17/09/2014

17 septembre - guerres moyen orientales

Un accord entre Américains et Russes contre l’Etat Islamique ?
Frapper les jihadistes du califat islamique en Syrie pose un problème juridique international en l’absence d’un accord avec le gouvernement de Damas. Il semble que le président Obama hésiterait devant ces problèmes juridiques qui tomberaient très mal à un moment ou Américains et Européens sont montés sur leurs grands chevaux pour condamner l’action russe en Ukraine.
Mais il y a une solution. Des discussions auraient eu lieu, en marge de la conférence internationale de Paris sur l’Irak, entre les Etats-Unis et la Russie. On aurait parlé d’un partage des rôles dans la lutte contre le terrorisme.
Selon le site d'information Hadath News, Washington aurait proposé aux russes de limiter ses frappes aériennes contre les jihadistes de l’EI à l’Irak, tandis que Moscou aurait pour mission de frapper les mêmes Jihadistes de l’EI et du Front al-Nosra (al-Qaïda) en Syrie. Cela serait d’autant plus facile que les Russes disposent  de bases militaires sur la côte syrienne, et ses avions sont en sécurité dans l'espace aérien syrien.
Les Iraniens auraient accepté ce « deal » américano-russe, sachant qu’ils pourraient apporter à la coalition les moyens de lutte au sol en Irak, ce que s’interdit de faire Barak Obama.
Si Moscou soutient la résolution américaine au Conseil de sécurité des Nations unies sur les terroristes étrangers, cela voudra dire que les informations étaient exactes et qu’un accord a bien été trouvé entre les deux grandes puissances. Il semble que les Russes seraient prêts à soutenir et approuver cette résolution à condition que son champ d'application se limite au Moyen-Orient et à l'Afrique du Nord. La résolution pourrait être présentée au Conseil de sécurité le 24 ou 25 septembre.
Pour les Russes, il est important d’empêcher les Islamistes, parmi lesquels de nombreux Tchétchènes, de créer un califat en Irak et en Syrie: "Les leaders de l'EI ne doivent se faire aucune illusion - ils ne représentent pas l'islam, on ne les laissera jamais créer leur propre Etat", a  déclaré Sergueï Lavrov, le ministre russe des AE.
L’accord américano-russe signifierait que les Américains abandonnent les rebelles syriens au milieu du guet pour la seconde fois. Le renversement de Bachar el-Assad n’est plus à l’ordre du jour. Menace terroriste oblige.  Sergueï Lavrov n’a pas manqué de rappeler, d’ailleurs, que l'opposition au terrorisme ne devait pas "être sacrifiée aux volontés de renversement d'un régime dans tel ou tel pays". Le ministre a cité deux exemples des conséquences négatives de tels choix stratégiques: "Ce fut le cas en Libye quand certains pays (de l'UE) ont fermé les yeux sur le renforcement des extrémistes pendant la lutte pour renverser Kadhafi, en leur fournissant des armes et se rangeant de leur côté dans le conflit. Nous voyons quelles conséquences cette politique indifférente a eues pour la Libye et le Mali".
Sergueï Lavrov s’est naturellement fait un plaisir de rappeler qu’il serait temps de faire preuve d'une "véritable cohésion, sans laisser les autres différends"– Ukraine comprise – "nuire à l'efficacité des actions conjointes pour lutter contre le terrorisme". "Les extrémistes chercheront à profiter des divergences de nos positions pour nous diviser", a averti le ministre russe. Lavrov a rappelé que la Russie apportait déjà une assistance militaire, notamment militaire, à l'Irak et à la Syrie et s’est dite prête à participer à la lutte internationale contre le terrorisme.


L’Etat Islamique se renforce malgré les menaces américaines
162 volontaires du jihad ont rejoint les camps d'entraînement du califat islamique dans la province d'Alep depuis le 10 septembre 2014, date à laquelle le président américain a évoqué la possibilité d'une extension des opérations à la Syrie.
L'EI disposerait désormais en Syrie de plus de 50 000 combattants.
Quatre des nouvelles recrues seraient des ressortissants australiens et 15 d'entre elles seraient des Arabes non syriens ayant franchi la frontière à partir de la Turquie.
Les autres sont des Syriens, principalement des combattants du Front al Nosra considéré comme le représentant officiel d'al-Qaïda dans le pays et rival de l' "Etat islamique".

Mais les combattants du califat ont évacué leurs bases et se sont disséminés parmi les populations
Contrairement à ce qui se passait avant les menaces américaines, on ne voit plus de combattants jihadistes à Raqqa, la place forte du califat islamiste. Les dirigeants du califat se cachent et ont gagné la clandestinité. Les jihadistes ont évacué leurs sièges susceptibles d’être pris pour cibles par les bombardiers américains. Ils ont réparti leurs armes lourdes dans un grand nombre d’endroits pour éviter qu’elles soient facilement détruites. La plupart des bâtiments administrés par le califat ont aussi été évacués et les familles des miliciens ont été conduites en dehors de Raqqa.  Même les activistes  du califat islamique sur le web ont cessé leur activité : ils ont fermé leurs comptes et ne répondent plus aux questions. D’ailleurs pratiquement aucune déclaration n’a émanée des dirigeants de cette milice aux menaces américaines. Le même phénomène s’est produit dans la province de Deir ez-Zhor.

Front irakien

Bagdad et sa banlieue
Pour la première fois, des avions de chasse américains ont visé, mardi 16 septembre, une position des islamistes de l’EI près de Bagdad, à 25 km au sud-ouest de la capitale. En effet, la ville de Sadr al-Youssoufiya est située entre le bastion jihadiste de Fallouja et la zone d'affrontements de Jourf al-Sakhr, où l'armée Irakienne appuyée par des milices alliées a du mal à tenir ses positions.
Au nord de Bagdad, les brigades Ansar al-Aakida (Volontaires irakiens) ont réussi à reprendre la région de Dabitiya, à la frontière avec la province sunnite d’al-Anbar. La brigade Ansar al-Aakida aurait perdu sept miliciens au cours des combats.

Dhoulouiyah (Nord de Bagdad)
Le lundi 15 septembre, j’indiquais que la ville de Dhoulouiyah, une localité située au nord de Bagdad qui était tombée entre les mains des califatistes, avait été reprise par l’armée irakienne aidée par des tribus sunnites.
Voici aujourd’hui une vidéo de CNN sur ces combats :
https://www.youtube.com/watch?v=vQFKs38_S9I&feature=p...
A noter que dans la vidéo on explique que le pont sur le Tigre a été détruit par une attaque kamikaze. A noter également qu’un obus contenant du gaz toxique a été tiré par les califatistes.

Les Peshmergas poursuivent leur progression
Les combattants kurdes, forts de l’appui aérien américain, ont repris hier sept villages chrétiens après des combats contre les jihadistes.

Mossoul
À Mossoul, les jihadistes qui contrôlent la ville forcent les commerçants sunnites à leur céder les avoirs détenus par leurs éventuels partenaires chrétiens ou chiites ayant fui la cité, ont rapporté hier des témoins. « Cela a été dit verbalement par de petites unités qui se sont arrêtées dans chaque magasin et entreprise », a indiqué le propriétaire d'un commerce qui n'a pas souhaité être identifié par peur de représailles. « Ils nous donnent très peu de temps pour remettre les avoirs et nous disent : "Si vous n'obéissez pas, on saisira tout ce que vous possédez" », a-t-il ajouté.
« Ils disent que tout habitant sunnite de Mossoul qui ne revient pas vivre dans le califat sera déclaré apostat », a affirmé un habitant.

Sinjar (Nord est irakien)
L’armée de l’air américaine a poursuivi ses raids contre les califatistes, détruisant six de leurs véhicules dans la région de Sinjar.

Province de Ninive
Le commandant militaire du califat pour la province de Ninive, Abou Abdallah alias abou Soumaya a été tué par les forces de sécurité au cours des combats pour la région de Khazer, dans la province de Ninive.

Impasse politique à Bagdad
Le Parlement irakien a rejeté la nomination de Riad al-Gharib au poste de ministre de l’intérieur et de Jaber al-Jaberi à celui de la défense. C'est l'Alliance nationale, une coalition de partis religieux chiites, qui a fait obstacle à ces deux noms. L'organisation Badr, un puissant groupe politique et paramilitaire étroitement lié à l'ex-Premier ministre chiite Nouri al-Maliki, et qui fait partie de l'Alliance nationale, convoitait le portefeuille de l'Intérieur, et le choix fait à ce poste par Haïdar al-Abadi est à l’origine de ce rejet. 
Dans l’état actuel où se trouve l’Irak, cette querelle politique au sein de la communauté chiite est un mauvais signe donné à la communauté sunnite comme aux Kurdes et ne va sûrement ps encourager Sunnites et Kurdes à rallier le pouvoir irakien.

Front syrien

Damas et sa banlieue
La bataille pour le contrôle de Jobar sa poursuit sans aucune pause et est toujours aussi féroce, comme en témoigne cette vidéo de la télévision Sana, appartenant au régime syrien :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Province de Homs – Les affrontements se multiplient dans une province supposée avoir été pacifiée
Témoins de la dégradation de la situation, des raids de l'aviation militaire syrienne ont fait près de 50 morts en deux jours à Talbissé, une localité rebelle de la province de Homs assiégée depuis deux ans. Ce raid fait suite à un autre raid qui avait coûté la vie à 23 personnes le lundi 15 septembre.
Un chef de la brigade rebelle al-Imane, Abou Hatem al-Dahik aurait perdu la vie au cours de ces bombardements.
De violents combats ont également eu lieu à Oum Chahchoukh, tenu par les rebelles, tandis que les insurgés tiraient des roquettes à partir de Talbissé sur des villages tenus par le régime.
Dans la ville de Homs même, un attentat a été perpétré contre le régime assadiste :
https://www.youtube.com/watch?v=fI-B_StgOog&feature=p...

Yémen
Ce n’est pas parce qu’on ne parle pas tous les jours du Yémen ou de la Libye que la situation dans ces deux pays est calme.
Hier, mardi 16 octobre, par exemple, au moins neuf combattants d'une tribu yéménite et deux rebelles chiites ont été tués au cours d’accrochages dans la banlieue nord de Sanaa, selon un bilan de source tribale. Les accrochages ont éclaté dans la matinée à un point de contrôle tenu par les rebelles chiites dans un nouveau campement installé dans la région de Hamdane, à l'entrée nord de Sanaa. Ils continuaient dans l'après-midi avec la participation de partisans du parti islamiste sunnite al-Islah, principal rival du parti islamiste chiite Ansaruallah.

Libye
En Libye, on peut dire aujourd’hui que le mouvement du général Kalifa Haydar a fait long feu. Les unités militaires et les brigades non islamistes qui l’avaient rallié n’ont pas réussi à résister aux brigades islamistes, tant à Benghazi qu’à Tripoli. Les Islamistes ont pris, fin juillet, les principales bases des forces ralliées à Haftar à Benghazi après des combats ayant tué des dizaines de soldats. Et ce mercredi 17 septembre, les Jihadistes d’Ansar ach-Charia menaient une nouvelle offensive contre l’aéroport militaire et civil de Benghazi, dernier fief dans cette ville des forces fidèles au général Haftar. Depuis le début du mois de septembre, les combattants du Conseil de Choura des révolutionnaires de Benghazi, une alliance de milices, qui comprend les jihadistes d'Ansar ach-Charia, tentent de prendre le contrôle de cet aéroport.
Les accrochages sont quasi-quotidiens entre les insurgés qui contrôlent quasiment depuis juillet la ville de Benghazi et les forces du général Haftar.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

 

Commentaires

Si les Russes se sont mis d'accord avec les Americains pour bombarder les sites Jihadistes en Syrie, que faire du support militaire pour les rebelles syriens, approuvé à contre-coeur par le congrès americains? Est-ce juste pour tromper l'opinion publique en faisant croire que les americains veulent toujours un changement de régime en Syrie quand en fait il est evident que l'armée syrienne est la seule force militaire capable de remplir le vide laissé éventuellement par l'évacuation ou la detruction des jihadistes du Nord de la Syrie?
Esperer entrainer pendant 1 an et armer des mercenaires Syriens douteux qui serviront de chair à cannon sous l'étendard americain semble une entreprise frisant l'insanité ou la stupidité

Écrit par : virgile | 19/09/2014

Les commentaires sont fermés.