08/01/2015

8 janvier 2015 - Nouvelles des guerres du Moyen Orient

L'Europe semble être entrée dans de plein pied dans le conflit mondial entre l'Occident et le monde du Jihad. La France a réagi d'une manière extraordinaire, inattendue presque. Elle a haussé son étendard, celui de la laïcité et de la liberté individuelle. Le moral est au plus haut et la volonté de se battre impressionnante. La France n'a pas peur ! Mais l'opinion est changeante et l'Europe reste une zone très fragile.


Front européen

L’Europe est une zone très fragile en raison de la forte pression migratoire et de l’opinion majoritairement négative qu’ont les Européens sur l’Islam et les Musulmans. Et ce ne sont pas les discours lénifiants sur le refus de l’amalgame entre Islam et Islamisme qui vont changer les choses, malgré les efforts des hommes politiques et des médias. L’erreur est due au fait qu’on se trompe d’analyse. On croit que l’Europe est menacée d’islamisation, qu’on veut lui livrer une guerre confessionnelle alors que c’est d’une révolte identitaire dont il s’agit.
Les prêcheurs islamistes et tous les recruteurs pour le jihad qui essaiment dans les quartiers ont beau jeu de jouer sur la déculturation (au sens étymologique du terme) d’une partie de la population immigrée, celle qui éprouve des difficultés à s’intégrer et qui souffre d’une perte de repères. Ceci est particulièrement vrai pour les jeunes des banlieues en échec scolaire, au chômage et les jeunes délinquants qui font des séjours répétés dans des prisons surpeuplées. La société les a exclus mais ils passent pour de « gros durs », des héros pour leurs frères. Beaucoup d’entre eux n’adhèrent plus avec le milieu européen dans lequel ils vivent. Ils éprouvent une soif désespérée d’une appartenance identitaire qui n’aurait rien à voir avec l’individualisme érigée en valeur suprême en Europe et qui les a laissés sur la touche.
Toute l’habileté des Islamistes a été de comprendre ce divorce, ce mal-vivre des jeunes immigrés ou issus de l’immigration, et de leur proposer une raison de vivre…et de mourir. Ils leur parlent d’un « ailleurs meilleur » où tout serait paradisiaque, même après la mort.
Le problème est qu’ils vont utiliser la religion musulmane comme ciment de cette nouvelle identité. La religion musulmane dans sa conception la plus archaïque, celle des premiers temps, du temps de la pureté, disent-ils. La religion, pratiquée d’une façon normale par une grande partie des Musulmans, n’a rien à voir avec cette démarche. Et si les Islamistes se définissent comme très pieux, c’est plus à une identité qu’ils adhèrent. Ils sont les citoyens d’un Etat islamique.
Le jihad, la proclamation du Califat, une espèce « d’eldorado islamique », représente pour eux l’espoir d’une vie meilleure, de jouer enfin un rôle important pour une cause à laquelle ils adhèrent sans qu’on puisse être sûr qu’ils en ont compris les véritables enjeux.
Ces gens ont adhéré à l’islamisme avec la haine de notre civilisation. Ils veulent la détruire. Le fait que, au nom des droits de l’homme ou de la défense de notre civilisation, nous nous sommes engagés à frapper leur « eldorado islamique » quelque part en Irak et en Syrie, a exaspéré leur haine envers l’Occident. Aujourd’hui, plus de 3000 « Européens » ou binationaux sont venus d’Europe pour prendre part au Jihad en Syrie et en Irak. Nombre d’entre eux ont vu leurs copains mourir dans les raids aériens de la coalition internationale et n’ont qu’un désir : les venger.
Nous nous retrouvons donc engagés dans une guerre contre une armée secrète difficile à repérer. Et pour identifier l’adversaire, il faudra bien faire attention à distinguer entre Islam et Islamisme, une différence aussi grande qu’entre l’amour de la patrie et le nationalisme.

Allemagne
Plus d'un Allemand sur deux (57%) considère l'islam comme une menace, tandis que 61% d'entre eux estiment qu'il n'est pas compatible avec le monde occidental, selon un sondage rendu public jeudi 8 janvier 2015.
L'étude, publiée par l'hebdomadaire Die Zeit sur son site internet, a été réalisée par la Fondation allemande Bertelsmann en novembre 2014 auprès d’un échantillon de 947 personnes non-musulmanes.
Même si la majorité des personnes interrogées se considèrent tolérantes, 40% d’entre elles se sentent "comme des étrangers dans leur propre pays".
24% des personnes sondées souhaiteraient interdire l'immigration des musulmans en Allemagne, pays de 81 millions d'habitants, dont environ quatre millions sont musulmans, la plupart turcs ou d'origine turque.
Cette hostilité à l'islam semble largement répandue, allant des milieux conservateurs à ceux de gauche, en passant par les classes moyennes, comme le montrent les manifestations conduites depuis octobre à Dresde (est) par le mouvement anti-islam Pegida et qui réunissent néonazis, militants d'extrême droite et surtout de nombreux citoyens ordinaires.
La tendance semble s’accélérer car, en 2012, 52% des Allemands jugeaient l'islam incompatible avec l'Occident alors qu’ils sont 61% en 2015.

France
Des sites musulmans ou appartenant à des Musulmans attaqués en France
Des lieux de culte musulmans ont été visés dans trois villes de France depuis mercredi soir par des attentats qui n'ont pas fait de victimes, a-t-on appris de sources judiciaires jeudi, au lendemain de l'attaque meurtrière contre le journal satirique Charlie Hebdo.
Trois grenades d'exercice ont été lancées contre une mosquée au Mans (ouest), deux coups de feu ont été tirés contre une salle de prière musulmane à Port-la-Nouvelle (sud), et un snack kebab jouxtant une mosquée a été la cible d'une explosion criminelle près de Lyon (centre-est), selon ces sources.
Manifestation de joie et de solidarité avec les terroristes dans plusieurs banlieues
Des gens ont exprimé leur joie en faisant des V de la victoire pour célébrer l’attaque contre Charlie Hebdo, le mercredi 7 janvier, et notamment à Drancy.
A Besançon, selon l’Est Républicain, des feux d’artifice ont été entendus de Brégille à Saint-Claude, mercredi 7 janvier vers 21H30. Ils provenaient du quartier de La Grette où l’attentat contre Charlie Hebdo était fêté par plusieurs dizaines d’individus. Quelques instants auparavant, la police était intervenue au 29H sur appel au « 17 ». La patrouille, arrivée sur place, était la cible de projectiles divers tandis que retentissaient des cris « Allahu Akbar » ou encore « On en a tué deux, on va continuer. »
De nombreux tweets de soutien aux terroristes
On a également noté une invraissemblable multiplication de tweets se félicitant de l’attentat contre Charlie Hebdo, ce qui a choqué beaucoup de gens.

Front irakien

Province de Salaheddine
Un kamikaze a lancé son camion blindé équipé d’une bombe très puissante contre une position de la brigade chiite Khorasani. Cette brigade qui était positionnée dans le nord de la Syrie a été redéployée, sur ordre de Téhéran, dans la province de Salaheddine et la région de Jalawla, dans la province de Diyala.
Vidéo mise en ligne de l’Etat Islamique montrant le camion et l’attentat :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=9c0e1b8a1298

Kamikaze
Exceptionnel : Vidéo d’un kamikaze se faisant sauter à l’approche d’une mosquée chiite :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=4867cf847f06

Kurdistan irakien
Les Kurdes élèvent la voix devant l’afflux de miliciens chiites dans la region de Kirkouk, une region riche en hydrocarbures disputée entre Kurdes, Arabes et Turkmènes.
Les Kurdes et les miliciens chiites combattent côté à côté pour repousser les Jihadistes de l’Etat Islamique, mais l’arrivée dans la région de milliers de miliciens chiites a commencé à inquiéter les Kurdes.
Les Peshmergas kurdes avaient assuré, seuls, la défense de Kirkouk à partir de juin 2014, date à laquelle l’EI a lancé son offensive. Puis ils ont combattu les Jihadistes dans l’ensemble de la province de Kirkouk tandis que l’armée irakienne et les milices chiites se contentaient de combattre l’EI dans d’autres régions d’Irak. Mais depuis, 8000 miliciens chiites ont été déployés dans quatre bases d’entraînement militaire de la région de Kirkouk. Les miliciens appartiendraient aux brigades al-Khorasan, le Hezbollah irakien, la brigade Badr et la brigade Asaib Ahl al-Haq. En outre, une force paramilitaire de 550 miliciens chiites se trouverait à Kirkouk même.
Les Kurdes, majoritairement sunnites, refusent aux miliciens chiites de stationner sur ce qu’ils considèrent comme le territoire et menacent d’un nouveau conflit.

Front syrien

Journal de la bataille d’Alep
De violents affrontements ont eu lieu entre les rebelles et les brigades islamiques contre les forces du régime soutenues dans le quartier de Bani Zeid au nord d'Alep. D’autres affrontements ont lieu dans les environs de Sifat, au nord d’Alep entre le Front al-Nosra, le Front Ansar eddine et les brigades islamiques contre l’AAS, la brigade al-Qods al-Filastini, et les combattants chiites du Hezbollah, d’Iran et d’Afghanistan. Selon des informations, les Jihadistes du Front al-Nosra et les brigades islamiques progresseraient dans la région. Les combats sont également très intenses dans la vieille ville d'Alep.
Nouvelle vidéo de la bataille de Bureij, au sud-ouest d’Alep, montrant un assaut des rebelles contre des positions de l’AAS :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=0844c1572123
Secteur d’Amiriyhae (Alep) – Cette vidéo montre un tir de mortier faisant mouche contre une position de l’AAS :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=f80574667faa

Région d’Alep
La bataille autour des villes chiites de Nubul-Zahra a repris de l’intensité. Les rebelles ont tiré plus de 500 obus de mortier sur les deux localités défendues par les milices chiites, des volontaires du Hezbollah, des combattants iraniens et afghans :
Vidéo :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=1e3fb55aade6

Damas et sa banlieue
Vidéo d’un sniper de la rébellion utilisant une arme de 23mm. On voit l’impact du tir contre une barricade de l’AAS. La scène a lieu près de l’autoroute  au sud de Damas. La cible est un véhicule chenillé :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=3fd5340a6b66
Un convoy de l’AAS est pris pour cible par l’ASL :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=50dddf1a30b8
Daraiya est une localité Sunnite située à 7 km au sud de Damas. La localité représente une grande importance stratégique vu qu’elle supervise l’aéroport militaire de Mazzé, et le plus grand siège des renseignements aériens.
Les combats contre l’AAS sont menés dans cette localité par le Front du Sud de l’Armée Syrienne Libre (ASL).
Le Front du Sud a mis plusieurs vidéos des combats le jeudi 8 janvier 2015 :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=18c6abc9d946
et video de la Brigade des martyrs du Hauran :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=782815037da5

Deraa (sud syrien)
Des membres du front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, ont détruit un mausolée d'un imam sunnite, dans le sud de la Syrie, a rapporté mercredi l'agence officielle Sana.
"Des terroristes appartenant à l'organisation al-Nosra ont dynamité et fait exploser le mausolée de l'imam Nawawi", un religieux sunnite réputé dans la ville de Nawa, à 45 km de Deraa (sud), selon l'agence.
La localité de Nawa est contrôlée par le Front al-Nosra depuis novembre 2014.
Les attaques contre des mausolées par les Jihadistes du Front Nosra ou de l’Etat Islamique sont fréquentes depuis le début du conflit en Syrie.
Vidéo (langue arabe) :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=a44acf6a0021

Lattaqié
Vidéo d’un missile anti-char détruisant un Shilka (véhicule blindé de fabrication russe) de l’AAS. La scène a été filmée sur le mont Dorine, province de Lattaqié :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=d72f38362153

Activité de la coalition internationale

USA
Les Etats-Unis ont livré 250 véhicules blindés MRAP à l'Irak. 25 de ces véhicules auraient été livrés aux Peshmergas kurdes.
Les véhicules blindés ont été conçus pour protéger le personnel militaire contre les mines et les IED. Chaque véhicule a un coût de fabrication de $500.000.

Frappes de la coalition
La coalition internationale a mené 13 raids, les 7 et 8 janvier 1995, contre des cibles de l’Etat Islamique en Syrie et en Irak. Cinq frappes ont eu lieu près de la ville de Kobane (Aïn el-Arab en arabe) tandis qu’un autre frappait des installations pétrolières dans la région d’Hassakah. En Irak, des bombardements ont pris pour cible des positions islamistes à al-Rutbah, Tal Afar, Kirkouk, Falloujah, al-Assad et Sinjar.

Jean René Belliard

 

 

Commentaires

Il y a eu plus de 200,000 morts violentes en Syrie de civils et soldats envoyés à la mort à cause des soit-disantes 'sous-estimations' par les USA et les pays européens qui ont encouragé une révolution chaotique perdue d'avance aprés celle 'réussie' de la Libye.
Les milliers de morts à Gaza n'ont pas traumatisé l'Europe non plus.
On n'a pas entendu beaucoup de minutes de silence mais plutot des appels à plus d'attaques meurtrières. Il ne faut donc pas s'étonner de l'indifférence ou même d'une certaine satisfaction vengeresse dans le monde musulman devant la mort violente de 10 Francais ardents ennemis de l'Islam et de ses signes.
La France a encore "sous-estimé" les terroristes francais qu'ils ont indirectement encouragé à aller renverser "l'hérétique" Bashar Al Assad et qui sont revenus plus fanatisés que jamais: La protection des bureaux de Charli Hebdo à un moment ou les tensions sont extrêmes en France était plus qu'élémentaire.
Pour faire oublier cette erreur impardonable le gouvernement francais déploie maintenant des effort énormes qu'elle médiatise à outrance pour retrouver les assassins. Néanmoins les lacunes des services secrets et de la politique nationale et étrangère ont été exposés au grand jour.

Il est temps que la France au risque de déplaire à ses 'amis' riches du Golfe ait le courage d'attaquer le mal à sa base: Une contrôle très serré des centres islamiques et de leur financement qui servent de pépinieres et de tremplins pour les terroristes.

Écrit par : virgile | 09/01/2015

Les commentaires sont fermés.