21/12/2014

21 décembre 2014 - Guerre mondiale contre le jihadisme

Faits marquants du jour

Deux voitures piégées dans la ville suédoise de Malmö, samedi 20 décembre. Un nouvel acte de nature vraisemblablement terroriste en France en deux jours. L'Etat Islamique, qui a subi une série de revers en Irak depuis quelques semaines , est-il en train de déplacer le conflit en Europe pour rendre impopulaire la participation des pays européens à la coalition internationale en Irak et en Syrie ?


Front irakien

Libération du mont Sinjar
8000 Peshmergas kurdes ont remporté une grande victoire sur les Jihadistes de l’Etat Islamique en reprenant le contrôle du Mont Sinjar,  samedi 20 décembre, après quatre jours d’offensive. Soutenus par des frappes de la coalition internationale, ils ont réussi à briser le siège imposé depuis septembre par les jihadistes de l'EI et à réoccuper une partie de la ville de Sinjar. L’offensive a permis de venir au secours de centaines de civils appartenant notamment à la minorité yazidie.
Dans la foulée, les Kurdes auraient repris 700 km2 de territoire irakien, renforçant ainsi leur emprise sur le nord du pays face à l'Etat fédéral.
Dimanche 21 décembre, le chef des Kurdes d'Irak, Massoud Barzani, s’est rendu sur le Mont Sinjar, assiégé durant des mois par les jihadistes, pour saluer la victoire des forces kurdes.
"Durant les derniers 48 heures, les peshmergas ont ouvert les principales routes menant au Mont Sinjar", s'est félicité M. Barzani.
Le président de la région autonome du Kurdistan a indiqué que les peshmergas pourraient participer à une future opération pour reprendre Mossoul, la deuxième ville d'Irak, aux mains de l'EI depuis juin 2014.
"Nous y participerons si le gouvernement irakien nous le demande, et, bien sûr, nous aurons nos conditions", a-t-il ajouté.

Sinjar – Province de Ninive
Shingal, la capitale de la communauté yazidie a été libérée, samedi 20 décembre par les Peshmergas. Cela faisait quatre mois que la localité avait été occupée par les Jihadistes de l’Etat Islamique. Ces derniers ont du battre en retraite vers la Syrie après avoir subi de lourdes pertes, notamment dans la localité de Bahaj, à proximité de Shingal .
Le chef du Conseil national de sécurité du Kurdistan, Masrur Barzani, a salué cette victoire en déclarant : "C’est la plus grande victoire contre l’Etat Islamique depuis le début de la guerre. Nous avons réussi à ouvrir un corridor de sorte que les gens bloqués sur la montagne puissent se mettre en sécurité ".
Vidéo de la capture de la ville (commentaires en langue kurde) :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...
Vidéo mise en ligne sur la bataille pour Shingal le samedi 20 décembre, par les Peshmergas :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=71567e89da3d
Autre video de la bataille (côté Peshmerga) :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=71567e89da3d

Nouvelle offensive kurde à partir de Rabia, à la frontière syrienne
Les peshmergas ont lancé samedi une nouvelle offensive depuis le sud de la ville de Rabia, à la frontière avec la Syrie. Elle vise à reconquérir au total un territoire d'environ 2.100 km2, selon le conseil de sécurité du Kurdistan irakien.

Tikrit
L’armée irakienne et la milice chiite Asa’ib Ahl al-Haq ont réussi à garder le contrôle d’ al-BuNasser, au sud de Tikrit :
https://www.youtube.com/watch?v=HPkWr4WVO3A&feature=p...

Baiji
Une vidéo intéressante montrant un soldat de l’armée irakienne tirant un missile 9M133 Kornet-E ATGM de fabrication russe. Le tir vise un camion de l’Etat Islamique sans doute utilisé pour une attaque suicide :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=dd423786320f

Wathiq al-Battat, leader du Hezbollah irakien tué par l’Etat Islamique
Le leader du Hezbollah irakien a été tué dans les combats pour Samarra.

Wathiq al-Battat.jpgWahiq al-Battat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Liban

Armes françaises
Le Liban souhaite recevoir rapidement les hélicoptères français prévus dans le cadre d'un contrat de livraisons d'armes visant à renforcer son armée face à la menace jihadiste, a déclaré le Premier ministre libanais dans une interview au Journal du Dimanche.
"Nous discutons encore pour que les hélicoptères soient livrés au début du programme et non à la fin pour que nous puissions utiliser au plus tôt les missiles contre les jihadistes dans la montagne", a indiqué Tammam Salam.
"Daech est présent dans la région d'Ersal à la frontière libano-syrienne. S'il parvient à envahir le Liban, il imposera son extrémisme partout", a-t-il ajouté.
Paris et Riyad avaient signé début novembre 2014 un contrat pour la livraison au Liban d'armes françaises pour un montant de trois milliards de dollars, financé intégralement par l'Arabie saoudite. 
La première livraison d'armes et d'équipements est prévue pour le premier trimestre 2015 mais le ministère français de la défense a prévu de ne livrer les hélicoptères qu’à la fin.
Depuis le début du conflit syrien, le territoire libanais est souvent utilisé par les combattants rebelles syriens, ce qui provoque des tensions avec le pouvoir syrien et avec les localités chiites de la Bekaa. Vingt-cinq militaires  libanais ont été enlevés début août après un assaut lancé par des islamistes contre la ville sunnite d'Ersal, dans la vallée de la Bekaa, près de la frontière syrienne.

Le premier ministre libanais considère les raids aériens de la coalition insuffisants
Le premier ministre libanais, Tammam Salam a également fait savoir qu’il considérait les bombardements aériens menés par des avions de la coalition internationale contre l'Etat islamique et le Front al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda, comme insuffisants.
"Pour les battre il faudrait aller au sol. Mais à ce stade, qui veut y aller?", a-t-il commenté.


Front syrien

Activité de la coalition internationale
La coalition internationale dirigée par les Etats-Unis a mené dimanche douze raids aériens contre des positions du groupe Etat islamique (EI) dans le nord de la province d'Alep.
Les frappes se sont déroulées entre Dabiq, un bastion jihadiste, et la localité de Marea, tenue par les rebelles.
"Ces frappes pourraient aider les rebelles et le Front Al-Nosra dans leur lutte contre l'EI", commenté Rami Abdel Rahmane de l’Observatoire Syrien pour les Droits de l’Homme (OSDH), compte tenu du fait que les zones ciblées sont le terrain d'affrontements fréquents entre l'EI et leurs rivaux issus de groupes rebelles et du Front al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda.
Il est à noter que certaines frappes américaines ont eu lieu au nord immédiat de la ville d’Alep. On attend des renseignements sur les cibles qui ont été réellement touchées.

Le premier contingent de rebelles formés par les USA en Arabie saoudite
Le premier contingent de combattants de l’Armée Syrienne Libre formés par les USA en Arabie saoudite, vient de revenir en Syrie à partir de la frontière turque.
Ces 1.000 combattants rebelles syriens sont les premiers à avoir suivi une formation en Arabie saoudite depuis que le Royaume a accepté, en Septembre 2014, d’installer des camps d'entraînement pour les rebelles modérés. Ce programme s’inscrit dans le plan américain de lutte contre l’Etat Islamique en Irak et en Syrie. 
Le lieutenant-colonel Khaled al-Hammoud, un des instructeurs, a déclaré que le premier lot de combattants de l’ASL venait dr rentrer est en Syrie à partir de la frontière turque. Ils doivent participer à la lutte contre l’Etat Islamique dans le cadre d’un accord Etats-Unis – Turquie.
Selon Hammoud, l’objectif donné à l’Armée Syrienne Libre est de prendre d'assaut
les  bastions de l’Etat Islamique au nord et à l’est de la Syrie, « la bataille bénéficiera de la couverture des Etats-Unis. » Il sous-entendait par là que la coalition internationale appuiera les attaques au sol par des raids aériens.
La formation militaire des rebelles de l’Armée Syrienne Libre a été décidée par le président Obama qui désirait utiliser la rébellion  syrienne pour appuyer les opérations militaires  contre l’Etat Islamique par des attaques au sol.  Le commandant Hammoud a dit clairement que les rebelles n’avaient pas d'autres choix que de s’allier avec les Etats-Unis qui se est engagé à renforcer son soutien aux rebelles modérés.
Hammoud a ajouté : "nous envisageons d'avoir des camps d'entraînement dans le nord syrien et d'augmenter le nombre des combattants en stage  à 10 000 combattants.
L’ancien officier de l’armée syrienne a précisé que les combattants appartenaient à tous les groupes rebelles, y compris au mouvement islamiste Ahrah el-Sham. 

Jihadisme international

France
On ne sait pas encore si ce nouvel acte est à inscrire dans le cadre d’une action terroriste à caractère salafiste, mais un automobiliste aurait volontairement renversé en cinq endroits différents des passants avec sa voiture vers 20H15 ce dimanche 21 décembre, faisant onze blessés dont deux graves. Deux autres personnes accompagnaient le chauffeur mais auraient réussi à prendre la fuite tandis que le chauffeur était arrêté. Le processus opératoire rappelle celui utilisé dernièrement par des Palestiniens en Israël. Il est à noter que l’homme aurait crié « Allah akbar » selon les témoins et aurait expliqué, après son arrestation, avoir agi pour venger les enfants palestiniens.
Une source proche de l’enquête a déclaré que "l'homme, né en 1974, présente le profil d'un déséquilibré et serait suivi en hôpital psychiatrique", ajoutant que "pour l'heure ses revendications semblent encore floues". Cette agression survient au lendemain de l'attaque d'un commissariat dans la localité de Joué-les-Tours où un assaillant avait blessé trois policiers à coups de couteau en criant "Allahou Akbar".

Suède
Selon la police suédoise, deux voitures piégées ont explosé, samedi 20 décembre, à Malmö, la troisième grande ville suédoise.
Les explosions se sont produites, dans les quartiers à forte population irakienne, libanaise, bosniaque et kosovar. "Les explosions n'ont fait aucune victime. L'une des voitures a explosé près d'un bâtiment et l'autre, non loin d'un parking", a affirmé le chef de la police de la ville. Les policiers n'ont pas, encore, réussi à arrêter les auteurs de ces deux explosions.
La ville avait déjà connu, ces derniers temps, des explosions à la bombe, mais c'est la première fois que des attentats à la voiture piégée y sont commis.
Ces deux attentats pourraient signaler la première action de grande envergure des Jihadistes en Europe depuis le début des raids de la coalition internationale en Irak et en Syrie. Il ne s’agit plus ici d’un acte isolé comme on a pu voir en Australie et en France, samedi 20 décembre, mais d’une opération menée avec des moyens techniques et des connaissances en explosifs.
Cela fait quelques mois que les autorités sécuritaires de nombreux pays européens craignent le retour des Jihadistes dans leur pays d’origine.

Jean René Belliard

Les commentaires sont fermés.