25/11/2014

24 et 25 novembre 2014 – Nouvelles des guerres du Moyen Orient

Front irakien

Bagdad : toujours des attentats sanglants visant des quartiers chiites
Au moins dix personnes ont été tuées et 31  blessées lundi 24 novembre dans une attaque à la voiture piégée visant un quartier majoritairement chiite de Bagdad. L'explosion s'est produite dans le quartier Chaab, dans un secteur où des minibus stationnent à proximité d'un marché.

Ramadi
La tactique des Jihadiste de l’Etat Islamique pour venir à bout de la résistance de l’armée est toujours la même : des attaques suicides. Le Kamikaze Abou Talha al-Jazrawi a lancé son Humvee bourré d’explosifs contre l’une des positions les plus fortifiées de l’armée.

Selon al-Jazeera, le siège du gouvernement de la province sunnite d'al-Anbar à Ramadi serait tombé aux mains des Jihadistes de l'EI. On ignore le sort des défenseurs.
 

Jalawla (province de Diyala)
Après trois mois d’intenses combats, l’armée irakienne et les Peshmergas kurdes ont réussi à reprendre la ville de Jalawla occupée en juin par les Jihadistes de l’EI. Les Islamistes se sont échappés vers la rivière de Sirwan et les montagnes de Qaraj.
Cette vidéo montre les Peshmergas kurdes entrant à Jalawla (langue kurde):
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=184b07a6c371
Il reste que la province de Diyala reste très dangereuse pour l’armée irakienne ou les Peshmergas, comme en témoigne cette vidéo mise en ligne par l’Etat Islamique et qui montre la destruction d’un Humvee de l’armée par un IED (Improvised Explosive Device) :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=803e22fa7e1e

Les milices chiites se vengent sur les Sunnites après leur conquête dans la province de Diyala
Ils brûlent mosquées et maisons dans les localités conquises. Difficile de reconstruire une nation dans ces conditions :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Le député Qassem al-Araji dénigre l’assistance des Etats-Unis et encense l’Iran
Une vidéo très intéressante de l’interview par Russia Today du député Qassem al-Araji qui explique la complexité du jeu entre Américains et Iraniens sur le théâtre irakien. Vidéo en langue arabe sous-titrée en anglais :
https://www.youtube.com/watch?v=4HbX8ZzjnIk&feature=p...

Les propos d’al-Araji semblent faire écho à ceux du vice-ministre iranien des Affaires étrangères
L'époque de l'hégémonie américaine dans le monde touche à sa fin, a déclaré lundi 24 novembre le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Hadi Soleimanpour.
"La conclusion que l'on peut tirer sur la situation actuelle est que l'époque de l'hégémonie des Etats-Unis touche à sa fin. La force et la puissance de l'Europe diminuent elles aussi. C'est pour cette raison que les Etats-Unis refusent d'assumer la responsabilité internationale", a estimé le diplomate iranien.
Selon lui, "des démarches unilatérales, telles que la création de coalitions, l'usage de la force en dehors du cadre des Nations unies, ainsi que le recours aux sanctions unilatérales figurent parmi les facteurs évidents des relations internationales de l'époque révolue".
Dans le même temps, "la Russie, des forces émergentes et des Etats puissants dont l'Iran, leurs relations contribuent à former un nouveau monde multipolaire", a souligné le vice-ministre iranien.

Les Peshmergas aussi critiquent l’activité américaine :
Vidéo en langue anglaise :
https://www.youtube.com/watch?v=U0VdOoIwwuc&feature=p...

Toujours aucun accord sur le nucléaire iranien
Iraniens et Occidentaux n'ont toujours pas réussi à trouver un accord sur le nucléaire iranien malgré une semaine de discussions intenses  à Vienne. La pierre d’achoppement concernerait le nombre de centrifugeuses que l’Iran compte conserver, ainsi que la manière envisagée par les Occidentaux pour la levée des sanctions.
Le fait que le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne)  n’ait pas réussi à trouver un accord avec l’Iran ne semble pas inquiéter outre mesure le président iranien, Hassan Rohani. Celui-ci affirmait, lundi 24 novembre dans la soirée, que les négociations nucléaires avec les grandes puissances devraient aboutir à un accord définitif après l'annonce d'une prolongation des discussions jusqu'à l'été 2015.
Une nouvelle réunion entre l'Iran et représentants du groupe 5+1 est programmée en décembre, en un lieu et à un niveau restant à préciser.

La Russie place ses pions
Pour Ali Ahani, l’ambassadeur d’Iran à Paris, Ali Ahani : "La politique ferme des pays occidentaux dans la coopération nucléaire avec l’Iran a offert à la Russie une opportunité favorable pour développer et renforcer ses coopérations avec l’Iran... Mise à part l’achèvement de la construction et la mise en marche du réacteur nucléaire de Bushehr, la Russie a finalisé dernièrement un contrat pour la construction de deux autres réacteurs nucléaires en Iran et est en train de préparer actuellement les préparatifs pour la construction de six autres réacteurs nucléaires. Dès lors, la Russie a dépassé les autres puissances nucléaires, ce qui ne doit pas être au goût de ces derniers. En effet, alors que l’économie de l’Occident est en crise et que le chômage croît de manière inquiétante, la Russie a réussi à priver les pays occidentaux d’excellentes opportunités en Iran".

Front Syrien

Aïn el-Arab (Kobane en kurde)
Les combattants de l’YPG (Unités de protection du peuple) ont avancé dans la nuit du dimanche 23 au lundi 24 novembre à Kobané, à la frontière turque. Ils ont attaqué autour de Souk al-Hal (le marché au coriandre), la municipalité et le secteur de la place Azadi à l’est de la ville. Les Kurdes se seraient emparés de bâtiments à la sortie de la ville et avanceraient vers le secteur nord.
32 membres de l'EI ont été tués dans les affrontements à l’arme lourde, parmi lesquels deux chefs, dont un « Britannique ». Plusieurs combattants kurdes auraient également perdu la vie. Les Kurdes auraient également récupéré de grandes quantités d’armes et de munitions.
Vidéo des armes capturées par les Kurdes :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=084bae522514
La coalition internationale a mené cinq raids à Kobané durant la nuit du samedi 22 au dimanche 23 novembre.

Alep
Dans la région d'Alep (nord), les Jihadistes du Front al-Nosra et des rebelles de l’ASL, renforcés par huit chars du Front al-Nosra et de l’artillerie lourde, poursuivaient lundi 24 novembre leur attaque contre les localités chiites de Noubbol et de Zahra.
Zahra.png

 

 

La localité de Zahra

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’attaque contre le sud-est de Zahra a été lancée à partir de trois villages, Mayer, Bayanoun et Tamoura, obligeant les habitants chiites du sud-est du village à fuir vers le centre".
Au moins huit rebelles et un civil ont été tués dans les combats, selon l'OSDH. Les habitants de Zahra ont indiqué de leur côté que 10 jihadistes d'Al-Nosra avaient péri et que deux avaient été faits prisonniers. Les combats auraient fait deux morts et 19 blessés parmi les civils.
Les hélicoptères de l'armée syrienne ont largué ce mardi 25 novembre des armes et des munitions aux défenseurs de Noubbol et al-Zahra, deux localités assiégées depuis près deux ans. Les combattants qui défendent ce secteur sont au nombre de 17000. Ils sont bien armés, motivés, bien entrainées et savent qu’ils n’ont pas d’autre option que de combattre jusqu’à la mort.  Ils ont reçu ces dernières heures un renfort inattendu, celui des kurdes syriens de Hassaka Ces derniers ont allumé de grands feux pour aider les hélicoptères de l'armée nationale à retrouver leur chemin et larguer leurs charges ! La coopération entre l’AAS et les Kurdes semblent parfaitement fonctionner puisque ce sont les combattants kurdes syriens qui ont rassemblé une partie de ces armes avant de les transférer via des points de passage sûrs vers Noubbol et Al Zahra.
L’enjeu principal pour les milices est de sauvegarder les principales voies d’approvisionnement en armes pour les quartiers est d’Alep, au moment où l’armée est en train de resserrer l’étau autour de cette ville. Il faut savoir que Noubbol et al-Zahra sont situées le long de l’autoroute qui donne accès à la Turquie.
Le Front al-Nosra aurait dépêché d’importants renforts en provenance du gouvernorat d’Edleb. Le Front affirme que plus de 20 Kamikazes sont prêts à réaliser des opérations martyre pour infliger aux Nassiriens (Alaouites) et aux Rawafeds (appellation péjorative utilisée par les salafistes pour désigner les chiites) des pertes sur les divers fronts d’Alep.
Le problème pour les Jihadistes est que les voitures piégées doivent nécessairement  traverser les régions sous le contrôle des défenseurs des deux localités de Noubbol et Zahra.
  
L’AAS a beaucoup progressé à Alep
A Alep même l’Armée Arabe Syrienne a beaucoup progressé. L’AAS est parvenue en quelques heures à prendre le contrôle de pans importants du quartier résidentiel de chababi et à couper la voie qui relie Hanano à la place Gondol. Celle-ci qui constitue la route la plus importante pour faire acheminer les armes aux quartiers est d’Alep contrôlés par les rebelles.
L’armée se trouve désormais à 1.700 mètres du point prénommé Castello dont la prise lui permettrait de couper toutes les routes d’approvisionnement des rebelles. Et pour rendre encore plus difficile l’acheminement d’armes et de munitions en provenance de Turquie vers les quartiers d’Alep tenus par les rebelles, l’AAS soumet le pourtour de la ville à un déluge de feu.

Le problème à Alep : l’approvisionnement
Le problème à Alep est la sécurité des voies d’approvisionnement. Et ceci vaut pour les rebelles comme pour les soldats de l’AAS tant les positions des uns et des autres sont imbriquées. La vidéo ci-dessous montre des miliciens de la brigade Noureddine al-Zanki détruire un véhicule militaire transportant des approvisionnements à l’aide d’une mitrailleuse Douchka dans le district de Ramussa (Alep) :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=8c0b0cab7279

Fabius veut sauver Alep et créer des « safe zones » !
Fabius, en tant que ministre des Affaires Etrangères, s’imagine pouvoir sauver la ville d'Alep et créer des "zones de sécurité" interdites à la fois à l'aviation du régime syrien et aux forces de l'organisation Etat islamique. Le problème est : comment et avec quel moyen ?
"On travaille avec l'envoyé de l'Onu Staffan de Mistura pour essayer de sauver Alep et d'autre part de créer des zones qu'on appelle en anglais « safe zones » (des zones de sécurité), où il ne soit pas possible aux avions de Bachar el-Assad et aux gens de Daech (autre nom de l'Etat islamique) de poursuivre les Syriens", a déclaré Fabius sur France Inter.
"On est en train de travailler à ça. Il y a pas de mal de gens à convaincre, les Américains bien sûr, d'autres encore, mais c'est la position de la diplomatie française, et je répète que l'objectif maintenant, c'est de sauver Alep", a-t-il ajouté.
"Nous disons que nous avons deux adversaires, Daech bien sûr et al-Qaïda, et monsieur Bachar el-Assad, qui en profite, si je puis dire, pour avancer ses pions", a encore déclaré le ministre, face aux critiques selon lesquelles les frappes occidentales ne viseraient que le mouvement islamiste radical.
"Nous disons qu'il faut qu'il y ait des frappes qu'on appelle en jargon des frappes ambiguës, qui permettent que Bachar el-Assad recule, et qu'il y ait au nord de la Syrie des zones de sécurité où la population syrienne puisse en paix se développer", a-t-il expliqué. "Il y a déjà plusieurs semaines dans la presse française et internationale, j'ai dit : Il faut sauver Alep, parce que je pressentais déjà qu'après Kobane, où Daech a été stoppé, la prochaine cible pour Daech et d'ailleurs aussi pour Bachar el-Assad, ce serait Alep. Or abandonner Alep, ce serait condamner la Syrie et ses voisins à des années, je dis bien des années, de chaos, avec des conséquences humaines terribles", a ajouté M. Fabius.

Province d’Edleb (Nord syrien)
L’Armée Arabe Syrienne (AAS)  s'apprête à lancer bataille pour reprendre Khan Cheikhoun situé dans le rif au sud d'Edleb. Cette ville, qui abrite quelques 70.000 personnes, se situe sur l'autoroute internationale Damas-Alep.
Les unités de l’AAS déployées dans le rif au nord de Hama et placées sous le commandement du général quatre étoiles Suheil al-Hassan, alias « le Tigre » se préparent à attaquer Khan Cheikhoun, une région stratégique entre Damas et le nord syrien. La prise de Khan Cheikhoun permettrait de progresser vers Edleb et sa banlieue, situées au nord ouest de la Syrie et proches de la frontière turque. Cette importante région est toujours occupée par les rebelles. C'est le bastion des Jihadistes du Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie).
La perte de Khan Cheikhoun par les rebelles serait pour eux un coup fatal. Le rif nord de Hama, libéré depuis près d'un mois par « Le Tigre » et ses soldats est aujourd’hui pacifié,  bien que les rebelles tirent encore quelques roquettes de temps en temps en direction de Morek, une ville reprise par l’AAS.
Morek, dans le rif nord de Hama, devrait être le point de départ de la grande offensive que « le Tigre », renforcé par des unités du Hezbollah libanais et les forces populaires, se prépare à déclencher : l'objectif étant la prise d'assaut et le nettoyage du rif sud d'Edleb, voisin du rif nord de Hama.

Cela fait trois ans que la région d'Edleb est occupée par les rebelles syriens. L’Etat-major de l’AAS a déjà procédé à la phase préparatoire de l’offensive en soumettant les positions rebelles à l’est et au sud est de Khan Cheikhoun à d’intenses bombardements aériens. La tactique est de confier à l'aviation la mission d’ouvrir la voie à la progression des forces terrestres en direction de Khan Cheikhoun. Pour l’instant, les troupes de l’AAS campent dans la ville de Mahrada, proche de Khan Cheikhoun.
Pour la rébellion syrienne, la défense de Khan Cheikhoun est une question de vie ou de mort.  La victoire de chacune des parties signifierait la débâcle de l'autre.
Mais « le Tigre » ne vise pas seulement à libérer Khan Cheikhoun ! il veut également reprendre le contrôle de deux bases militaires de l'armée, celles de Wadi Deif et d’Al-Hamediya situées dans le rif de Maarat al-Numan.

Raqqa – la place forte de l’Etat Islamique
L’AAS continue sa progression dans la banlieue ouest de Hassaka et s'approcherait de Raqqa, la place-forte de l’Etat Islamique. 
Les troupes syriennes se sont déployées près du terminal pétrolier d’Abyaz à Hassaka. Les forces de l'AAS occupent désormais les hauteurs d’Abdel Aziz dans la banlieue ouest de Hassaka. Cette zone donne accès à Raqqa.
Par ailleurs, on apprenait qu’un bombardement aérien de la ville de Raqqa par l'aviation syrienne avait fait une entre 50 et 90 morts.
Voir la vidéo (attention ! certaines images peuvent choquer) :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=79b0d8f9744b

Front sud
Les rebelles poursuivent leur harcèlement de la Brigade 82 de l’Armée Arabe Syrienne après que celle-ci se soit retirée de Sheikh Maskin. L’objectif des rebelles est d’anéantir la résistance de cette brigade pour ouvrir la route vers Damas et desserrer l’étau autour de la Ghouta occidentale. Pour l’instant, les soldats de la Brigade 82 résistent et ont même réussi à reprendre le contrôle du périmètre entourant leur base. Il y aurait eu 22 tués parmi les rebelles.
Vidéo :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=043db3ecc8ca
et à la tombée de la nuit – image impressionnante d’un projectile se dirigeant vers le cameraman :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=ce942f3157a5
Arrivée de renforts de la rébellion :
http://www.liveleak.com/ll_embed?f=9f055b9a95ba

Province de Quneitra
Les deux villes de Baas et Khan Arnaba attaquées depuis trois derniers jours par l’armée du Sud regroupant une trentaine de milices, dont la branche armée d’Al-Qaïda en Syrie, le front al-Nosra, seraient toujours entre les mains des forces gouvernementales, si on en croit le quotidien syrien al-Watan..
Plus de 210 miliciens auraient été tués au cours des combats, dont 6 chefs de milices et 400 autres auraient  été blessés et évacués vers les hôpitaux jordaniens.
Parmi les chefs tués figure Tariq al Zoubi, le chef des opérations de la milice Fajr al-Islam (proche du Front al-Nosra) qui a été tué  dans la ville de Baas.
Zoebi_baas.png 
 

Tariq al-Zoubi

 

 

 

 

 

 

 

Coalition internationale

USA
Le sénateur Républicain Chuck Hagel, qui avait pris ses fonctions en tant que chef du Pentagone en février 2013, a annoncé sa démission lundi 24 novembre 20014 lors d'une intervention commune avec le président Barack Obama. Hagel a toujours été opposé à la politique américaine en Irak ou en Afganistan. C’était d’ailleurs la raison pour laquelle Barack Obama l’avait choisi pour mettre un terme aux grandes opérations de combat de l’armée américaine en Afghanistan.
 
Avec la montée en puissance de ses opérations militaires enIrak et en Syrie, il semble que Chuck Hagel ne soit plus en odeur de sainteté au sein de l'administration Obama. Il a pris son poste pour mettre fin à la guerre et non pour en déclencher une autre" a déclaré un proche du chef du Pentagone sortant.
Selon le NYT, Michele Flournoy, l'ancien sous-secrétaire de la défense ; le sénateur Jack Reed, démocrate de Rhode Island ainsi qu'un ancien officier de 82nd Airborne de l'armée; et Ashton B. Carter, un ancien sous-secrétaire à la Défense, seraient tous des candidats possibles.

Israël

Jérusalem
Nouvel incident sécuritaire à Jérusalem. Un Israélien a été grièvement blessé après avoir été attaqué par plusieurs individus et poignardé dans la Vieille ville à Jérusalem-Est, lundi 24 novembre dans la soirée. L’'un de ses agresseurs, un palestinien, a été arrêté. La victime est un étudiant dans une "yéshiva", une école talmudique, située dans la Vieille ville.

Jean René Belliard

Commentaires

A Alep:""Dans la région d'Alep (nord), les Jihadistes du Front al-Nosra et des rebelles de l’ASL, renforcés par huit chars du Front al-Nosra et de l’artillerie lourde, poursuivaient lundi 24 novembre leur attaque contre les localités chiites de Noubbol et de Zahra**.

Devrons nous présentement saluer ou maudire ce qu Al Nosra, qui fait du bon boulot en Syrie dixit Mr Fabius qui s en met plein les poches, a réussi à faire avec l ASL à Alep? La TDG (qui héberge ce site) avait écrit aujourd hui en demi page:""Trois rebelles modérés" de la Syrie disent: nous sommes tous de l Islam sauf criminel....". N est il à double tranchant cette déclaration étant dit qu ils ont éliminé la criminalité du fondement? Et le ver n est il pas dans le fruit!!. Si les USA/Otan/France les soutiennent, ce n est absolument pas et présentement ni pour leurs intérêts ni pour la Syrie.

C est cela la question!

Écrit par : Asmar | 25/11/2014

Les commentaires sont fermés.