23/12/2014

Liste des milices rebelles syriennes disposant de missiles TOW’s américains

Recrudescence de l’emploi de missiles antichars TOW américains
On a constaté, dernièrement, un emploi croissant de missiles TOW BGM-71, de fabrication américaine. Ces missiles sont mortels pour les chars de l’Armée Arabe Syrienne. Ils ont notamment été largement utilisés lors des batailles qui ont abouti à la capture des bases militaires de Wadi Deif et Hamidiyyé par les rebelles. Le problème est que ces missiles américains étaient entre les mains des combattants du Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie) et de ceux de la brigade islamiste Ahrar al-Cham. Cette dernière formation rebelle, qui faisait partie du Front Islamique d’obédience saoudienne wahhabite, a souvent coopéré avec les Jihadistes du Front al-Nosra. On ne peut pas dire que le Front al-Nosra et la brigade Ahrar-al-Cham peuvent être considérés comme des organisations rebelles « modérées ». Il est donc étonnant qu’elles aient de telles armes américaines à disposition si on croit ce qu’on nous explique depuis des mois, à savoir que seules les brigades « modérées » pourraient recevoir des armes américaines.


Qui a fourni ces armes létales ?
Le département d’état américain pour les Affaires étrangères s’est empressé, par la voix de son porte-parole de nier avoir fournis de telles armes aux milices en question.
La seule milice à laquelle les Américains ont reconnu, en mai 2014, avoir fourni des missiles TOW's, et encore pas directement, est le mouvement Hazm. Les missiles lui auraient été fournis  par le biais d’une partie tierce et avec le consentement américain. 
Toujours est-il que ces missiles se sont retrouvés entre les mains du Front des Révolutionnaires Syriens. Ils leur ont sans doute été fournis à un moment (janvier 2014) où le Front des Révolutionnaires syriens, le Front Islamique (pro-wahhabite saoudien) et d’autres brigades de l’Armée Syrienne Libre, dont la brigade Hazm, combattaient ensemble contre les Jihadistes de l’Etat Islamique (à l’époque appelé Etat Islamique d’Irak et du Levant).
Récemment, le Front des Révolutionnaires Syriens a été mis en déroute par les Jihadistes du Front al-Nosra qui se sont emparés de ses bases et d’une grosse partie de son stock d’armement. Ce qui explique sans doute pourquoi, les combattants du Front al-Nosra avaient des missiles TOW’s à disposition lors de la bataille contre la base militaire de Wadi Deif.

Un fait troublant : Les Jihadistes du Front al-Nosra savaient parfaitement manipuler les TOW’s
Il reste une question à laquelle on n'a pas de réponse : Obtenir des missiles TOW’s est une chose, mais savoir les manier en est une toute autre, d’autant qu’il nécessite un entrainement long et spécialisé.
Un Jihadiste a confié à un journal libanais : : « des frères se sont entrainés au maniement de ces missiles et ont participé dans la bataille où ils ont joué un rôle essentiel ».

Mouvement Hazm
Les membres du Mouvement Hazm, fondé en janvier 2014, proviennent des restes des brigades al-Farouq (fondées en août 2011) et sont en général d’anciens soldats ayant déserté pour mener la lutte contre le pouvoir de Bachar el-Assad. Ce mouvement est modéré et particulièrement bien organisé sur le plan militaire.
Le mouvement a reçu, en avril 2014, ses premiers 20 missiles antichars TOW de fabrication américaine. Ils ont été fournis au mouvement Hazm par une source occidentale, avait révélé à l’époque un officier rebelle sous couvert d'anonymat, refusant de dire quel pays était le fournisseur.
C’est la première fois que de tels missiles étaient fournis à un mouvement rebelle syrien avec l’approbation des Etats-Unis. Les Américains pensaient enfin avoir trouvé un partenaire sérieux sur le terrain. La décision américaine a sans doute été précipitée par le fait que la diplomatie russe marquait des points en Syrie à ce moment.

Front des Révolutionnaires Syriens
Cette puissante formation rebelle, fondée en juin 2012 à Istanbul, est dirigée par l’officier déserteur Jaamal Marouf. Il aurait compté jusqu’à 12.000 combattants très bien armés. Les combattants du Front auraient reçu des missiles TOW’s américains à la condition qu’ils s’engagent à combattre contre l’Etat Islamique. Le Front a été chassé de la province d’Edleb en novembre 2014, par le Front al-Nosra qui a l’intention de faire de cette province son propre califat islamique. Les combattants du Front des Révolutionnaires Syriens qui n’ont pas rejoint l’Etat Islamique ou été tués, se sont réfugiés en Turquie.
Le conflit entre le Front des Révolutionnaires Syriens et le Front al-Nosra aurait débuté le lundi 27 octobre 2014 alors que les Jihadistes du Front al-Nosra et d’autres organisations rebelles avaient entamé une offensive contre les soldats de l’Armée Arabe Syrienne (AAS) dans la ville d’Edleb. Les miliciens du FRS avaient reçu l’ordre de rester l’arme au pied et de ne pas participer à cette offensive. Cela n’a pas plus à tous les membres du FRS et plusieurs d’entre eux ont décidé de rallier les unités qui participaient au combat. C’est alors que Jamal Maarouf, le chef du FRS, a décidé de lancer une offensive contre les renégats pour saisir leurs armes et a même demandé à ses fidèles de bombarder des villages où ces dissidents s’étaient réfugiés. En réponse, les Jihadistes du Front al-Nosra se sont joints à ceux de la faction Jund al-Aqsa  pour se porter au secours des dissidents du FRS. Mais leur entreprise a été entravée par des check-points du mouvement al-Hazm qui voulait les empêcher d’approcher les positions du FRS fidèles à Jamal Maarouf.
Samedi 1er novembre, après ses succès sur le terrain, le Front al-Nosra déclarait un cessez-le-feu à la condition que Jamal Maarouf comparaisse devant un tribunal islamiste pour être jugé selon la charia. Inutile de dire que Maarouf n’a pas montré le moindre signe qu’il allait répondre favorablement à cette convocation. Les combats ont donc repris et tournés à l’avantage des Jihadistes du Front al-Nosra.

Front Islamique (d’obédience wahhabite saoudienne)
Le Front Islamique a été créé sur encouragement de l’Arabie saoudite. Il regroupait sept importantes formations islamistes rebelles combattant le pouvoir syrien. La formation du Front Islamique a été annoncée le vendredi 22 novembre 2013. Il s'agissait lors de la première fusion de groupes rebelles islamistes depuis le début du conflit en Syrie. L’objectif du Front est de construire en Syrie un  "Etat islamique".
"Le Front islamique est une force sociale et militaire indépendante qui a pour objectif de renverser le pouvoir (du président Bachar el-Assad) en Syrie et le remplacer par un Etat islamique juste", affirme le communiqué.
Parmi les formations qui avaient rejoint le Front islamique, figuraient Liwa al-Tawhid (proche des Frères musulmans), Ahrar al-Sham (salafiste) et Jeich al-islam (la principale force du Front Islamique). Le Front islamique kurde a également rejoint la nouvelle formation.  Le Front Islamique est surtout actif, aujourd’hui, autour de Damas.

Alliance du front du sud
Il s'agit d'un rassemblement de brigades rebelles actives au sud de la Syrie. Cette formation a vu le jour en février 2014. Elle semble bénéficier d’un soutien américain, jordanien et saoudien. Elle pourrait être menacée dans un proche avenir par l’Etat Islamique qui a annoncé son intention d’élargir son califat islamique à la région sud de la Syrie.

5ème  contingent,  Unité-13   
Le 5ème contingent a été formé en 2013 sous le commandement du lieutenant Ahmad as-Saoud. Son QG se trouve à Maarat el-Noumane, dans la province d’Edleb. Le 5ème contingent comprend une katiba baptisée « Unité Tow ».
Il comprend une autre Katiba, « l’Unité 13 »,  également spécialisée en missiles anti-chars TOW.

Brigade Première de l’infanterie
Cette brigade, comme le 5ème contingent, est active dans la province d’Edleb. Elle a mise en ligne des vidéos de tirs de missiles TOW’s

Contingent-101 d’infanterie
Brigade rebelle active aussi bien à Edleb qu’à Hama et Alep. Elle aussi a des missiles TOW’s à disposition
 
Brigade des chevaliers de la Vérité
Brigade rebelle active aussi bien à Edleb qu’à Hama. Elle aussi a des missiles TOW’s à disposition.

Bataillons al-Ansar
Cette brigade rebelle d’obédience islamiste a été formée en septembre 2012 dans le Rif d’Alep. Aujourd’hui, elle est active aussi bien à Edleb qu’à Hama. Elle a attiré l’attention lorsque son chef, un certain Rachid Abou al-Fida a menacé, en décembre 2012, la population de deux localités chrétiennes de la province de Hama de représailles si elle ne chassait pas les soldats de l’AAS. La brigade al-Ansar dispose aussi de missiles TOW’s américains.

Bataillon des Aigles de Jabal Zawiyé (Nusur Jabal al-Zawiyah)
Cette brigade qui s’est illustrée dans les combats pour Maaret an-Numan, faisait partie d’un groupuscule islamiste avant de le quitter pour rejoindre le Front des Révolutionnaires syriens (FRS), puis le 5ème contingent depuis que le FRS s’est fait expulser par le Front al-Nosra du nord de la Syrie. Il dispose de TOW’s américains.

Brigade Noureddine Zanki
Cette brigade est l’un des groupes les plus puissants d’Alep. Elle faisait partie au départ de la brigade al-Tawhid, la brigade des Frères Musulmans, avant de rejoindre celle de l’Armée des Moudjahidines, puis de quitter les rangs de cette dernière. Elle dispose de TOW’s américains et met souvent en ligne des tirs de missiles.

Bataillon al-Adiyat
Cette brigade combat dans la province d’Edleb et au nord de Lattaquié. C’est l’une des brigades qui a participé à l’opération al-Anfal contre la ville de Kassab, à la frontière turco-syrienne, avant d’être repoussée par l’AAS. Il dispose de TOW’s américains.

Rassemblement des Aigles de la forêt
Cette brigade se trouve à Hama. Elle dispose de TOW’s américains.

Brigade Les Faucons de la montagne (Suqur al-Jabal)
Cette brigade a mis en ligne une vidéo montrant l’utilisation d’un missile TOW BGM71 ATGM contre un char T-72 qu’elle a détruit au cours de la bataille d’al-Brij, proche d’Alep. C’tait la seconde fois de la journée qu’un TOW était utilisé.
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=a2b760eea733

Rassemblement du martyr Ahmad al-Abdo
Le rassemblement est actif dans le Qalamoun et dans la province nord de Damas. Ce dernier a utilisé des TOW pour la première fois en mai 2014. Il détient aussi des missiles chinois de type HJ-8, apportés du Soudan grâce à des fonds qataris. 

Bataillon des Muhajirin et Ansar
Cette brigade, aux tendances islamistes, comprend des miliciens de nationalités arabes et qui combat à Deraa sous le commandement de Ayyad al-Kodouh et Khaled Fathallah. Il dispose de TOW’s américains.
Le bataillon des Mouhajirines et Ansar n’a rien à voir avec la milice al-Mouhajirine et Ansar que l’on trouve au nord de la Syrie et qui fait partie de l’Etat Islamique. Cette dernière est composée de miliciens tchétchènes. Ce ont ces miliciens qui ont massacré des soldats prisonniers après la capture des bases militaires de la région de Raqqa.
Vidéo d’un tir de missiles TOW contre la brigade 52 de l’AAS à Hrak (sud syrien), au début du mois de décembre 2014 :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=c66e69fddc10

Brigades Saïf al-Cham
Ces brigades sont formées de brigades islamistes. Elles combattent à Deraa (Sud syrien) et à Quneitra. Elle dispose de TOW’s américains.

Brigade Fajr al-Islam (aube de l’Islam)
Il s’agit d’une brigade islamiste considérée comme « modérée » par les Occidentaux. Elle coopère pourtant de temps en temps avec les Jihadistes de l’Etat Islamique. La brigade Fajr al-Islam est active dans la province de Deraa (Sud syrien) et à Quneitra. Elle dispose de TOW’s américains.

Bataillon des Jeunes Sunnites
Il s’agit d’un groupuscule d’obédience islamiste qui se bat au sud de la Syrie. Il dispose de TOW’s américains.

Colonne Tourane
Active au sud de la Syrie. Elle dispose de TOW’s américains.

Brigade de l’unification des bataillons du Hauran
Active au sud de la Syrie. Elle dispose de TOW’s américains.

Brigade al-Shuhada  Yarmouk (les martyrs de Yarmouk)
Yarmouk est un camp palestinien situé dans la banlieue de Damas. Il a été le théâtre de violents combats entre les Palestiniens opposés au pouvoir syrien et ceux, comme le Front Populaire de Libération de la Palestine –Commandement Général (FPLP-CG) partisans du pouvoir. Les pro-syriens, expulsés du camp, ont soumis le camp à un blocus rigoureux qui a provoqué de nombreux morts au sein de la population civile dus à la famine et aux  combats.
Anciennement alignée avec Ahrar al-Sham, la Brigade al-Shuhada Yarmouk avait fait parler d’elle lorsqu’elle avait enlevé 21 soldats de la paix des Nations Unies chargés d'observer la ligne de cessez-le-feu entre Israël et la Syrie sur le Golan. Les rebelles accusaient les casques bleus de collaborer avec le pouvoir syrien. Dans un premier temps, les ravisseurs ont affirmé qu'ils étaient détenus comme "prisonniers de guerre", puis ils ont dit que les troupes de l'ONU avaient été enlevées pour leur propre protection et étaient, en fait, "invitées". Enfin de compte, ils ont laissé les otages partir. Ils avaient en fait cédé à la pression exercée par le général Salim Idris, l’homme fort du mouvement Hazm. Aujourd'hui, la Brigade al-Shuhada Yarmouk est rentrée dans le rang et un de ses fondateurs est devenu le commandant adjoint du front sud.
Active au sud de la Syrie. Elle dispose de TOW’s américains.

Les brigades des martyrs de Damas
Les chefs de ces brigades affirment être  un mouvement islamique indépendant. Les brigades sont présentes à Deraa, Quneitra et au sud de la province de Damas. Elles utilisent également des missiles américains TOW’s.

Les brigades al-Omary
Elles sont actives à Deraa seulement. Elles ont des missiles TOW’s à disposition.

L’unité al-Hamza
Elle est active à Deraa seulement. Elle a des missiles TOW’s à disposition.

Le premier régiment d’artillerie
Le premier régiment d’artillerie a été formé par le Conseil militaire de Deraa. Il dispose de missiles TOW’s et d’autres missiles antichars.

Conseil militaire d’Abdel Ilah Bachir
Cet autre Conseil militaire, qui se trouve à Quneitra, a été fondé par Abdel Ilah Bachir. Il compte dans ses rangs des milices toutes appartenances confondues, dont des islamistes. Il dispose également de missiles antichars TOW’s.

Deux autres milices auraient obtenu dernièrement des missiles américains TOW’s :

Jeich al-Mujahidin (l’armée des moujahidines)
Cette formation est active dans la province d’Alep. Elle a, elle aussi, des missiles TOW’s à disposition. Mais attention ! On sait que Jeich al-Mujahidin a noué une alliance tactique avec les Jihadistes de l’Etat Islamique.

La brigade des martyrs de l’Islam
Cette brigade qui est active à Daraiya prétend avoir reçu des missile TOW’s américains, malgré le siège imposé à cette localité de la Ghouta occidentale, proche de la capitale syrienne.  

Jean René Belliard

Commentaires

Merci Mr Beillard pour cet article détaillé.

Cette liste est "hallucinante". Un chat ne retrouve plus ses chattons dans ce chaos où les vases communicants doivent fonctionner.

Il ne faut pas nous dire qu autant les USA que la France ne connaissent pas et qu ils n ont jamais appliqué ce dogme:""Les ennemis de nos Ennemis sont Nos Amis"". Amis ? Oui mais pour combien de temps? Ben Laden, selon même Mme Hillary Clinton avait répondu à un journaliste américain:""Arrêtons de mentir, nous, les USA avons fabriqué au début Al Qaida en Afghanistan pour contrer l expansion de l Union soviétique vers le Sud"" et on connaît l affaire dramatique des tours à la fin...

J ai été intriguée par ce que le Tribunal Administratif de Paris (TAP) avait statué le 21 décembre 2014 au sujet de la plainte contre Mr Fabius à
déposée par quelques syriens dont membres de leur familles qui ont été tués en Syrie et aussi,entre autres, à cause de sa déclaration, non niée certes par Mr Fabuis ni regrettée non plus, qu "Al Nosra fait du bon boulot en Syrie"".

Donc, la guerre civile en Syrie est une chose selon le TAP :"" qui ressort de la Politique de la France et non pas de Mr Laurent Fabius""

Question: Ceci n ouvre t il pas la porte a s adresser au tribunal arbitral de l ONU?

J espère que mon texto sera publié ...

Merci et Bien à Vous.

Écrit par : Natacha | 23/12/2014

Quelle salade! Il est compréhensible que les américains ne s'y retrouvent plus.
Pour cela, je doute fort que les combattanst 'modérés' entrainés récemment en Arabie et supposés en route pour la Syrie seront armés d'équipememt militaires lourds. En effet, ils sont attendus anxieusement par ces milices qui veulent profiter de ce nouvel arrivage d'armes. Ces combattants frais et émoulus ne feront pas long feu dans la mêlée qui s'ensuivra.
Une autre débacle en perpective.

Écrit par : virgile | 23/12/2014

Les commentaires sont fermés.