les positions des rebelles à Sanaa en dépit de la présence dans la capitale yéménite de l'émissaire de l'ONU, ont indiqué des témoins samedi.
Parmi les cibles visées avant l'aube figurait la maison de l'ancien président, Ali Abdallah Saleh, qui soutient les rebelles chiites Houthis qui se sont emparés de Sanaa ainsi que d'autres régions de l'ouest, du nord et du centre du Yémen ces derniers mois.
Les raids ont aussi frappé le QG de la force aérienne rebelle, des dépôts d'armes et la base aérienne de Dailami à Sanaa, selon des témoins. Ils ont également visé des positions rebelles dans la province riche en pétrole de Marib (est), dans celle de Hodeida (ouest).
Les nouveaux raids interviennent alors que l'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, le diplomate mauritanien Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, est arrivé vendredi 29 mai à Sanaa pour appeler au dialogue.

Pourparlers de paix reportés
L'ONU a dû reporter les pourparlers qui devaient débuter le 28 mai à Genève car le gouvernement yéménite en exil exigeait comme préalable le retrait des rebelles des territoires conquis.

Un jour ou l’autre nous dialoguerons avec l’Arabie saoudite
Dans son entretien à Al-Mayadeen, M. Saleh a assuré qu'il ne cherchait pas à reprendre le pouvoir ni à y porter son fils Ahmed, qui dirigeait l'influente Garde républicaine lorsqu'il était à la tête du pays. Il se déclare au contraire ouvert au dialogue: "Tôt ou tard, nous aurons des discussions avec l'Arabie saoudite".

2000 morts et 8000 blessés
Le conflit au Yémen a fait près de 2.000 morts et quelque 8.000 blessés, en majorité des civils, selon l'Organisation mondiale de la santé. Il a aussi forcé plus de 545.000 personnes à quitter leur foyer.

Jihadisme international

Cent nationalités au sein de l’EI
Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki Moon, a révélé que des nationaux de plus de 100 pays sont partis faire la guerre en Syrie et en Irak.

Jean René Belliard

 

 

Les commentaires sont fermés.