29/12/2014

29 décembre 2014 – Nouvelles des guerres du Moyen Orient

Les Jihadistes de l’Etat Islamique affirment avoir abattu un nouvel avion de la coalition internationale et capturé le pilote. De même, ils affirment avoir détruit deux hélicoptères américains sur la base d’al-Assad et tué sept militaires U.S. au cours de cette opération. Une information ni confirmée ni démentie par des sources neutres ou par le CENTCOM. A prendre avec beaucoup de précaution. Normalement, l’EI a à cœur de prouver ses affirmations, ce qui n’est pas encore le cas.


Front Irakien

Les combats redoublent de violence au nord de Bagdad
Les combats ont redoublé d’intensité entre l’armée irakienne, les miliciens chiites et les tribus sunnites hostiles à l’Etat Islamique d’un côté et les Jihadistes de l’EI de l’autre. Les pertes sont très lourdes de part et d’autre,

Dhoulouiya (70 km nord de Bagdad)
Des informations contradictoires en ce qui concerne la bataille de Dhoulouiya qui a débuté dimanche 28 décembre. Les Islamistes, photos à l’appui, affirment toujours contrôler la ville, tandis que l’armée irakienne prétend avoir repris une partie de la localité, lundi 29 décembre, avec l’aide des milices chiites. Les Jihadistes seraient encerclés au nord-ouest de la ville selon l’armée.
L’Etat Islamique avait pris le contrôle des quartiers nord de la ville à l’occasion de sa grande offensive de juin 2014 qui avait provoqué l’effondrement de l’armée irakienne. Il n’avait pas réussi, toutefois, à s’emparer des quartiers sud en raison d’une forte résistance des tribus sunnites al-Jubouri qui refusaient de faire allégeance au califat.

A confirmer : un avion de la coalition aurait été abattu en Irak
L’Etat islamique affirme avoir abattu un avion de la coalition dans la région de Balad, au nord de Bagdad. Les jihadistes ont mis en ligne une vidéo pour supporter cette affirmation. Aucun commentaire, confirmation ou dénégation n’est parvenue du côté de la coalition. L’EI ayant affirmé avoir capturé le pilote, on devrait bientôt avoir une photo ou une vidéo du pilote si cette information s’avère exacte :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=99510c76c1d1

Une autre affirmation de l’Etat Islamique doit être confirmée. Il s’agit d’une information en provenance de plusieurs sources favorables à l’Etat Islamique qui voudrait que deux hélicoptères américains aient été abattus avec sept soldats à bord, le samedi 27 décembre. L’information a été rapportée par le journal al-Quds al-Arabi. Les militaires américains évacuaient la base al-Assad par crainte de l’avancée de l’EI. La base est proche de la ville de Hit, dans la province sunnite irakienne d’al-Anbar. Il semble que les appareils étaient au sol lorsqu’ils ont été détruits. Aucune image, cependant, ne soutient cette affirmation. 

Je répète que, pour l’instant, il ne s’agit que d’affirmations de l’Etat islamique et qu’aucune image ni aucune déclaration fiable ne soutient ces informations.

Province de Kirkouk
Vidéo d’un Kamikaze de l’EI peu de temps avant de se faire sauter contre une position de l’armée irakienne (langue arabe) :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=ba861e48ad14

Mossoul
Des informations alarmantes  circulent en ce qui concerne le sort d’une dizaine de médecins des hôpitaux de Mossoul. Cette ville du nord de l’Irak a été investie par les Jihadistes de l’EI en juin 2014.
Les informations font état de l’exécution de plusieurs médecins accusés par l’Etat Islamique d’avoir refusé de traiter les combattants blessés sur le front.
Au moins 10 médecins de l'hôpital al-Jimhuri à Mossoul auraient été arrêtés tandis que quatre autres auraient été exécutés.
Hikmat Sultan, directeur du service des urgences de l'hôpital public As-Salam à Mossoul, a déclaré à un journaliste kurde qu'il avait été arrêté et détenu pendant 20 jours au début du mois d’août.
Il a ajouté "Ils m’ont donné 120 coups de fouet parce qu'un certain nombre d'autres médecins et moi-même avions refusé d'aller à Tal Afar pour soigner leurs miliciens."
 «Je suis dans la cinquantaine et la douleur physique et psychologique que j'ai endurées pendant la flagellation par ces militants est delà de l'imagination."
Warqa Fadil, une femme médecin de Mossoul, a dit qu'elle avait accepté de travailler pour l’EI par crainte pour sa vie.
Elle a expliqué : «Je suis obligée d'obéir aux radicaux et sortir avec eux à tout moment ou n’importe quel endroit car j’ai peur pour ma sécurité et l'avenir de mes quatre enfants qui étudient à l'Université de Mossoul."
Selon une femme jihadiste de la ville syrienne de Tabqah, les militants ont mis en place un hôpital où le personnel est entièrement féminin pour permettre la ségrégation des soins de santé à Raqqa.
Cependant, le manque de personnel médical qualifié est devenu un problème majeur pour l’Etat Islamique.
C’est pourquoi une femme jihadiste connue sous le pseudo Bird of Jannah (l’oiseau du paradis) met des tweets sur les réseaux sociaux pour recruter toute muhajirah diplômée en médecine, soins infirmiers, radiographie ou travaux de laboratoire ou disposant simplement de connaissance en médecine de rejoindre l’EI.

Les Peshmergas détruisent un tank jihadiste sur le front de Makhmour
Les Peshmergas ont utilisé un missile antitank de fabrication franco-allemande et fourni par l’Allemagne pour détruire un tank de l’EI sur le front de Makhmour :
Vidéo (langue kurde) – Attention : des images peuvent choquer :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=3bf7328c0e10

Nouvel incident entre Kurdes et miliciens chiites
Un nouvel incident a eu lieu sur la route reliant Bagdad à Hawler entre miliciens chiites et la population kurde. Le contrôle de cette route avait été repris par les Peshmergas kurdes et les miliciens Hashed al-Shaibi, mais les miliciens chiites ont interdit aux camionneurs kurdes de l’utiliser.
Il est impossible aux camionneurs kurdes de sortir de Touz Khourmatou. Trois camionneurs kurdes ont ainsi été détenus pour avoir emprunté cette route. Les Chiites ont réclamé le paiement d’une rançon de 40.000 à 80.000$ pour leur libération. Un camionneur aurait même été tué. En d’autres endroits de la route, les camionneurs kurdes sont arrêtés par des miliciens armés qui exigent 100$ pour les laisser poursuivre leur route.
Pour protester contre cette situation, les camionneurs kurdes ont manifesté à Kirkouk mais la police locale les a dispersés, arguant qu’ils ne pouvaient rien faire pour régler le problème.
Vidéo (langue kurde) :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=ecc774990feb

Attentat anti-chiite
Un kamikaze s’est fait exploser, lundi 29 décembre,  contre une tente sous laquelle étaient servis des rafraichissements pour les pèlerins chiites dans la région de Taji, au nord de Bagdad. L’attentat a tué 17 pélerins et en a blessé 35 autres au moins.  a également blessé au moins 35 personnes.

Israël

Cisjordanie
Nouvel incident près de la colonie de Tapuah, au sud de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie. Des Palestiniens jetaient des pierres en direction de civils israéliens, selon la police, forçant les forces de sécurité à intervenir. Celles-ci ont commencé par effectuer des tirs de sommation. Mais les tirs n’ayant rien donné et les Palestiniens continuant à jeter des pierres, les soldats juifs ont alors tiré sur les émeutiers. Un manifestant a été tué et un autre, un jeune de 19 ans a été blessé. A noter que les Palestiniens affirment que les émeutiers jetaient des pierres sur des véhicules militaires israéliens et non pas sur des civils.
Ce nouvel incident ne va pas contribuer à réduire la vive tension qui règne en Cisjordanie. Une vingtaine de Palestiniens ont déjà perdu la vie au cours de divers incidents depuis le mois de juin 2014.

Front libanais

L’Etat Islamique menace la Békaa
On a observé dernièrement une montée en puissance de l’Etat Islamique dans les zones frontalières entre la Syrie et le Liban au niveau de la Bekaa libanaise. Ce renforcement fait craindre une expansion des Jihadistes de l’Etat Islamique dans les zones montagneuses de la Bekaa. 
L’Etat Islamique a, d’ailleurs, déjà débuté la guerre psychologique à l’adresse de ses ennemis. Plusieurs messages ont été mis en ligne affirmant, entre autres : « Nous frapperons les rafidites  (c’est-à-dire les chiites) aux explosifs, de Diyala à Beyrouth ».
Ou encore, ces propos d’un dirigeant de Daech à l’un des négociateurs libanais dans le dossier des militaires pris en otage : « Nous ne sommes pas pressés d’échanger les détenus par quelques prisonniers de Roumieh (la centrale pénitentiaire libanaise), parce que dans tous les cas nous irons dans quelques mois les libérer tous" !
Les forces de sécurité libanaises, encore sous-équipées, pourraient avoir du mal à contrer l’offensive des Jihadistes car ceux-ci pourraient s’appuyer dans la Bekaa sur des milliers de réfugiés syriens dont beaucoup sont prêts à se rallier à l’EI.

Camp palestinien d’Aïn el-Héloué (Saïda)
Le camp d’Aïn el-Héloué abrite un grand nombre de Jihadistes qui ont pris le contrôle de plusieurs secteurs, ce qui est à l’origine de nombreux incidents armés entre ces Islamistes et les organisations palestiniennes laïques comme le Fatah. Les forces de l’ordre libanaises n’étant pas autorisées à pénétrer dans le camp en respect des accords du Caire (1970) et de Melkart (1973), les camps palestiniens, et notamment celui d’Aïn el-Héloué, servent de refuge à tous ceux qui cherchent à échapper à la police libanaise.  
Mais les accords de Melkart autorisent quand même les forces de sécurité libanaise à fouiller les Palestiniens hors des camps. C’est ce qui a permis à la Sûreté générale d’arrêter au Liban-nord un Palestinien qui transportait des explosifs vers le camp palestinien d’Aïn el-Héloué.

Front syrien

Aïn el-Arab (Kobane)
La ville est désormais aux mains des combattants kurdes de l’YPG à 80%.
La milice kurde a mis en ligne, le lundi 29 décembre, une nouvelle vidéo pour montrer les combats de rue dans la ville :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=3bc377d22ec5
Mais les Islamistes s’accrochent désespérément et n’hésitent pas à lancer leurs kamikazes contre les positions kurdes.
Cette vidéo montre un Jihadiste algérien peu de temps de lancer son véhicule contre une cible kurde dans la ville de Kobane. La vidéo a été mise en ligne le 28 décembre 2014.
Vidéo (langue arabe)
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=3f14b2d0876e

Alep
La brigade des martyrs de Badr (qui fait partie de l’Armée Syrienne Libre) a mis en ligne plusieurs vidéos sur ses actions dans le quartier Bustan al-Basha à Alep. Cette brigade avait été dénoncée par l’OSDH (Observatoire Syrien des Droits de l’Homme) pour des exactions (torture et vol) contre les habitants d’Alep :
- Drôle de tir au canon :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=9250e9e7446b
- Vue sur les cibles :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=6e76a77c8fdc

Edleb
La brigade Jeich al-Mujahirin wal-ansar, une brigade de Jihadistes tchétchènes appartenant à l’Etat Islamique, a mis en ligne, le 29 décembre, une vidéo montrant la destruction d’un temple dans la province d’Edleb :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=94c6f78bea3d

Homs
Au moins huit personnes, dont quatre soldats, sont mortes, lundi 29 décembre, dans un attentat à la voiture piégée au point de contrôle de l'usine de gaz de Firqlos à Homs. 15 autres personnes ont été blessées.
L’attentat a été revendiqué par l’Etat Islamique qui a affirmé avoir été perpétré par deux Kamikazes. Des informations contradictoires affirment que les deux Islamistes ont été capturés par les forces de sécurité tandis d’autres prétendent qu’ils ont réussi à prendre la fuite.

B6A7Vm2IIAAnuRo.jpg

 

 

 

 

 

 

 

B6A7VFdIIAAQuzC.jpgPhotos des deux Jihadites

 

 

 

 

 

 

Zabadani
La ville de Zabadani est située à 50km au nord-ouest de Damas. Elle est une place-forte de l’Armée Syrienne Libre depuis le début de l’insurrection contre le pouvoir de Damas, profitant de la proximité de la frontière libanaise et de la région montagneuse du Qalamoun.
L'armée arabe syrienne (AAS) - soutenue par le Hezbollah libanais et les Forces de défense nationale (milices pro-Assad) ont commencé les opérations de nettoyage dans la ville rétive d'Al-Zabadani à la frontière libano-syrienne. Les soldats ont passé au peigne fin plusieurs versants montagneux autour de la ville et fouillé de nombreuses cachettes.
Les opérations ont commencé le samedi matin 27 décembre engageant le combat contre les positions de la Liwaa Souqour Al-Zabadani (Brigade des Faucons de Zabadani ). Ils ont mis hors de combat plusieurs miliciens et investi un point de contrôle de la brigade rebelle au sud de la ville de Zabadani. Cela faisait six mois que l’armée n’avait pas lancé une opération militaire dans cette région.
Après la capture de cette position, un contingent du Hezbollah libanais a mené une attaque à grande échelle contre les Jihadistes du Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie) retranchés près de la décharge de Zabadani à l’ouest de la ville. Les combats se sont poursuivis jusqu'au dimanche matin 28 décembre.  Le Hezbollah a réussi à chasser les combattants du Front al-Nosra vers les 11 heures du matin.
A l'ouest de la ville, les soldats de l’AAS ont réussi à prendre le contrôle d’une position du Front al-Nosra qui protégeait le centre de commandement des Jihadistes. Les combats, très violents, sont toujours en cours. Dans ce secteur, les militants du Front al-Nosra ont reçu le soutien des combattants des Faucons de Zabadani, mais pas celui de l’Etat Islamique.

Toujours des tensions entre le Front al-Nosra et l’Etat Islamique
Cela est sans doute du à la rivalité qui persiste entre le Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie) et l’Etat Islamique dans le Qalamoun. Les uns et les autres avaient pourtant juré d’oublier leur rivalité pour se concentrer à la lutte contre le pouvoir syrien.
Le responsable religieux du Front al-Nosra, Sami el-Eraïdi, a accusé l’Etat Islamique de laxisme dans son combat contre le pouvoir syrien, au « mépris du sang des sunnites ».
De son côté, l’Etat Islamique accuse le responsable du Front al-Nosra dans le Qalamoun, Abou Malek Tallé, d’être un « apostat », ce qui, par les temps qui courent, pourrait être une accusation lourde de conséquences.
Il est certain que les difficultés du Front al-Nosra à Zabadani et sa région pourraient servir les desseins de l’Etat Islamique qui a bien l’intention de prendre un contrôle indiscuté de cette région.

Jean René Belliard

 

 

 

Commentaires

Le malheureux pilote sera de toute façon exécuté! Ils lui ont fait dire "que son avion a été abattu...." Ce qui est démenti!

"met des tweets sur les réseaux sociaux"

Twitter devrait être sanctionné pour accepter ces barbares dans son service!

Écrit par : Patoucha | 30/12/2014

Les commentaires sont fermés.