06/07/2014

Israël pris dans un engrenage de la violence

Six extrémistes juifs arrêtés pour le meurtre d’un jeune Palestinien
Six personnes ont été appréhendées dans le cadre de l'enquête sur l'enlèvement et le meurtre d'un jeune Palestinien de Jérusalem-Est.  N’en déplaise à ceux qui prétendaient que le jeune Palestinien était tombé victime d’un crime d’honneur, les suspects arrêtés seraient des "juifs extrémistes". C’est, tout au moins, ce qu’a indiqué dimanche 6 juillet une source officielle israélienne.
Pour l’instant, l’arrestation des six personnes est soumise à la censure médiatique.


Emeutes palestiniennes à Jérusalem
Il était temps que les meurtriers du jeune Palestinien aient été identifiés et mis hors d’état de nuire. Ainsi, après l’arrestation de deux Palestiniens, coupables présumés de l’enlèvement et de l’assassinat de trois jeunes Juifs et l'arrestation de six personnes soupçonnées d'avoir tué le jeune Palestinien en représailles à l'assassinat des trois Israéliens, tous les coupables supposés des assassinats sont entre les mains de la police israélienne. Ce double drame avait provoqué une situation explosive en Israël comme en Cisjordanie et Gaza. 
En effet, en l'espace de moins d'une semaine, Israël et l’Autorité Palestinienne (AP) se sont trouvés pris dans un nouveau cycle de violence. L’assassinat des trois adolescents israéliens, suivi deux jours plus tard par l'assassinat d'un Palestinien de 16 ans, avaient servi d’éléments déclencheurs de violentes émeutes palestiniennes dans les faubourgs de Jérusalem avant de s'étendre à d'autres régions d'Israël et de Cisjordanie.

Les troubles s’étendent à d’autres régions 
Dès le vendredi 4 juillet, les émeutes s'étaient étendues à d’autres villes arabes israéliennes, dans la région dite du « Triangle » dans le centre d'Israël.  Des émeutiers masqués interceptaient des voitures à l'extérieur de Qalanswa et agressaient les occupants s’ils étaient juifs.
A Taiibeh et Umm al-Fahm, d’autres émeutiers brandissaient des drapeaux palestiniens et lançaient des pierres sur le passage des véhicules et les localités juives voisines obligeant la police anti-émeute à rétablir l’ordre à coup de grenades assourdissantes ou lacrymogènes et à arrêter des dizaines de personnes.
Samedi 5 juillet dans la soirée, les troubles gagnaient Nazareth.

Recrudescence de tirs de roquettes à partir de Gaza
Dans le même temps, des dizaines de roquettes palestiniennes tirées à partir de la bande de Gaza frappaient le Sud d’Israël. Samedi 5 juillet, dans la soirée, les tirs s’étendaient à trois villes du sud, Beersheba, Ashkelon et Ofakim.

La population israélienne en colère
La population israélienne est très critique de l’absence de réaction forte du pouvoir, que ce soit  de la part du Premier ministre, Binyamin Netanyahu, du ministre de la Défense, Moshe Yaalon, ou du chef d'état-major israélien, Benny Gantz.
Au début, Netanyahu semblait avoir compris la fureur de la population israélienne suscitée par l'assassinat des trois jeunes israéliens. Ses premières déclarations indiquaient qu’il avait la ferme intention de réagir :
 «Même Satan ne pourrait trouver aucune vengeance pour le sang d'un enfant", ou encore : " Le Hamas est responsable et le Hamas paiera". Mais depuis, il y avait eu l'assassinat de l'adolescent palestinien et le gouvernement s'est retrouvé dans l'obligation d'observer une certaine retenue.

Une réaction « retenue » de l’armée israélienne
L'exécutif israélien a ordonné à l'armée de limiter son offensive anti-terroriste à la Cisjordanie seulement, se bornant à capturer deux des assassins supposés des trois jeunes Israéliens, à arrêter des dizaines de militants locaux du Hamas, et à fermer des sociétés de bienfaisance et des entreprises appartenant ou dépendant du mouvement islamiste palestinien. 

C’est le Hamas qui frappe Israël
Au lieu de voir les Forces de Défense Israéliennes frapper le Hamas à Gaza, c’est le Hamas qui va finalement frapper Israël avec ses roquettes à partir de Gaza, forçant l’Etat hébreu à envoyer ses bombardiers attaquer les sites de lancement du Hamas et du Jihad islamique.

L’armée d’Israël tenue en échec pour des motifs politiques
La situation est inacceptable pour la population israélienne qui n’est pas loin de trouver que l’armée d’Israël a été tenue en échec en raison des hésitations politiques. On connaît les raisons des tergiversations de Binyamin Netanyahu : Il avait préféré externaliser la solution de la crise en confiant à d’autres pays, l’Egypte, la Jordanie, le Qatar et la Turquie, le soin de convaincre le Hamas de mettre un terme aux tirs de roquettes.  
Le message envoyé par Israël au Hamas, à savoir qu’Israël ne recherchait pas l’escalade a été compris par l'organisation islamiste palestinienne comme un acte de faiblesse. Il en est de même du bombardement de bâtiments vides à Gaza. En fait, c’est toute la politique de dissuasion de l’armée israélienne qui a été mise en échec.
Cette faiblesse a été mise à profit non seulement par le Hamas, mais également par la rue palestinienne en Israël comme en Cisjordanie. Et finalement, ce sont les extrémistes de tous poils qui ont profité de la crise.

Les critiques fusent de toutes parts
Pour de nombreux critiques israéliens, on n’aurait jamais du confier aux Jordaniens ou aux Egyptiens la mission de résoudre les difficultés entre Israéliens et Palestiniens. Le Premier ministre d'Israël aurait du, à leur avis, laisser l'une des armées les plus puissantes et l’une des forces anti-terroristes les plus efficaces au monde faire leur travail.
 
Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

18:09 Publié dans Autorité Palestinienne, Gaza, Hamas, Israel | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | |

Commentaires

Ce n est pas si intrigant que ça que Mr Netanayou n a pas réagi violemment comme à l accoutumée contre le Hamas et après l assassinat impardonnable des trois ados israeliens, RIP, et compassion avec leurs familles surtout les mères meurtries.
Mais Netanayou est un homme loyale, réglo, il attend les résultats de l enquête diligentée par qui de droit. Même si on lui reprocherait rétrospectivement d avoir été traité de "Grand Menteur" par Obama, il attend dans ce cas précis les résultats de l enquête et chapeau bas.
Ce qui est intrigant dans cette histoire est que ce n est pas l histoire de ces 3 ados qui l occupait à ce moment mais peut être bien le pétrole irakien convoité par la Turquie et Israel. Il leurs est plus facile et donnant donnant de négocier avec les Kurdes, une fois autonomes, l exploitation de ce pétrole directement que de le faire avec le Gvt central à Baghdad. Donc il fallait plutôt favoriser cette histoire de Pétrole Irakien tout d abord, quitte à taper trop fort, comme à l accoutumée, plus tard sur le Hamas qui est très louche par ailleurs car manipulé entre le Qatar et la Saoudie sous le chantage: qui paie plus?

Un journal kurde avait publié ceci et je ne sais pas quelle liaison, cause à effet, ceci avait induit.
**************************
Le journal kurde Ozgur Gundem, appartenant au parti des travailleurs kurdes, a révélé vendredi le plan global du groupe terroriste de l’État Islamique (EI) en Irak et au Levant pour occuper la ville irakienne de Mossoul et d’autres régions du pays.

Ceci a eu lieu lors d’une rencontre dans la capitale jordanienne Amman le premier juin dernier, jour du déclenchement de la conquête de l’EIIL en Irak, sous le parrainage des États-Unis, d’Israël, de l’Arabie Saoudite, de la Jordanie et de la Turquie.:
***************************
Fin

Écrit par : Maaloula | 06/07/2014

Les commentaires sont fermés.