09/07/2014

Irak : Faut-il s’inquiéter ? Des insurgés avaient pris un site d'armes chimques

Les rebelles islamistes sunnites s’étaient emparés d’un dépôt d’armes chimiques
Dans une lettre datée du 1er juillet et rendue publique le 8, l'ambassadeur irakien à l'ONU, Mohammed Ali Alhakim, avait informé le secrétaire général Ban Ki Moon, que "des groupes armés terroristes avaient pénétré dans le site d'Al Muthanna", au nord-ouest de Bagdad, dans la nuit du 11 juin, après avoir désarmé les soldats qui le gardaient.
Le système de surveillance du site a permis de constater qu'à l'aube du 12 juin, les intrus avaient "pillé certains équipements" mais ils ont ensuite neutralisé les caméras de surveillance, précisait la lettre.

Une ancienne installation
Ce site est "une ancienne installation d'armes chimiques", où des "restes de l'ancien programme d'armement chimique" irakien sont entreposés dans deux bunkers.
Le complexe avait commencé à produire du gaz moutarde et d'autres gaz chimiques, dont du sarin, au début des années 80. Le programme irakien d'armement chimique avait atteint son apogée pendant la guerre Iran-Irak à la fin des années 80.

Les insurgés islamistes ne pourront pas produire d’armes chimiques selon la CIA
La CIA affirme que ce complexe avait été fermé après la première guerre du Golfe lorsque des résolutions des Nations unies avaient interdit à l'Irak toute production d'armes chimiques. Au début des années 90, il a été utilisé pour superviser la destruction des stocks irakiens d'armes chimiques.
Les Américains pensent que les Islamistes sunnites ne seront pas en mesure de produire des armes chimiques opérationnelles, en raison de la vétusté et de l'ancienneté des produits pouvant encore s'y trouver.

L’Irak ne pourra respecter ses engagements internationaux
Dans la lettre envoyée au secrétaire général de l’ONU, l’ambassadeur irakien prévient qu'en raison de l'insécurité, Bagdad ne peut plus poursuivre la destruction de son arsenal.
Il ajoute que Bagdad reprendra les opérations de destruction de son arsenal "dès que la situation de sécurité se sera améliorée et qu'il aura repris le contrôle" du site d’al-Muthanna.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

07:50 Publié dans Etat Islamique, Etats-Unis, Irak | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

Les commentaires sont fermés.