27/09/2014

Les États-Unis ajoutent 10 personnes et 2 groupes à la liste terroriste

Le Département d'Etat américain a ajouté 10 personnes et deux groupes à la liste mondiale des terroristes. Les deux groupes de militants et les dix individus sont associés soit Al-Qaïda soit à l’organisation de l’Etat islamique. Certains sont à l'œuvre en Syrie depuis Février 2013 et un des deux groupes a été fondé par d'anciens détenus de Guantanamo.


Un bourreau « Français » de l’Etat Islamique parmi les ajouts
Parmi les personnes ajoutées à la liste mondiale des terroristes, on trouve un homme détenteur d'un passeport « français », Salim Benghalem. Selon le département d'État, il s'agit de l’un des bourreaux de l’Etat Islamique. Les Américains ont également ajouté Lavdrim Muhaxheri, un Jihadiste albanais du Kosovo qui est membre de l’EI et qui a récemment publié des photos de décapitations sur sa page Facebook, et Amrou al-Absi, un chef de groupe de l’EI en charge des enlèvements à Homs et Alep.
 
Jeich al-Muhajirin wal-Ansar
L’un des groupes ajoutés à la liste du Département d'Etat est Jeich al-Muhajirin wal-Ansar. Fondé en 2013, le groupe est composé en grande partie de Russes, de Tchétchènes et de combattants syriens. Le Tchétchène, Omar Shishani, était le chef de ce groupe mais il a rejoint l’Etat Islamique. Ses anciens compagnons ne l’ont pas suivi et sont toujours membres de cette organisation (JAMWA).  En Juillet 2014, le groupe a annoncé qu'il allait s'associer à Ansar al-Din, une organisation qui regroupe au moins quatre groupes jihadistes. Le 10 septembre, le groupe aurait saisi une ville dans la province d'Alep, en chassant les forces de Bachar el-Assad. Le groupe a publié une vidéo prétendant filmer une attaque contre l’armée assadiste à Alep, la semaine dernière.

Harakat Sham al-Islam (un groupe marocain)
 Le deuxième groupe ajouté à la liste du Département d'Etat est également présent à Alep. Il s’agit de Harakat Sham al-Islam, un goupe fondé par trois anciens détenus marocains de Guantanamo. Harakat Sham al-Islam a travaillé aux côtés du Front al-Nosra, une des branches d'Al-Qaïda en Syrie. Le groupe est responsable d’attaques terroristes et d’enlèvements de civils, selon le Département d'Etat.
 
Conséquences de ces inscriptions
Maintenant que ces deux groupes ont été inscrits à la liste mondiale des terroristes, toute personne surprise à leur fournir "un soutien matériel" ou un "avis d'expert" pourrait être accusé de financer ou d'aider le terrorisme, selon le Département d'Etat. En outre, toutes les banques américaines doivent immédiatement geler leurs actifs éventuels.
De plus, « la communauté internationale est avertie que les Etats-Unis peuvent mobiliser tout ou partie de ses forces, de ses agences et faire ce qu'ils croient être bon dans la lutte contre les groupes en question »

La Turquie rejoint la coalition internationale
Il était temps car les langues commençaient à se délier sur la présence de nombreux Turcs au sein de l’Etat Islamique.
Les Kurdes qui combattent pour défendre leur ville de Kobane (Aïn el-Arab) ont découvert de nombreux cadavres d’origine turque parmi les Jihadistes tués au combat et des dizaines de turcs ont trouvé la mort, au cours des frappes aériennes américaines. On estime leur nombre à une trentaine alors qu'Ankara ne cesse de nier la présence de ses citoyens dans les rangs de Daesh. Parmi ces terroristes, figure, entre autres, Omit Yashar Toubrak, alias Abou Youssef al-Turki, l'un des plus célèbres snipers de l’EI. La mort de nombreux citoyens turcs, lors les frappes US, renforce Damas dans l'idée que  la Turquie était complice des rebelles syriens depuis 2011. 

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

Les commentaires sont fermés.