30/06/2014

Le pétrole : prochain enjeu des affrontements entre Kurdes et Jihadistes

Exxon a un contrat d’exploitation pétrolière avec le Kurdistan
Exxon Mobil Corp confirmait avoir négocié des contrats d'exploration et de production de pétrole avec le gouvernement régional du Kurdistan de l'Irak en 2011.
"L’exploration et la production des activités (pétrolières) dans la région du Kurdistan irakien sont régies par des contrats de partage de production négociés avec le gouvernement régional du Kurdistan en 2011", avait déclaré Exxon dans son 10-K déposé auprès de la Securities and Exchange Commission le 24 février 2012.

Un contrat de vingt ans pour l’exploitation renouvelable pour cinq ans
La société d'énergie basée au Texas Irving, a déclaré que le terme d'exploration était de cinq ans avec possibilité de prolongation de deux ans, tandis que la période de production est de 20 ans avec la possibilité de prolonger de cinq ans.

Silence embarrassé d’Exxon pour ne pas s’attirer les foudres de Bagdad
Exxon avait longtemps gardé le silence malgré les révélations faites par le Kurdistan, sans doute pour ne pas aggraver la colère du gouvernement fédéral irakien qui considére comme invalide tout accord signé avec l'ARK, qui, lui, affirme que tout contrat signé avec lui est conforme à la nouvelle constitution du pays.

Le contrat porte sur des régions disputées entre l’Irak et le Kurdistan
Le problème, à l’époque, est que certaines des concessions signées entre Exxon et le Kurdistan se trouvait dans des régions, certes riches en pétrole, mais disputées entre le Kurdistan et le gouvernement central.

Une carte qui montre où se trouveront les prochains affrontements
Il est intéressant de voir la carte de ces régions pour deviner où vont avoir lieu les prochains affrontements armés entre les Peshmergas kurdes et les Islamistes de l’Etat Islamique (EI)

kurdish-region-iraq.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

 

18:04 Publié dans Etat Islamique, Irak, Kurdistan | Lien permanent | Commentaires (2) | | | | |

Commentaires

J'ajoute une dernière question à mon commentaire précédent, le facteur ethnique , joue-t-il un rôle dans l'affrontment actuel, il a certainemnt été un paramètre important en Afghanistan, mais qu'en est-il de l'unité du peuple Kurde , des tensions entre arabo-musulmans et perses. Sur l'aspect politique, la très mauvaise qualité des élites des pays protagonistes du conflit influe-t-elle aussi sur le déroulement du processus de restrucuration?
Le grand absent des revendications du Djihad , la question du colonialisme en terre palestinenne.
En conclusion suis-je à côté de la plaque tectonique? je n'ai pas abordé l'aspect gèologique.
alors Aladin votre lanterne magique ?

Écrit par : briand | 30/06/2014

« J'ajoute une dernière question à mon commentaire précédent, le facteur ethnique , joue-t-il un rôle dans l'affrontment actuel »

Non, en tout cas pas directement.
Aussi bien la Turquie que l'Iran n'ont pas de raison géo-stratégique à s'opposer à la constitution d'un état Kurde sur les restes de l'Iraq et de la Syrie.
Le problème majeur c'est l'image qu'ont donnée à leur propre population, pendant des dizaines d'années, aussi bien les turcs que les iraniens, des kurdes: des tribus rebelles, paysannes, montagardes, illettrées, pauvres, primitives, communistes...

Le problème est résolument politique. Que doive croire et que penseront les populations turcs et iraniennes si leurs gouvernements prennent l'initiative d'aider les kurdes à établir leur souveraineté ?

Écrit par : Chuck Jones | 01/07/2014

Les commentaires sont fermés.