06/07/2014

Dernières nouvelles d'AQPA (al-Qaïda dans la péninsule arabique)

Attaque d'el-Qaëda à la frontière Yémen/Arabie: cinq morts (nouveau bilan)


AQPA une menace pour le Yémen comme pour l’Arabie saoudite
L'Aqpa a profité de l'affaiblissement du pouvoir central au Yémen à partir de la révolution de 2011 pour renforcer sa présence au Yémen alors qu’elle avait été très affaiblie par la lutte implacable menée contre ses membres en Arabie saoudite. Des milliers de suspects avaient été arrêtés après la vague d'attentats qui avait ensanglanté le royaume entre 2003 et 2006.

Une frontière difficile à sécuriser
La frontière entre l'Arabie saoudite et le Yémen est longue de 1.800 km.  Elle est difficile à sécuriser en dépit des efforts des autorités saoudiennes qui ont dépêché sur place d’importantes forces de sécurité.
La province yéménite du Hadramout (sud-est du pays) est une zone d'implantation de la branche yéménite d’Aqpa. La frontière entre cette province et l’Arabie saoudite est donc particulièrement sensible. Plus à l’ouest, c’est la révolte des chiites zaïdites qui pose un problème aux autorités saoudiennes.

Détails sur la tentative d’infiltration du vendredi 4 juillet
L’opération d'infiltration audacieuse en Arabie saoudite menée un commando d’AQPA, vendredi 4 juillet, a été particulièrement sanglante. Elle se sera finalement soldée par la mort de quatre membres de la sécurité saoudienne, outre celle d'un soldat yéménite, selon un dernier bilan.
Cinq des six assaillants ont été tués dans les accrochages qui ont suivi l'infiltration, a précisé un porte-parole du ministère saoudien de l'Intérieur.

Les membres d’AQPA tous saoudiens
Les six auteurs de l’attaque à la frontière saoudo-yéménite, revendiquée étaient des Saoudiens. Ils étaient tous les six recherchés par les autorités de leur pays
Le membre du commando blessé et capturé par l’armée saoudienne s’appelle Saleh al-Souheibani. Deux des cinq tués, Moussa Abdallah al-Chehri et Saleh Ali Saad al-Amri, avaient été libérés respectivement il y a plus de deux et trois ans après avoir été incarcérés en Arabie saoudite pour "des activités terroristes", alors qu'un troisième, Abdel Aziz Ibrahim al-Rchoudi, avait été relâché il y a plus de deux ans après son rapatriement d'une zone de conflit. Les deux autres combattants d'el-Qaëda tués, Ayoub Saleh al-Souidi et Faraj Yaslem al-Seiyari, avaient été dénoncés par leur famille pour avoir fui vers des zones de conflit.

Poste frontière de Wadia
L'attaque s'est produite au poste-frontière de Wadia. C’est à cet endroit que les membres d’AQPA, armés de mitrailleuses et de lance-roquettes RPG, ont tué un soldat yéménite avant de s'infiltrer en territoire saoudien.
Les six assaillants sont alors entrés en territoire saoudien à bord d'un 4x4. Ils ont attaqué une patrouille de sécurité saoudienne tuant le chauffeur, et deux membres de la patrouille. Ils ont poursuivi leur chemin après s’être emparés du véhicule de la patrouille.
Les forces saoudiennes ont pourchassé le 4X4 et les échanges de tirs ont coûté la vie à deux policiers saoudiens et à trois assaillants. Un quatrième assaillant a été blessé et arrêté.
Les deux autres combattants d'el-Qaëda, à bord de la voiture volée, ont pris la fuite dans la région de Charoura, proche de la frontière où ils se sont emparés d'un bâtiment abritant une cellule des services de renseignement saoudiens. Un membre des services a été tué par les deux membres survivants du commando d’AQPA.
Les forces de sécurité ont ensuite encerclé pendant plusieurs heures les deux assaillants qui ont refusé de se rendre et se sont fait exploser samedi 5 juillet à l'aube.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

 

09:07 Publié dans AQPA, Arabie saoudite, Yémen | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

Les commentaires sont fermés.