25/07/2014

L'Etat Islamique et l'armée de Bachar el-Assad

L’Etat Islamique (Daesh) et l’armée d’Assad se sont rarement confrontés
Les Jihadistes de l’EI (Daesh) et les soldats fidèles à Bachar el-Assad se sont rarement confrontés ces derniers mois. Comme la guerre menée par l'Etat Islamique contre les autres formations rebelles affaiblissait l'opposition dans son ensemble, les forces d’Assad s’abstenaient d'attaquer les Jihadistes de l'EI et ceux-ci menaient très peu d’opérations contre l’armée syrienne.
Les derniers grands combats entre l’armée et l’EI remontent à l’été 2013 lorsque les Jihadistes ont participé à la prise de la base aérienne de Mennegh, près d’Alep ou à une offensive dans la province de Lattaquié.
Les Jihadistes de l’EI étaient trop absorbés par leur offensive contre les autres formations rebelles lors des batailles pour le contrôle du nord et de l’est de la Syrie. Certes, ils se sont fait expulser du nord-ouest du pays mais ils ont réussi à conserver leur place forte de Raqqa, la plus grande ville hors du contrôle de l’Etat syrien. Ils ont surtout réussi à prendre presque toutes les positions rebelles à l’est, une région stratégique qui leur a permis de faire jonction avec l'Etat Islamique d'Irak. 

La "trêve" de fait entre l’armée syrienne et l’EI brisée le 23 juillet
Les Jihadistes de l’EI ont lancé un assaut contre la base militaire de la Division 17 proche de la ville de Raqqa et ont réussi à en occuper une partie.
L’attaque a débuté par deux attaques suicides menée à la voiture piégée menée par quatre kamikazes, dont un Saoudien, contre les positions de l’armée suivies par des attaques sur plusieurs points de la base.  L’armée de Bachar el-Assad a répondu par des tirs d’hélicoptères sur les positions de l’adversaire.

62 morts dans les combats
62 personnes seraient décédées au cours de ces combats, en majorité des combattants et des soldats. Dans la province de Hassaka, 21 jihadistes de l'EI au moins ont été tués jeudi 24 juillet. A Hassaka même, quatre kamikazes ont mené une attaque suicide à l'intérieur du siège du parti Baas, suivie par des affrontements à l'intérieur du bâtiment. Douze personnes, dont des membres du parti Baas et des gardes de l'immeuble, ont été tuées. Parmi les morts figure "un responsable baasiste qui a été décapité ", a précisé l'OSDH (Observatoire Syrien des Droits de l’Homme). 11 militaires ont également été tué par une attaque jihadiste contre leur régiment au sud de la ville. L'armée a répliqué en bombardant les attaquants ainsi qu'une autre position de l'EI, tuant 17 jihadistes et les obligeant à reculer.
Dans la province de Raqa, les combats aux abords de la division 17 de l'armée, ont été extrêmement violents. Au moins six militaires, dont un officier, ont été décapités et huit jihadistes ont été tués, si l’on en croit les photos des cadavres décapités publiées sur un site jihadiste.
Des combats entre l’EI et l’armée de Bachar el-Assad ont également eu lieu jeudi 24 juillet aux abords de l'aéroport de Koueiris, près d'Alep.

Conséquence de l’affaiblissement des autres formations rebelles
Les Jihadistes de l’EI ayant affaibli, voire éliminé les autres formations rebelles dans de nombreux secteurs, il était normal qu'ils se retrouvassent désormais seuls, face à face avec les soldats fidèles à Bachar el-Assad, ce qui rendait inéluctable les affrontements entre ces deux forces. Bachar el-Assad et son Etat-major pensaient tirer profit de l’affrontement entre formations rebelles, ils vont se retrouver face à un adversaire beaucoup plus dangereux pour eux et leurs soldats en raison de la férocité et de la brutalité des Jihadistes de l’EI, comme on a pu le constater lors de la capture d’un champ gazier dans le centre de la Syrie où 72 gardes ont été froidement exécutés. La contre-offensive de l’armée syrienne pour reprendre le champ gazier n’a, d'ailleurs, par réussi pour l'instant.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

09:36 Publié dans Armée Syrienne Libre, Bachar el-Assad, Etat Islamique, Syrie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

Les commentaires sont fermés.