05/07/2014

Les Ahbache font leur come-back

Qui sont les Ahbache ?
Il s’agit officiellement d’une organisation de bienfaisance islamique fondée par Abdallah al-Harari originaire d’Ethiopie. Ethiopie se dit Ahbasha en arabe, d’où son nom. L’organisation des Ahbache était très active au Liban où elle s’était installée au début des années 1980.


Les Ahbache avaient bénéficié du soutien de Hafez el-Assad, l’ancien président syrien
Le président syrien, Hafez el-Assad, ne pouvait s’empêcher de se méfier des Sunnites. C’était un sentiment atavique chez lui.  Il avait réprimé dans le sang une insurrection des Frères musulmans à Hama, au début des années 1980, et il savait pertinemment que la population sunnite du Liban ne lui pardonnerait jamais la répression féroce qu’il avait ordonnée à Hama. Les services de renseignement syriens, omniprésents au Liban, avaient reçu l’ordre de Hafez el-Assad, de tout faire pour affaiblir la communauté sunnite libanaise. C’est en exécution de ce ordre qu’ils ont contribué à implanter dans les quartiers sunnites de Beyrouth, de Tripoli et de Saïda la secte des Ahbash. Les Ahbash, armés et encouragés par les moukhabarat (les services secrets) syriens, ont pu s’emparer par la violence de nombreuses mosquées sunnites à l’époque de l’occupation syrienne du Liban.

Deux cadres dirigeants des Ahbache impliqués dans l’assassinat du premier ministre libanais, Rafiq Hariri
Deux dirigeants, les frères Abdel Aal, ont été incarcérés dans l'affaire de l'assassinat de Rafiq Hariri, avant d'être relâchés par le Tribunal international pour le Liban en même temps que les quatre généraux soupçonnés d’avoir pris par au complot. Leur implication dans l’affaire Rafiq Hariri et la disparition de la scène libanaise de leur principal soutien, le régime syrien, a fait pratiquement disparaître les Ahbache de la scène politique libanaise, d’autant plus que la rue sunnite se mobilisait plutôt autour du « Courant du Futur » et de son chef, Saad Hariri, le fils de Rafiq.

Les Ahbache organisent leur retour médiatique
C'est dans le cadre d'un iftar (rupture du jeune durant Ramadan) donné dans le Centre islamique de Beyrouth à Zokak el-Blatt que l'association des Ahbache a consacré son retour sur la scène politique sunnite. Elle a convié les médias libanais à un iftar, au moment où la plupart des autres associations étaient en train d'annuler les leurs pour des raisons de sécurité. Les mesures de sécurité étaient très strictes autour de la mosquée de Zokak el-Blatt, mais les organisateurs de l'iftar ont précisé qu'ils n'avaient pas voulu l'annuler précisément pour ne pas céder à la peur et pour adresser aux Libanais un message d'espoir en l'avenir.

Les Ahbache veutlent être un courant modéré de l’Islam
Les Ahbache ont expliqué à leurs hôtes qu’ils se voulaient un courant modéré de l'islam. Ils ont rappelé qu’ils avaient été eux-mêmes victimes d’une campagne de dénigrement systématique et que leur chef, cheikh Nizar Halabi, avait payé de sa vie cette hostilité en 1995.
La rue sunnite a plus que jamais besoin de la présence de courants modérés qui rappellent et enseignent les véritables valeurs de l'islam, tout en renforçant la coexistence qui est la particularité du Liban, ont-ils expliqué.

L’activité de l’association
Les activités de l’association concernent les médias. Ils disposent d’une station de radio et produisent une revue, avec un supplément pour les femmes. Ils ont créé des écoles et fournissent des aides aux étudiants.

Les Ahbache soutiennent toujours la résistance à Israël avec le Hezbollah
Il n’est pas question pour les Ahbache d’abandonner leur politique de soutien à la résistance contre Israël et au Hezbollah, en dépit de toutes les tentatives d'intimidation, ont assuré les responsables de l'association.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

20:23 Publié dans Ahbache | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

Les commentaires sont fermés.