01/10/2014

Menaces jihadistes à travers le monde - 1er octobre 2014

Algérie
Les auteurs de l'assassinat du Français Hervé Gourdel ont été identifiés par les services de sécurité algériens.

Australie
La police australienne a procédé mardi 30 septembre à plusieurs perquisitions à Melbourne et a interpellé un homme qui a été inculpé de financement d'une organisation terroriste.
L'opération a été organisée après la transmission d'informations par le FBI.
Un homme de 23 ans a été appréhendé pour avoir fait transiter par une organisation terroriste connue et interdite quelque 12.000 dollars australiens (environ 10.500 dollars) à l'adresse d'un ressortissant américain.
"Il a financé quelqu'un pour faire le voyage des Etats-Unis en Syrie et cette personne, nous le supposons, est actuellement en train de se battre en Syrie", a commenté le chef adjoint de la police fédérale, Neil Gaughan.

Etats-Unis -  Il semble que le jihad inspire des personnes mentalement dérangées
Dans la localité de Moore, dans l’Oklahoma, un Américain de 30 ans, Alton Nolen, avait récemment tenté de convertir à l'Islam plusieurs de ses collègues de travail. Il a décapité l'une d'entre elles avec un couteau et en a blessé un autre après avoir appris qu'il était licencié.
Un autre incident de ce genre vient d’avoir lieu dans le Mississipi. Jacob Muriithi, né au Kenya, aurait menacé de décapiter une employée d'une maison de retraite d'Oklahoma City en invoquant le groupe jihadiste de l'Etat Islamique (EI). Il a été arrêté et inculpé pour activités terroristes et placé en détention, a indiqué la police locale le 29 septembre.
La femme avait dans un premier temps pris ces menaces pour une plaisanterie.
"Elle ne savait pas ce qu'était l’EI", a indiqué la police. M. Muriithi aurait proféré ses menaces le 13 septembre, affirmant qu'il "représentait l’EI" et, lorsqu'elle lui a demandé de quoi il s'agissait, il aurait répondu: "Ils tuent des chrétiens en leur coupant la tête".
A sa question du pourquoi l’EI se livrait à de tels actes, il lui aurait dit: "C'est comme ça, c'est ce que nous faisons", a indiqué le porte-parole de la police, ajoutant que l'homme l'avait ensuite menacée de l'attendre à la sortie de son travail pour "lui couper la tête avec une lame émoussée, (...) et ensuite le poster sur Facebook".

France
Selon le minister de l’intérieur français, le nombre de radicaux français rejoignant les organisations jihadistes en Syrie et en Irak a grimpé en flèche en 2014. On évalue leur nombre à un millier et les services de sécurité évaluent à 200 le nombre de ceux qui s’apprêteraient à rejoindre l’EI.

Maroc
Des jihadistes marocains voulaient "rallier" les meurtriers d'Hervé Gourdel en Algérie.
Une "cellule terroriste" a été démantelée en fin de semaine dernière dans le nord du Maroc et selon les premiers éléments de l’enquête, ses membres avaient décidé de "rallier" Jund al-Khilafa, le groupe jihadiste ayant revendiqué l'assassinat du Français Hervé Gourdel.
Les autorités marocaines et espagnoles ont annoncé vendredi 26 septembre avoir procédé au démantèlement "d'une cellule terroriste" chargée de "recruter des combattants pour le compte de l'organisation Etat islamique" (EI). Huit membres ont été arrêtés à Nador. Son chef présumé, un Espagnol d'origine marocaine, a été arrêté dans l'enclave voisine de Melilla, où il résidait.
Ce groupe avait pris pour nom "Ansar l'Etat islamique au Maghreb Al-Aqsa".
"Après l'intensification des frappes des forces de la coalition sur la région syro-irakienne et le durcissement des mesures sécuritaires contre les volontaires pour le jihad", ses membres avaient "décidé de rallier Jund al-Khilafa", du nom du groupe ayant prêté allégeance" à l'EI en Algérie, a ajouté le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. Ils avaient également "intensifié leurs contacts avec des jihadistes marocains membres (de l'EI), qui planifiaient de regagner le royaume pour perpétrer des actes de barbarie"
De 1 500 à 2 000 jihadistes marocains combattent actuellement en Syrie et en Irak, selon Rabat, qui dit craindre qu'ils profitent de cette expérience pour commettre des attentats à leur retour.
Le gouvernement marocain vient, à ce titre, d'adopter un projet de loi visant à renforcer sa législation antiterroriste afin de lutter en particulier contre l'enrôlement de certains de ses ressortissants par l'EI.

Casablanca (Maroc)
Sur cette vidéo, on voit des supporters islamistes du raja de Casablanca acclamant Daesh et réclamant le jihad :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&a...

Tunisie
Des centaines de Tunisiens ont rejoint la Syrie et l’Irak pour participer au jihad. Un phénomène qui inquiète en Tunisie, ces vétérans aguerris pouvant représenter une menace à leur retour au pays.
La Tunisie fournirait le plus gros contingent d'étrangers sur le théâtre syrien, avec de 2.400 à 3.000 combattants. Tunis assure aussi avoir empêché le départ de 9.000 personnes, une donnée invérifiable.
Le phénomène n'est pas pour autant nouveau. Dès le début des années 2000, ils étaient en effet nombreux à rejoindre l'Afghanistan puis l'Irak.
Mohamed Iqbal Ben Rejeb, président de l'"Association de sauvetage des Tunisiens bloqués à l'étranger", note que le phénomène est d'autant plus inquiétant que les combattants recrutés ne sont pas uniquement des désœuvrés.
"L'âge des combattants tunisiens en Syrie varie entre 18 et 27 ans. La plupart sont des élèves ou des étudiants mais il y a aussi des fonctionnaires et ils appartiennent à toutes les classes sociales", souligne M. Ben Rejeb.
Les autorités ne sont guère bavardes sur le sujet même si le porte-parole du gouvernement tunisien, Nidhal Ouerfelli, considère le retour de ces takfiristes en Tunisie comme "la deuxième plus grosse menace aujourd'hui après la situation instable en Libye" voisine.
Interrogé par l'AFP, le ministère de l'Intérieur n'a pas voulu détailler sa stratégie en la matière: "Il n'y a que le bâton pour ces gens-là. On ne veut pas de leur retour en Tunisie", lâche simplement Mohamed Ali Aroui, son porte-parole.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

 

11:07 Publié dans Algérie, Etat Islamique, Etats-Unis, France, Maroc, Tunisie | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |

Commentaires

"Les auteurs de l'assassinat du Français Hervé Gourdel ont été identifiés par les services de sécurité algériens."

Si j'ai bien compris, pas tous.

Écrit par : Johann | 01/10/2014

Les commentaires sont fermés.