11/12/2014

11 décembre 2014 -Nouvelles des guerres au Moyen Orient

Des combats sur tous les fronts sans qu'aucun des adversaires ne remporte des victoires déterminantes. Pourtant plusieurs des batailles en cours peuvent faire évoluer le sort des armes dans un sens ou un autre.


Front irakien

727 Peshmergas tués en Irak depuis juin 2014
Six mois après le début de l’offensive de l'État islamique en l'Irak, les pertes kurdes s’élèvent à 727 combattants kurdes  tués et 3564 blessés.
La bataille entre Kurdes et Jihadistes de l’EI se déroule sur une ligne de front longue de plus de 1000km.
Les morts et les blessés comprennent des officiers, des sous-officiers, des membres des services de renseignement kurdes, les Asayish, et de la police.
34 Peshmergas sont également portés disparus.
Ces chiffres ne comprennent pas les pertes subies en Irak par des combattants kurdes des groupes armés basés en Turquie, en Syrie et en Iran qui ont rejoint l'effort de guerre anti-EI.
Par ailleurs, 11 kurdes peshmergas qui avaient rejoints leurs frères de YPG a Kobané ont été blessés.

Sinjar
Des combats ont éclaté entre les Jihadistes de l’Etat Islamique et les miliciens kurdes du PKK épaulés par des combattants yazidis de L’YBS à Shlo, à l’ouest du Sinjar, faisant plusieurs tués parmi les Islamistes. L’YBS est une milice yazidie.

Front Libyen

Benghazi
Près de 50 personnes ont été tuées au cours des 10 derniers jours en raison des combats entre les forces pro-gouvernementales libyennes et des groupes islamistes à Benghazi.
Cela porte le nombre de morts à environ 450 depuis que les forces spéciales de l’armée et des troupes dirigées par l'ancien général Khalifa Haftar ont lancé une offensive contre les islamistes de Benghazi. Elles les ont expulsés de la zone de l'aéroport et de plusieurs camps militaires que les Forces spéciales avaient perdus l'été dernier.
Les combats semblent être dans l’impasse dans la région du port de Benghaz, bien que les forces de Haftar aient bombardé la zone pendant des semaines. Mais elles n’ont pas encore réussi à déloger les Islamistes retranchés au port.
Le porte-parole du général Haftar, Mohamed al-Hijazi, qui parle aussi au nom de l'armée de l'est de la Libye, a déclaré que des renforts étaient arrivés des villes de Tobrouk et d’Ajdabiya pour aider les forces pro-gouvernementales à Benghazi.

Objectif : Tripoli
En août 2014, Abdullah al-Thinni, le premier ministre reconnu par les Occidentaux, avait été obligé de fuir Tripoli lorsque des insurgés islamistes regroupés au sein de l’Aube de la Libye s’étaient emparés de la capitale libyenne pour y installer leur propre gouvernement. La bataille de Tripoli avait duré près d’un mois entre les miliciens de l’Aube de la Libye et les milices de Zenten, partisanes d’al-Thinni.
Mercredi 10 décembre, al-Thinni a affirmé sa ferme intention de récupérer Tripoli  par la force. Il a déclaré à la chaîne satellitaire al-Arabiya, basée à Dubaï, que ses forces progressaient vers la capitale libyenne et qu’il avait également l’intention de récupérer le principal poste frontière avec la Tunisie, actuellement occupé par l’Aube de la Libye.

L’inconnu : les puissantes milices de Misrata
On ne sait toujours pas ce que vont faire les puissantes milices de Misrata. L’Aube de la Libye affirme qu’elles vont se ranger de son côté et qu’elles seraient en train de préparer une puissante offensive dans l’est libyen. Rien n’est moins sûr car un député de Misrata, Fathi Bushaga, a demandé la dissolution de l’Aube de la Libye, le 6 décembre 2014. Il a expliqué que la mission de l’Aube de la Libye avait été de purger la zone de l’aéroport de Tripoli des milices de Zenten mais qu’une fois cet objectif atteint, l’Aube de la Libye devait se dissoudre car leur mission était achevée.
L’Aube de la Libye affirme avoir une nouvelle mission qui était de protéger la révolution et d’empêcher l’ancien régime de revenir au pouvoir.

Front syrien

Alep
On a déjà expliqué les enjeux de la bataille d'Alep. Des miliciens du Front Islamique (pro-saoudiens) bombardent au mortier des positions de l’AAS dans la région d’al-Brij et al-Ansarat :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=0c6e2adfcdf8
Vidéo (langue arabe) de la brigade rebelle Noureddine Zanki sur les combats dans le quartier d’al-Sakhour sur le front de Suleyman al-Halabi (Est d’Alep) :
https://www.youtube.com/watch?v=v16V9QZDl-0&list=UUtk...
Vidéo (langue arabe) sur le siège de la ville chiite d’al-Zahra. La vidéo montre l’utilisation d’un canon bi-tube antiaérien :
https://www.youtube.com/watch?v=Q7xXwPfq71w&list=UUtk...

Damas et sa banlieue
Daraiya
Une nouvelle vidéo du secteur de Daraiya ou un char T-72 de la brigade rebelle Shuhada al-Islam (les martyrs de l’Islam) attaque des bâtiments tenus par l’AAS :
https://www.youtube.com/watch?v=D86RjrTRMuk&feature=p...
Les tirs du char sont suivis par un assaut des miliciens de la brigade contre les positions de l’armée – Impressionnant :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=422d1d242789
Poursuite de l’assaut des rebelles (Impressionnant) :
www.liveleak.com/ll_embed?f=4246ef794870"

Quartier de Jobar
Les rebelles font tout ce qu’ils peuvent pour résister aux assauts répétés des soldats de la 4ème division des Gardes Républicains, un régiment d’une fidélité à toute épreuve à Bachar el-Assad. Cette division était commandée par le propre frère de Bachar el-Assad, Maher el-Assad. Jusqu’ici, j’ai montré les vidéos tournées par une équipe russe. Cette fois-ci, il s’agit de vidéos tournées par la rébellion.
Cette première vidéo montre un tir au mortier sur des positions de la 4ème division :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=cad7ee5082eb
Cette seconde vidéo montre l’intérieur d’une position rebelle :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=45ba881b4bf8

Journal des combats autour de la base militaire de Deir ez-Zhor (le Dien Bien Phu syrien)
Les Jihadistes de l’Etat Islamique ne sont plus qu’à 600 mètres de la base aérienne de Deir ez-Zhor.
L’étude de photographies géolocalisées par @Conflict_Report, une source impartiale et sûre, a découvert que les Jihadistes n’étaient plus qu’à 600 mètres de l’enceinte militaire. La base aérienne fait l’objet d’attaques incessantes de la part des Islamistes mais l’armée a réussi à les repousser jusqu’à maintenant car la base est d’une importance stratégique considérable pour elle.

LiveLeak-dot-com-779_1418253608-01_conflict_reporter_1418253647.jpgen rouge : l'EI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 3 décembre, l’Etat Islamique a avancé assez près de la base aérienne pour empêcher l’armée de l’air syrienne d’atterrir pour fournir à la base approvisionnements et renforts, tandis que l’EI réussissait à amener 1800 combattants en renfort. Le 4 décembre, les Jihadistes s’emparaient de la localité de Mari’iyah. Mais les soldats de la 4ème Airborne lançaient une violente contre-offensive dans la soirée, repoussant les Jihadistes vers leurs positions de départ hors des premières lignes de défense de l’aéroport. La contre-offensive n’a pas pu être poursuivie et dans la seconde moitié de la nuit, les Jihadistes réussissaient à reprendre une partie du terrain perdu. Le 5 et le 6 décembre, la ligne de front s’était à nouveau rapproché de l’aéroport. 

LiveLeak-dot-com-779_1418253608-01_desyracuse_1418253653_jpg_resized.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A un moment, l’EI a réussi à s’emparer d’une position sur une colline à l’ouest de la base tandis qu’un autre assaut jihadiste était lancé à l’est contre les positions de l’armée. Craignant d’être submergée, l’armée a procédé à une attaque au gaz chloré ce qui a contraint les Jihadistes à abandonner la position sur la colline. Les Jihadistes ont affirmé qu’ils avaient subi quatre attaques au gaz, ce qu’a démenti l’armée.
La bataille pour l’aéroport de Deir ez-Zhor risque de durer longtemps car l’Etat Islamique a un avantage la nuit, profitant de l’obscurité, mais perd cet avantage le jour. La coalition internationale a également apporté son appui à l’armée. Les drones de la coalition attaquant toutes les cibles de l’Etat Islamique qu’elles trouvent, que cela donne un coup de main à l’armée syrienne ou non.
Le bilan des combats est pour l’instant de 101 Jihadistes tués et 51 soldats de l’AAS. Quant à l’aéroport, il est entièrement hors d’usage en raison des intenses bombardements.

Le commandant Zahreddine de la 4ème airborne est toujours vivant
Des rumeurs ont circulé que le commandant en chef de la garnison de l’AAS à Deir ez-Zhor, le général Issam Zahreddine avait été tué dans les combats le 9 décembre. Des photos et une vidéo ont été mises en ligne pour démentir ces rumeurs. Le général Zahreddine est toujours vivant et sur place.

LiveLeak-dot-com-779_1418253608-01_Zahreddine_1418253655_jpg_resized.jpgGénéral Zahreddine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vidéo du général Zahreddine
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

L’importance de la base aérienne de Deir ez-Zhor
La base aérienne de Deir ez-Zhor est essentielle pour l’approvisionnement de l’armée dans la région. La ville de Deir ez-Zhor est encerclée de tous côtés, au milieu d’un territoire entièrement contrôlé par l’Etat Islamique. Les Jihadistes contrôlent la majeure partie de la région à l’ouest, au nord et à l’est de la ville le long de l’Euphrate. Ils contrôlent également le désert au sud oust de Deir ez-Zhor.
La prise de la base aérienne signifierait un massacre de grande ampleur du personnel militaire comme lors de la prise de la base aérienne de Tabqa près de Raqqa, et un sérieux coup au moral de la troupe.
Pour les Jihadistes, la victoire donnerait une continuité territoriale entre Hasakah au nord et Palmyre au sud, ce qui faciliterait l’acheminement du ravitaillement et des renforts. La ville de Deir ez-Zhor pourrait alors servir de seconde place-forte de l’Etat Islamique en Syrie.
Le contrôle de la vallée de l’Euphrate est également un thème de propagande extraordinaire pour l’Etat Islamique, cette vallée étant associée à ‘histoire de l’Islam, un peu comme la Judée et la Samarie pour les Juifs. Ce serait, en outre, la première fois que la vallée de l’Euphrate serait sous l’autorité d’un seul Etat depuis les accords Sykes-Picot qui avait réparti le Moyen Orient entre puissance anglaise et française au lendemain de la première guerre mondiale. Et ce nouvel Etat serait un Etat islamique.

Deraa (Sud syrien)
Selon la télévision al-Mayadeen (proche du pouvoir syrien), les Jihadistes de l’Etat Islamique ont réussi à s’implanter pour la première fois dans la province méridionale de Deraa, et notamment à Bir Qassab, dans la région de Soueida. Les Jihadistes de l’EI auraient rencontré une forte opposition du Front Islamique (pro-saoudien) qui a la ferme intention de les empêcher de s’implanter dans la Ghouta occidentale et la province de Deraa.
Vidéo (langue arabe) d’al-Mayadeen :
https://www.youtube.com/watch?v=ec91rBSKASM&feature=p...

Pendant ce temps, la guerre continue entre les rebelles et l’Armée Arabe Syrienne
Cette vidéo montre l’utilisation d’un missile antichar américain TOW par les insurgés. On rappelle que les Américains ont demandé aux rebelles qui ont reçu des TOW’s de montrer leur utilisation sur les réseaux sociaux. Oops ! Il s'agit ici de la brigade al-Mujahirin et Ansar. Attention ! Ne pas confondre avec la brigade du même nom composée majoritairement de Tchétchènes et qui fait partie de l'Etat Islamique. La première est active dans la région de Deraa, au sud, et la seconde dans le nord de la Syrie. La scène, filmée sur la vidéo  se déroule à al-Hrak. La cible est la brigade 52 de l’AAS :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=c66e69fddc10

Raqqa (place-forte de l’Etat Islamique)
Les raids de la coalition internationale se poursuivent contre des cibles de l’Etat Islamique qui se font de plus en plus rares. Cette vidéo montre la destruction  par l’US Air Force d’un camion de l’EI à Raqqa :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Jihadisme international

Algérie
Un deuxième membre du groupe islamiste Jund al-Khilafa, impliqué dans la décapitation du guide de montagne français Hervé Gourdel (55 ans) en septembre en Algérie, a été tué par l'armée, a annoncé jeudi 11 décembre le ministre algérien de la Justice, Tayeb Louh.
"Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme", les autorités ont "identifié" le cadavre d'un des auteurs présumés de l'assassinat "tué récemment par l'armée", a déclaré M. Louh. M. Louh avait déjà annoncé le 26 novembre la mort d'un premier meurtrier de Gourdel.
Jund al-Khilafa avait revendiqué le rapt puis la décapitation d’Hervé Gourdel, en représailles, selon cette organisation, à l'engagement de la France aux côtés des Etats-Unis dans les frappes aériennes contre l’Etat islamique en Irak.
L'armée algérienne a lancé depuis une opération d'envergure mobilisant 3 000 soldats pour retrouver le corps de Gourdel et localiser ses assassins dans le massif montagneux du Djudjura en Kabylie, à l'est d'Alger.
La justice algérienne a lancé des poursuites contre 15 personnes, soupçonnées d'avoir participé à l'enlèvement. Toutes algériennes, elles sont poursuivies notamment pour "création d'un groupe armé terroriste", "prise d'otage" et "assassinat avec préméditation". Parmi elles figure Abdelmalek Gouri, dit Khaled Abou Souleïmane, 37 ans, le chef de Jund al-Khilafa.
Jund al-Khilafa a surgi sur la scène jihadiste fin août 2014 en affirmant dans un communiqué avoir quitté al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), dénoncée pour sa "déviance", et fait allégeance à l'EI. L’assassinat, aussitôt après son rapt et sans la moindre tentative de négociation du Français, semble avoir représenté un acte d’allégeance à l’EI de la part de Jund al-Khilafa..

Arabie saoudite
L'Arabie saoudite a annoncé jeudi que trois suspects, arrêtés pour une attaque ayant blessé à l’épaule un ressortissant danois le 22 novembre 2014, étaient des partisans du groupe Etat islamique (EI), organisation déclarée "terroriste" par Riyad. Le Danemark avait rejoint les Etats-Unis dans leur campagne internationale contre l'EI en Irak.
"Les auteurs de l'ignoble attaque, trois Saoudiens, ont été arrêtés", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur dans un communiqué cité par l'agence officielle SPA.
"Ils ont perpétré leur crime en soutien au groupe terroriste Daech", a-t-il assuré.
Les trois suspects "s'étaient entraînés pour préparer leur crime deux semaines avant" de passer à l'acte contre le résident danois, qu'ils ont attaqué à la sortie de son bureau à Kharj Road, un quartier de Riyad.
Les personnes arrêtées sont "l'auteur des tirs, le chauffeur de la voiture et celui qui a filmé l'attaque", a-t-il ajouté.
Une semaine après cette attaque, un Canadien a également été poignardé dans un centre commercial de l'est du royaume saoudien. Il a été blessé. En octobre 2014, un Américain avait été tué par balle et un autre blessé àl'est de Ryad, lors d'une agression liée à un "conflit de travail", selon les autorités.
Le 24 novembre 2014, le ministère saoudien de l'Intérieur avait déjà accusé l’Etat Islamique d’être responsable d'une attaque trois semaines plus tôt contre des chiites dans l'est de l'Arabie saoudite. L’attaque avait fait sept morts. 

Coalition internationale

Allemagne
Berlin a annoncé, jeudi 11 décembre, l'envoi d'une centaine de soldats allemands dans le nord de l'Irak pour participer à une mission internationale de formation des forces irakiennes contre le groupe Etat islamique (EI).
L’opération doit être coordonnée avec d'autres pays comme l'Italie, les Pays-Bas et quelques pays scandinaves", ont annoncé les porte-parole des ministères allemands de la Défense et des Affaires étrangères lors d'une conférence de presse à Berlin.
La mission doit être formellement approuvée la semaine prochaine en conseil des ministres et faire l'objet d'un vote au Bundestag (chambre basse du Parlement).
L'Allemagne, qui ne prend pas part aux frappes aériennes en Irak, a déjà participé à des livraisons d'armes aux combattants kurdes dans le nord du pays. Elle les a aussi formés au maniement de ces armes sur le sol allemand ainsi qu'en Irak, avec jusqu'à présent seulement une poignée de soldats de la Bundeswehr.

Jean René Belliard

Commentaires

Les soldats du AAS sont vraiment des héros et si le EI est éliminé, ce sera grâce à eux et aux Shiites syriens, irakiens et libanais et pas aux pays du Golfe qui ont du sang plein les mains, assis dans leur palaces et pleurnichant sur la chute du prix du pétrole tout en envoyant des fonds aux jihadistes qui défendent la cause sunnite.
Comme les E.U qui ont facilité la création des jihadistes de al Qaeda pour combattre les Russes en Afghanistan, les pays du Golfe payeront un jour aussi pour avoir faciliter la création du EI pour combattre Bashar al Assad, l'allié de l'Iran.

Écrit par : virgile | 12/12/2014

Est-ce sensé et morale ce que dit l ambassadeur d Israel à l ONU...? J ai de la peine à dire que Oui...surtout que la Suisse est dépositaire des conventions des droits de l homme et le devoir d en faire usage, elle en a.
Et la réplique de Mr Burkhalter est juste. Ce n est pas ni plus ni moins qu obliger l occupant à respecter ses obligations de "puisssance occupante".

Que lit on dans la TDG de ce matin?
------------------------------
«L’initiative de la Suisse est politique et amorale»
Par Alain Jourdan. Mis à jour le 12.12.2014

L’ambassadeur d’Israël à l ONU à Genève estime que la Suisse rompt avec sa neutralité en organisant une conférence sur les territoires occupés

Eviatar Manor avait plaidé il y a quelques mois pour le retour d’Israël au sein du Conseil des droits de l’homme.

Eviatar Manor avait plaidé il y a quelques mois pour le retour d’Israël au sein du Conseil des droits de l’homme.
------------------------------
La difficile neutralité helvétique
Par André Allamand

Partisane, la Suisse? Le président de la Confédération, Didier Burkhalter, s’en défend. Notre pays ne fait que remplir ses obligations d’Etat dépositaire de la IVe Convention de Genève. L’Assemblée générale de l’ONU, sollicitée par la Palestine suite à l’opération israélienne «Plomb durci» menée dans la bande de Gaza, avait adopté le 5 novembre 2009 une résolution demandant aux autorités helvétiques de mener des consultations en vue de la convocation d’une conférence sur la protection des civils. Berne s’est donc exécuté…
Mais ces consultations, difficiles, ont été interrompues en 2011 et n’ont repris qu’en juillet dernier, alors qu’était lancée l’opération israélienne «Bordure protectrice» sur la bande de Gaza. C’est cette semaine, mardi exactement, que les autorités helvétiques sont arrivées à la conclusion qu’il existait une «masse critique» de pays favorables à la tenue d’une conférence. Le lendemain, le gouvernement a donc envoyé les 188 invitations aux «Hautes Parties contractantes».
Soit. Mais n’est-il pas curieux qu’en plus de soixante ans d’existence des Conventions de Genève, les deux seules conférences jamais organisées aient été consacrées au conflit israélo-palestinien? Cette focalisation n’est-elle pas suspecte? «Non», répondent en chœur la plupart des spécialistes du droit international humanitaire. Car la 4e Convention, en l’occurrence, traite plus particulièrement de la protection des civils dans des territoires occupés. Or, très rares sont les conflits dans lesquels la population civile vit longtemps sous occupation d’une puissance étrangère.
En Irak et en Afghanistan, par exemple, la coalition menée par les Etats-Unis a obtenu que Bagdad et Kaboul «invitent» ces forces étrangères à rester sur le territoire. Juridiquement, il ne s’agissait donc plus d’une occupation. Or, les territoires palestiniens (Cisjordanie et bande de Gaza) ont été occupés par Israël en 1967, donc il y a près de cinquante ans. Avec tous les problèmes que cela pose.
Il reste que la Suisse aurait très bien pu convoquer une conférence sur la Syrie, par exemple, en s’appuyant sur l’Article 3 commun aux quatre Conventions de Genève et prônant un «traitement humain» lors de conflits armés à l’intérieur même d’un pays. La différence, c’est peut-être que Damas nie les abus et qu’il s’agit d’abord de les documenter.
La conférence sur les territoires palestiniens servira à mettre la pression sur l’Etat d’Israël, pour qu’il remplisse ses obligations de «puissance occupante». Il n’est pas étonnant que cela plaise à l’Autorité palestinienne mais fasse enrager Israël.
-------

Écrit par : Asmar | 13/12/2014

Les commentaires sont fermés.