14/07/2014

Et pendant ce temps là…en Syrie

Violents combats entre Kurdes et Jihadistes de l’Etat Islamique (Daesh)
Les jihadistes de Daech (Etat Islamique), qui contrôlent déjà près de 250 km sur les 700km de frontière entre la Syrie et la Turquie, cherchent à établir une continuité territoriale entre Jarabulus, une ville arabo-turkmène à l'ouest, et Aïn el-Arab à l’est.  L’objectif est de relier leurs bastions dans l’est et le nord syrien aux régions qu’ils viennent de conquérir en Irak.
Le problème est qu’Aïn el-Arab est la troisième ville kurde de Syrie, après Qamishli (province de Hassaka au nord-ouest) et Afrine (province d'Alep).
La localité de Ras el-Aïn est complètement encerclée par les combattants de Daesh, mais les Kurdes défendent farouchement leur place-forte depuis plus de deux semaines et n’ont aucune intention de l’abandonner aux Islamistes radicaux. Il sera intéressant d’observer la réaction des Kurdes irakiens. Vont-ils se porter massivement au secours de leurs frères syriens ?

Daesh poursuit son expansion dans l’est syrien
Les jihadistes de l’État islamique (EI, ou Daesh) ont pris le contrôle lundi des secteurs rebelles à Deir Ezzor, la plus grande ville de l'est de la Syrie.
Daech contrôle désormais 50% de cette ville et le régime l'autre moitié. Les autres combattants rebelles ont, soit quitté la ville, soit fait allégeance à l’Etat Islamique.

Exécution dans la ville frontière d’al-Qaïm
Al-Qaïm est une ville irakienne située à la frontière de la Syrie, au niveau de la ville syrienne de Boukamal. Les Jihadistes de l’Etat Islamique s’étaient emparés des deux localités, de part et d’autre de la frontière  irako-syrienne après avoir bénéficié du ralliement de nombreux éléments armés.
C’est dans cette ville d’al-Qaïm que le mouvement islamiste vient d'exécuter quatre Syriens accusés d’espionnage pour le compte du régime de Bachar el-Assad.
Des membres de Daech, brandissant le drapeau noir des Abbassides, ont conduit les quatre hommes dans une rue du centre d'Al-Qaïm où ils ont été exécutés un par un.

Les combats se poursuivent dans le Qalamoun, la région montagneuse frontière entre le Liban et la Syrie
Les affrontements violents se poursuivent entre les insurgés sunnites et l’armée du régime appuyée par le Hezbollah libanais dans le Qalamoun, une région montagneuse à la frontière entre la Syrie et le Liban. Les troupes syriennes et le Hezbollah, qui ont entrepris une vaste offensive depuis la fin de l’année 2013, "contrôlent le secteur, mais ils ne contrôlent pas toutes les grottes et montagnes. Il y a de nombreux endroits où se cacher dans les montagnes", précise Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH (Observatoire syrien pour les Droits de l’Homme).
Les récents combats viennent de coûter la vie à 16 rebelles sunnites au moins et à 7 membres du Hezbollah (2 d’entre eux ont été tués dimanche 13 juillet), tandis que 31 autres combattants chiites libanais étaient blessés.
Le Hezbollah a également capturé 14 islamistes appartenant à différentes groupes, dont le Front al-Nosra, affilié à el-Qaïda.

Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

 

18:49 Publié dans Etat Islamique, Front al-Nosra, Hezbollah, Irak, Kurdistan, Syrie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

Les commentaires sont fermés.