26/04/2015

Etude statistique des opérations militaires d’al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQAP)

La prise récente d’al-Mukalla, la cinquième plus grande ville du Yémen, par al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQAP) met en évidence la force croissante de l'organisation. Même si AQAP a certainement profité du chaos environnant, conséquence de la guerre menée par les Houthis dans le sud et la campagne aérienne de l'Arabie saoudite, le groupe a mené sa propre campagne militaire depuis l'été 2014. On a l'impression qu'AQAP ne se sent en rien concerné par la campagne aérienne saoudienne ni par la cessation de cette campagne, ni par un éventuel cessez-le-feu entre belligérants. Il poursuit son combat sans se laisser détourner de son objectif : l'instauration du califat au Yémen.


AQAP mène sa propre campagne
À partir de la fin Juillet 2014, AQAP a effectué des opérations militaires sur une base presque quotidienne et a largement diffusé ses actions sur les médias en ligne. Ceci diffère du passé où AQAP ne communiquait que sur les opérations à grande échelle.
AQAP a changé de stratégie de communication pour attirer l'attention sur sa nouvelle campagne militaire, deux ans après avoir été chassé des villes du sud par les comités populaires locaux et les militaires yéménites.
Pour mener cette campagne médiatique, AQAP a créé plusieurs comptes Twitter, l'un d'eux étant appelé Akhbar Ansar al-Sharia fi Jazira al-Arab (Nouvelles d’Ansar al-Sharia dans la péninsule arabique). Cela fait référence à la période 2011-2012, lorsqu'AQAP, qui contrôlait de vastes territoires, avait adopté le nom d’Ansar al-Sharia au Yémen pour contourner le rejet du nom al-Qaïda.
Du premier janvier au 21 Avril 2015, AQAP a revendiqué la responsabilité de 374 attaques, la grande majorité contre les Houthis (224) et les forces gouvernementales (147). Ceci signifie qu’AQAP menait déjà une campagne militaire sophistiquée, bien avant le déclenchement des hostilités entre Houthis et Saoudiens. Le groupe islamiste a juste profité du chos ambiant. Ce sont des conditions similaires qui ont permis à l’Etat Islamique de s’emparer de vastes territoires en Irak, y compris la ville de Mossoul.

Les opérations militaires d’AQAP
Le modus operandi d’AQAP est remarquablement dynamique. Mais tandis que la sélection des cibles, ses tactiques et la concentration géographique de ses attaques apparaissent extrêmement fluides, on peut discerner un modèle propre à AQPA.

Août 2014
En Août 2014, AQAP a mené 32 attaques. 27 d'entre elles ont eu lieu contre les positions des forces gouvernementales, les transports de personnel, et d’individus spécifiques. Mais ce qui était remarquable, c’est qu’AQAP a montré une capacité à frapper des cibles dans différentes parties du pays, illustrant ainsi, qu’avant le début de sa campagne, il avait l'infrastructure en place pour mener à bien plusieurs attaques en même temps. En plus des 15 opérations menées dans la province du Hadramout, AQAP a attaqué de nombreux objectifs dans une vaste zone englobant la moitié orientale du Yémen. Ainsi AQAP a frappé six objectifs dans la province de Lahj, une province méridionale bordant Aden, cinq dans le gouvernorat central de Shabwa, et trois dans le nord du gouvernorat d'al-Jawf. Les Jihadistes d’AQAP ont également utilisé un ensemble diversifié de tactiques de guérilla, y compris 11 IED (Improvised explosive devices), huit embuscades, cinq assassinats et cinq offensives contre 15 postes gouvernementaux, six véhicules du gouvernement, et cinq fonctionnaires de l'Etat.

Septembre 2014
En septembre 2014, le nombre d'attaques de l’AQAP est tombé de 32 à 12 – le mois le moins actif de l'organisation entre Août 2014 et Avril 2015. Mais pendant ce même mois de  septembre AQAP a attaqué les Chiites Houthis six fois, le même nombre d’attaques que contre les forces gouvernementales. Cette répartition 50-50 marque un changement important par rapport au mois précédent, lorsque les Houthis n’étaient ciblés que quatre fois par rapport aux 28 opérations contre les forces gouvernementales. En outre, l’étendue géographique des attaques de l'AQAP a continué à se développer, y compris une opération dans le gouvernorat de Saada, une région dominée par les Houthis, proche de l’Arabie saoudite et quatre opérations à Sanaa, la capitale yéménite.

Octobre 2014
AQAP a mené 43 attaques en Octobre. Environ 21 opérations ont été menées contre les forces gouvernementales et 21 contre les Chiites Houthis, confirmant ainsi le déplacement progressif de des attaques de l’AQAP des forces de l'Etat vers les Houthis. Même si le groupe a maintenu sa pression dans ses régions de prédilection, à l’est du Yémen, il a également mené 10 attaques à al-Bayda, huit attentats dans le Hadramout, et six à Shabwa. Il a également pénétré les gouvernorats intérieurs, densément peuplés, plus urbains, tels que Dhamar (une opération) Ibb (deux) et Sanaa (10). Les positions gouvernementales ont été la cible de six attaques et  les Chiites Houthis de 10. Les attaques ont été menées à l’aide de VBIED (Vehicle Born Improsive Explosive Device) et des tirs de mortier suivis d'un assaut rapide par de petites équipes de combattants. Cette tactique "hit-and-run" a été bien équilibrée avec l'utilisation de 13 embuscades et six IED en bordure de route contre neuf véhicules du gouvernement, trois véhicules des Houthis, cinq unités gouvernementales, et cinq unités Houthies. Les cibles n’ont pas varié par rapport aux mois précédents, mais diffèrent en termes de fréquence. Le taux a été plus élevé.

Novembre 2014
AQAP a mené 52 attaques en novembre 2014. Toutefois, 18 de ces agressions étaient sur des positions des Chiites Houthis, ce qui veut dire que les Houthis sont devenus la cible prioritaire d’AQAP en novembre 2014. 25 des 52 attaques ont eu lieu dans la province d’al-Bayda, dont 24 étaient dans le district de Rada'a. Rada'a est historiquement une zone dominée par Al-Qaïda. Cette région est stratégiquement vitale pour les deux parties car elle se situe entre l'est dominé par AQAP et l’ouest dominé par les Houthis.
AQAP a continué sa pénétration du territoire Houthi avec cinq attaques à Sana'a, cinq à Dhamar, et deux à Ibb. AQAP a également consolidé sa présence dans les gouvernorats de l'Est, frappant principalement les forces gouvernementales dans l'Hadramaout (huit fois), Abyan (cinq), et Shabwa (deux). AQAP a également mené une campagne d'assassinat des partisans du régime et des Houthis dans les centres hautement urbanisés telles que Sanaa et Dhamar. En même temps, plusieurs unités de combat mobiles de l’AQAP ont mené une campagne de nettoyage des zones occupées par les Houthis en attaquant les partisans des Houthis, du gouvernement et en attaquant les positions isolées.
L’accent mis sur Rada’a au mois de novembre est sans doute du à la progression des Houthis dans la région, qui a contraint les Jihadistes de l’AQAP a effectuer un retrait tactique.

Décembre 2014
Le retrait des Jihadistes a permis à l’AQAP de concentrer ses ressources pour mener sa stratégie de l'attrition en Décembre 2014. Les opérations d’AQAP en décembre ont été encore plus sectaires qu’en Novembre, avec 34 des 46 attaques contre des cibles Houthies (19 positions fixes, huit personnes, six véhicules, et une unité mobile).
Les Jihadistes de l’AQAP ont attaqué l'ambassadeur iranien au Yémen avec un IED, et la base al-'Anad utilisée par l’US Air Force dans le gouvernorat de Lahj. Le groupe islamiste a réussi à mener des assassinats ciblés, des embuscades et des attaques surprises contre les forces Houthies et du gouvernement dans les zones où al-Qaïda n’était pas très influent, comme à Sanaa (sept attaques), les gouvernorats d’Ibb (quatre) , Dhamar (trois), al-Hudaydah (deux) à l'ouest, Amran (une) dans le nord, et Taëz (une) dans le sud-ouest.
AQAP a également fait preuve d’une mobilité opérationnelle remarquable en attaquant différentes parties du pays simultanément. Par exemple, le 2 Décembre, AQAP a mené des opérations dans cinq gouvernorats différents (al-Hudaydah, 'Amran, Abyan, Sanaa, et Ibb). Malgré l'échec de Rada'a en Novembre 2014, AQAP a montré une résilience remarquable par le nombre de ses attaques. Il a réussi a attaquer une grande variété d’objectifs (21 positions fixes, 13 personnes et 12 véhicules), et avec une grande portée géographique (11 gouvernorats).

Janvier 2015
AQAP s’est montré encore plus agressif en Janvier  2015 où 62 attaques ont été enregistrées. Quarante et une ont visé des cibles Houthies, dont 20 sur des véhicules et les transports de personnel, huit sur des positions fixes, sept sur des unités autonomes, cinq contre des personnes, et une contre une structure religieuse - le centre culturel Zayd Muslah à Saada.
Sans surprise, 38 de ces attaques contre les Houthis ont eu lieu dans les gouvernorats contrôlés ou influencés par les Houthis dans la province d'al-Bayda, al-Dali, Ibb, Sana'a, Dhamar, Saada et Marib.
Il y eu également un total de 18 attaques dans le Hadramaout, Shabwa et Abyan, des provinces où AQAP est fortement implanté. 15 de ces attaques ont visé les forces gouvernementales (neuf véhicules, cinq individus, cinq unités, et quatre positions fixes). Alors qu’enDécembre, 75 pour cent des attaques visaient les Houthis, ce chiffre est passé à 93 pour cent en Janvier 2015.

Février 2015
La tendance s’est à nouveau inversée en février 2015. Tout d'abord, sur les 39 attaques au total, 26 ont visé des cibles gouvernementales (11 véhicules, sept personnes, cinq unités, et trois positions fixes) et seulement 15 concernaient des cibles Houthies (cinq unités, quatre personnes, quatre positions fixes, et deux véhicules). Deuxièmement, les assassinats ont dominé avec un total de 13 (dont deux seulement n’ont pas réussi). Et troisièmement, la part des opérations menées dans les gouvernorats où AQAP est très influent est retombé de moitié, l’autre moitié ayant lieu dans les gouvernorats sous contrôle Houthi.

Mars 2015
En mars 2015, le groupe jihadiste s’est concentré à nouveau sur des cibles houthies.  Le groupe a frappé la milice chiite 44 fois (18 positions fixes, 12 véhicules, huit unités, et six personnes) sur un total de 53. Toutes les opérations ciblant des Houthis ont eu lieu à al-Bayda, Lahj, Sanaa et Taëz. 41 opérations ont eu lieu dans la province d’al-Bayda contre des cibles Houthies, ce qui équivaut à une situation identique à celle de Novembre 2014.
Cinq opérations ont eu lieu dans les régions contrôlées par l’AQAP (quatre dans l'Hadramaout et une à Abyan). Elles ont toutes ciblé les forces gouvernementales. En termes de tactique, on a noté des agressions offensives (14), infiltrations (trois), bombardements (trois), VBIED contre des positions fixes (deux), IED en bordure de route contre des véhicules (13), tirs de sniper (six), embuscades contre des unités individuelles spécifiques (deux).

Avril 2015
Il y a eu, depuis le début du mois d’avril 2015, un total de 27 opérations - 12 dans al-Bayda, cinq dans la province de Lahj, quatre à Shabwa, trois à Abyan, deux à Taëz, et un dans al-Hudaydah.
AQAP continue d'attaquer principalement les forces Houthies (huit véhicules, huit positions, sept unités, et un individu), ainsi que les forces gouvernementales (une unité et un individu). La cible principale est donc encore représentée par les Houthis, ce qui signifie qu’il n’y a pas eu de changement de stratégie depuis que la campagne de bombardements aériens menée par l’Arabie saoudite a démarré.
Parmi les 27 opérations, AQAP a déployé neuf types différents d'attaques: sept IED routiers, trois VBIED, trois attentats à la bombe, trois tirs de snipers, trois engins explosifs improvisés, deux assassinats, deux embuscades, deux agressions offensives, et une infiltration.

Conclusion
A l’étude de ces statistiques, on peut en déduire que la tendance indique un nombre croissant d'attaques contre les Chiites houthis. En même temps, AQAP adopte une stratégie à deux volets : Il cible les Houthis dans les zones dominées par les Houthis et les forces gouvernementales dans les zones où AQAP est le plus fort. Enfin, au cours de la période analysée, le groupe a démontré une grande diversité de styles d'attaques, déployant au moins huit types différents d'action. Une telle variété indique une grande capacité d’adaptation d’AQAP selon la forme de présence de ses ennemis, ce qui suppose que l’organisation dispose d’un fort réseau local de soutien, même en dehors de ses bases traditionnelles.
De par leur nature, des organisations comme AQAP sont imprévisibles. La stratégie de la surprise est un impératif pour les groupes terroristes. Mais l'analyse des données des opérations récentes du groupe fournit des indications révélatrices sur son orientation stratégique. L’AQAP semble tenir aucun compte des frappes aériennes saoudiennes et celles-ci n’ont pas changé sa stratégie et son modus operandi.

Jean René Belliard

Les commentaires sont fermés.