29/07/2014

Conflit entre Israël et Gaza: Le rapport secret qui aide les porte-paroles Israéliens à s'exprimer

Importance du langage dans la guerre médiatique
Les porte-paroles israéliens ont du travail pour expliquer comment ils ont pu tuer plus de 1000 Palestiniens dans la bande de Gaza, la plupart des civils, alors que seulement trois civils ont été tués en Israël par les tirs de roquettes et de mortier du Hamas. Une question d’autant plus cruciale qu’il est important de gagner la bataille médiatique internationale et convaincre les opinions publiques, surtout américaine, de la justesse de la cause israélienne.
 
Le conflit de juillet 2014 révèle une amélioration de la part des porte-paroles israéliens
On a trop souvent reproché aux porte-paroles israéliens leur indifférence par rapport au grand nombre de victimes civiles dans le passé. Mais on a constaté aujourd’hui une nette amélioration. Il semble qu’ils s’adressent aux médias avec beaucoup plus de professionnalisme. Il y a une raison à cela. Un manuel avait été préparé sur la façon d’influencer les médias et l’opinion  publique en Amérique et en Europe. Ce manuel a été écrit par un expert en stratégie politique américain,  Dr Frank Luntz. L'étude avait été commandée il ya cinq ans par un groupe appelé The Israel Project, dans le but d’aider tous ceux, en Israël ou aux Etats-Unis qui étaient chargés de la communication d’Israël.
Le rapport avait été rédigé par le Dr. Luntz à la suite de l'opération « Plomb durci » en Décembre 2008 et Janvier 2009, lorsque 1387 Palestiniens et neuf Israéliens avaient été tués.
 
Un manuel de 112 pages
L’étude a permis la rédaction d’un livret de 112 pages intitulé "2009 Dictionnaire Global Language » qui était destiné à rester secret. Mais il a été divulgué presque immédiatement par Newsweek en ligne. peu de gens, cependant, avait vraiment porté attention à sa véritable importance.  Il devrait pourtant être connu de tous ceux qui s’intéressent à la politique israélienne en raison de ses "do and not do" à usage des porte-paroles israéliens.

Les responsables politiques israéliens croient-ils vraiment ce qu’ils affirment ?
Ce document permet de comprendre que les politiciens israéliens ont appris à s’exprimer en pensant uniquement à ce que les Américains veulent entendre. Il s’agit d’une technique bien connue des Japonais appelée « Aite no iken » à savoir de répondre à une question non pas en disant ce que l’on croit mais  par rapport à ce qu’on croit que l’interlocuteur veut entendre. Pour les Japonais, il s’agit d’un acte de politesse. Pour les Israéliens, il s’agit d’une manipulation stratégique.

Le livret est une méthode sur les messages à faire passer selon les publics
Le livret est plein de conseils sur la façon dont on doit façonner sa réponse selon les publics auxquels on s’adresse. Par exemple, l'étude indique que «les Américains conviennent qu'Israël a le droit à des frontières défendables». Mais elle dit de ne pas définir clairement ce que ces frontières doivent être. Elle conseille d’éviter de parler de frontières en termes de pré-ou post-1967, car il ne sert à rien de rappeler aux Américains comment les Israéliens ont conquis de nouveaux territoires par la force. L’étude a constaté que le soutien du droit d'Israël à des frontières défendables baisse de 89% à 60% lorsqu’on évoque 1967.
Une autre question épineuse est le droit au retour des réfugiés palestiniens qui ont été expulsés ou ont fui en 1948 et dans les années suivantes, et qui ne sont pas autorisés à retourner dans leurs foyers.
Le Dr Luntz reconnait que le droit au retour est une question difficile pour les Israéliens car il invoque les concepts de séparation de populations et de l’égalité des droits. Les Américains n'acceptent pas la notion de séparation des populations qui pour eux est synonyme d’apartheid, ni celle de l’inégalité des droits.  
Il convient plutôt de tourner le problème en parlant de « demande des Palestiniens » ou « exigence des Palestiniens » car les Américains n’aiment pas les gens qui font des « demandes » ou qui « exigent ». On peut également parler du « droit au retour » en disant que ce droit dépend d‘un « règlement définitif » du conflit israélo-palestinien... un jour dans l’avenir. 
Le Dr Luntz a également constaté que les Américains dans leur ensemble ont peur de l'immigration de masse aux Etats-Unis. On peut donc parler d’une "immigration de masse palestinienne" en Israël dans le cas d’un retour des réfugiés. Et ajouter que cette immigration de masse pourrait faire dérailler les efforts de paix.
Il y a dans le rapport tout un chapitre sur la façon d’"isoler le Hamas, soutenu par l’Iran, en démontrant que cela constitue un obstacle à la paix. Malheureusement, cet argument a un peu perdu de son efficacité dans l’opération actuelle contre Gaza car chacun sait que les relations du Hamas avec l’Iran s’étaient dégradées en raison du soutien de Téhéran à Bachar el-Assad en Syrie. Au moment où la guerre a éclaté, le Hamas n’avait plus aucun contact avec l’Iran, même si les relations ont repris depuis le début du conflit.

Montrer de la sympathie pour les Palestiniens
Le Dr Luntz conseille vivement aux porte-paroles israéliens de montrer de l'empathie pour les Palestiniens: Montrez de l'empathie pour les deux parties, pas seulement pour les Israéliens, précise-t-il. Cela explique pourquoi un certain nombre de porte-paroles israéliens sont presque larmoyants sur le sort des Palestiniens pilonnés par les bombes et les obus israéliens.
Ne jamais justifier "le massacre délibéré des femmes et des enfants innocents", conseille le brave docteur Luntz et il conseille de contrer vivement tous ceux qui accusent Israël de commettre des crimes contre la population palestinienne. Une autre technique est le jeter le doute sur l’origine des tirs de façon à diluer la responsabilité entre les deux adversaires. 
Le meilleur exemple de cette façon de s’exprimer a été donné par Benyamin Netanhyahu lorsqu’il a dit, après l’assassinat de trois jeunes israéliens et d’un adolescent palestinien : « Aucun parent ne devrait avoir à enterrer leurs enfants ». Il montrait de la sympathie envers toutes les mères, juives ou palestiniennes, et cela était très positif.

Liste de mots conseillés
Le Dr. Luntz a préparé une liste de mots et d’expressions à utiliser ou à éviter. On doit dire, par exemple : «La meilleure façon, la seule façon, pour arriver à une paix durable est de d’avoir un respect mutuel." Il convient surtout de souligner la volonté de paix d'Israël avec les Palestiniens car les Américains veulent massivement la paix. Mais pour éviter toute pression sur Israël, il faut ajouter : "une étape à la fois, un jour à la fois». Cette façon de procéder est acceptable par les Américains comme «une approche de bon sens à l'équation de la terre contre la paix".

Une solution à deux Etats
On sait que le gouvernement israélien ne veut pas vraiment d’une solution à deux Etats, mais le Dr. Luntz conseille de masquer cette position parce que 78% des Américains sont pour. Il vaut mieux parler de l’espoir qu’un jour les conditions économiques des Palestiniens vont s’améliorer. Et continuer en interrogeant le Hamas de la façon suivante :
« Que faites vous pour apporter la prospérité à votre peuple ? » Une question très hypocrite, naturellement  car cela fait sept ans qu’Israël a institué un blocus économique qui a provoqué la pauvreté et la misère au sein de la population de la bande de Gaza.

Prouver qu’Israël veut la paix
À chaque occasion, la présentation des événements par les porte-paroles israéliens doit donner l’impression aux Américains et aux Européens qu'Israël veut la paix avec les Palestiniens et est prêt à faire des compromis pour atteindre cet objectif.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

11:18 Publié dans Binyamin Netanyahou, Etats-Unis, Gaza, Hamas, Israel | Lien permanent | Commentaires (3) | | | | |

Commentaires

Cher Mr Beillard,
Le contenu de cet article est honteux et je comprends bien que la Diplomatie est aussi une guerre de mensonge à l oeil et d inverser à 180 degrés la vérité surtout médiatique. Néanmoins, il faudrait un minimum du respect des droits humains d une part et de l autre qu il s agit de crime de guerre par l Etat d Isreal, pays souverain . Même Carla Dal Ponte l avait évoqué sur la RSR hier matin. D autre part, il s agit d un génocide autant de plus que 800 humains civils (enfants et femmes) gazoaouis ainsi que de la destruction de leurs conditions de vie( aligna c de la défintion du Génocide par l ONU du 9 décembre 1948). Déjà, leur vie, auparavnt, était indigne de ce nom depuis 8 ans, emmurés , sous double embargo et dans une grande prison à ciel ouvert.

Je n ai aucune affinité ni pour le Hamas ni pour Netanayou mais si c était Mechaal ou Heniya qui avait fait assassiner 1000 israeliens et qu il y est eu 4 civils palestiniens qui sont morts, n aurait on pas rasé les 1.8 millions à Gaza et les 3 millions de la Cis Jordanie? N aurait on pas aussi effacer leurs sponsors actuels, le Qatar en tête ainsi que leurs anciens sponsors, Syrie et Iran? Sinon aurait on admiré le langage diplomatique nouveau d Al Thani ou d Assad ou de Rouhani qui ont fait, comme votre article le dit, aussi "une amélioration de la part de leurs confrères les portes paroles israeliens""

Le probléme est que Netanayou ne veut pas de l Etat palestinien, pas entendre parler..

Est ce qu on pense aux jeunes israeliens et palestiniens? Pas sûr.....

Écrit par : Sara | 29/07/2014

Sara,

Ce genre d'ouvrage se trouve dans toutes les librairies universitaires du monde. Tous les grands politiques suivent des cours sur ce sujet. Sans même m'interroger sur l'exactitude des détails de cet article, Je considère qu'il aborde un thème banal et dois dire que je considérerais comme irresponsable un politique ou porte-parole qui ne suivrait pas de cours de communication…

Un exemple souvent donné est la comparaison de premier discours télévisé de De-Gaule et du deuxième; la nuit et le jour ! Et c'était il y a plus d'un demi siècle.

Le modèle du Hamas est lui différent des modèles occidentaux car il explique comment transformer l'information et manipuler les faits. Donc si vous souhaitez vous offusquer, penchez vous dessus; c'est vraiment édifiant.

Écrit par : archi-bald | 29/07/2014

"Le contenu de cet article est honteux" :

non, le contenu de cet article n'est pas honteux,
oui, ce rapport secret montre les procédés honteux.

Écrit par : Keren Dispa | 30/07/2014

Les commentaires sont fermés.