12/01/2015

12 janvier 2015 - Nouvelles des guerres du Moyen Orient

En Irak comme en Syrie, les Jihadistes ont subi d’importants revers, qu’ils appartiennent à l’Etat Islamique, comme à Gwer, au Kurdistan irakien, ou au Front al-Nosra comme à Noubbol-Zahra en Syrie. Dans les deux cas, l’absence de force aérienne est un lourd handicap pour les Jihadistes et permet à leurs adversaires de lutter efficacement dans les zones où la population n’est pas majoritairement sunnite.


Front irakien

Erbil (Kurdistan)
Les Jihadistes de l’EI ont un réel problème dans les régions où la population n’est pas majoritairement arabe et sunnite. Ceci est du au fait qu’ils doivent se déplacer dans des régions désertiques, ce qui permet aux armées de l’air irakienne ou de la coalition internationale de détruire leurs convois. Dans les régions sunnites, au contraire, ils reprennent l’avantage qu’ont toutes les insurrections du monde, celui de se fondre dans la population locale le jour et de se déplacer vers leurs positions pour mener des attaques la nuit. C’est la difficulté à laquelle  a du faire face en Irak la toute puissante armée américaine avec les difficultés qu’on connaît.
Pour revenir au Kurdistan, et notamment à la région d’Erbil, les Jihadistes de l’EI sont dans le premier cas de figure. Ils sont soumis aux bombardements aériens et pourchassés par les Peshmergas lorsqu’ils doivent rompre le combat. Ils deviennent alors une cible facile lorsqu'ils prennent la fuite dans les régions désertiques. Comme en témoigne cette vidéo mise en ligne par les Peshmergas :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=c6cd5685cc33

Samarra
Un autre commandant iranien a été tué sur le front de Samarra. C’est ce qu’a annoncé l'Agence iranienne IBNA. Il s’agit du commandant Mehdi Norouzi. L’officier aurait été tué au cours de combats rapprochés samedi 10 janvier dans la soirée. Mehdi Norouzi avait combattu en Syrie avant de venir se battre en Irak.
Selon les informations, l’Iran aurait créé un groupe de miliciens appelé Hashdi Sha’bi qui comprendrait des milliers de volontaires.
En Décembre 2014, un autre officier supérieur iranien avait perdu la vie à Samarra. Il s’agissait du brigadier général Hamid Taqavi.
Toujours à Samarra, les Jihadistes ont utilisé un gamin de 14 ans pour perpétrer un attentat suicide qui a fait 15 tués. Le jeune garçon conduisait un minibus bourré d’explosifs.

Abou al-Hassan (14 ans).jpgAbou al-Hassan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Shingal (Kurdistan)
Les Peshmergas ont tué, dimanche 11 janvier, un Jihadiste de l’Etat islamique connu pour ses décapitations publiques dans la ville de Shingal. Il s’agit du saoudien Muadh Hamad al-Ris (21 ans). Son frère Mohammed Hamad Al-Ris, également membre de l’EI, aurait, lui aussi, été tué en Syrie au mois de décembre 2014. Les frères al-Ris auraient rejoint l’EI avec 34 autres hommes de la ville saoudienne d'al-Tamir.

Al-Ris.jpgMuadh Hamad al-Ris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tal Afar
Une vidéo qui fait froid dans le dos. Elle a été mise en ligne par l’Etat Islamique. Elle montre l’entraînement de jeunes sunnites irakiens au jihad dans une madrasa de Tal-Afar.
Vidéo en langue arabe :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=7f686d7b1bd5

Front syrien

Aïn el-Arab (Kobane en kurde)
Les combattants kurdes de l’YPG ont mis en ligne une vidéo des combats de rue à Kobane :
https://www.youtube.com/watch?v=Q_exe4Gl9Vk&feature=p...

Alep et ses environs
L’attaque du Front al-Nosra et du Front du Levant menée contre les localités chiites de Noubbol et Zahra s’est soldée par un échec. L’assaut avait débuté le jeudi 8 janvier sur l’axe Tamourah. Les rebelles pensaient profiter des mauvaises conditions météorologiques qui empêchaient l’armée de l’air syrienne d’intervenir. Il n’y a plus de combats ce lundi 12 janvier et le front est calme. 
Le Front al-Nosra avait pourtant jeté tout son poids dans la balance. Il avait engagé sept blindés et de 160 à 250 combattants. 42 combattants rebelles auraient été tués au cours de l’assaut, obligeant les autres à se replier, laissant sur place au moins deux blindés en flammes.
Parmi les morts figurerait l’émir du Front al-Nosra pour la région d’Edleb, le jordanien Abou Kadamah al-Ordoni. C’était lui qui commandait les opérations contre Noubbol et Zahra.

ABou_Kadama00.jpgAbou Kadamah al-Ordoni

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Un saoudien, Abou Omeïr al-Macqi, et un yéménite, Abou Hamza al-Marebi, ont également été tués au cours des combats.
Après cette bataille perdue, le front al-Nosra subissait une nouvelle attaque dans son propre fief.  Deux voitures piégées ont explosé contre un de ses check-points situé dans le village de Maskane au nord d’Alep tuant 13 de ses miliciens.
Une autre attaque visait une position du Front al-Nosra dans la province d’Edleb. 16 prisonniers détenus par le Front al-Nosra profitaient de l’attaque pour prendre la fuite.

Le mouvement Hazm utilise un missile TOW (américain) pour détruire un MIG :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=3c436270a3e6

Activité de la coalition internationale

Les avions de la coalition ont mené 27 raids aériens en Irak et en Syrie en 24 heures contre des cibles de l’Etat islamique, a déclaré lundi 12 janvier 2015 le commandement conjoint de la coalition.
En Syrie, des raids ont pris pour cible des positions de l’EI près de la ville kurde de Kobané. Une frappe a également visé une raffinerie de pétrole; une autre attaque aérienne a été menée près de Boukamal, une ville située à la frontière irako-syrienne.
En Irak, 16 raids aériens ont détruit des positions de combats, des véhicules, une batterie d'artillerie, un lance-roquettes et plusieurs bâtiments appartenant à l’EI. Les objectifs étaient situés dans les environs des villes de Baïji, Tadji, Qaïm, Ramadi, Tal Afar, al Assad, Sinjar et Mossoul. A noter que la ville de Qaïm se situe de l’autre côté de la frontière irako-syrienne par rapport à la ville syrienne de Boukamal également bombardée.

Jean René Belliard

 

Les commentaires sont fermés.