29/06/2014

La Russie soutient le gouvernement irakien contre les Islamistes sunnites

La Russie accélère la livraison de bombardiers
La Russie a accéléré la livraison de cinq bombardiers Sukhois SU-30 achetés par le gouvernement irakien. Ils ont été livrés samedi 28 juin 2014. L’information a été confirmée par le porte-parole du commandement général des forces armées en Irak, le général de brigade Qassim Atta.
Selon le irecteur du Centre d'analyse du commerce mondial des armes, Igor Korotchenko, l'Irak a acheté six bombardiers russes Su-30K usagés, qui sont en cours d’entretien  en Biélorussie. Ces bombardiers sont parfaitement adaptés pour le soutien de troupes au sol et devraient être opérationnels à partir du 2 juillet prochain.

Cette vidéo de Reuters montre l'arrivée des avions russes sur l'aéroport de Bagdad :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&a...

La Russie ne restera pas inactive face à la menace « terroriste » en Irak
Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a affirmé samedi 28 juin  à Damas que son pays ne resterait pas « les bras croisés » face à l’offensive des jihadistes en Irak.
« La Russie ne restera pas les bras croisés face aux tentatives des groupes de propager le terrorisme dans les pays de la région », a déclaré M. Ryabkov lors d’une conférence de presse à l’issue d’un entretien avec le président syrien Bachar el-Assad.
M. Ryabkov, dont le pays est le principal soutien du régime de M. Assad, répondait à une question sur l’offensive fulgurante du groupe ultra-radical de Daech (l’Etat islamique en Irak et au Levant, EIIL) ces dernières semaines dans le nord et l’ouest de l’Irak.
« La situation est très dangereuse en Irak et menace les fondements de l’Etat irakien » a poursuivi M. Ryabkov, dont les propos étaient traduits en arabe, tout en insistant qu’en Syrie comme en Irak, la solution ne pouvait venir que d’un « véritable dialogue national ».

Les Américains traînent les pieds
Par contraste, les livraisons d'équipements militaires américains semblent se faire attendre. Il semble que l'administration de Barak Obama hésite à s'engager trop ouvertement en faveur de Nouri al-Maliki qu'elle considère responsable du fiasco qui règne actuellement en Irak. 

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

11:28 Publié dans Irak, Russie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

Les commentaires sont fermés.