26/06/2014

Le plan de paix pour l'Irak de Moqtada Sadr

Moqtada Sadr hostile à toute intervention des Etats-Unis en Irak
Le chef du courant sadriste s’est déclaré résolument hostile à toute présence militaire US dans son pays, même sous le prétexte de lutter contre les « terroristes takfiris », comme les Chiites appellent les insurgés sunnites.

Un plan de paix en huit points
Il propose un plan de paix en huit points pour mettre un terme la crise sécuritaire extrême qui secoue l'Irak.
Il demande :
1  –  L'arrêt des violences
2 – L'engagement du gouvernement à satisfaire les revendications légitimes des sunnites modérés
3 - L'accélération du processus de formation du nouveau gouvernement (Nouri al-Maliki n’a toujours pas réussi à former un gouvernement depuis sa victoire électorale d’avril 2014)
4 - La réprobation conjointe des chiites et des sunnites face aux milices terroristes
5 - La mise à l'écart des groupes baathistes , des terroristes du processus du dialogue. (En ce qui concerne les groupes baathistes, d’autres hommes politiques irakiens auraient éventuellement accordé l’amnistie aux baathistes pour donner une chance à la réconciliation).
6 - L'arrêt de l'ingérence des forces d'occupation et des Etats régionaux dans les affaires intérieures irakiennes,
7 – Le soutien à l'armée irakienne des pays tiers non-occupants
8 - Le rejet des miliciens du processus politique en cours.

Des contacts infructueux entre Sadristes et Sunnites
Selon certaines sources, le courant sadriste a tenté à plusieurs reprises d'entrer en contact avec les sunnites irakiens mais ces tentatives ont à chaque fois échoué.

Un plan de paix sans grand espoir de réussite
Il y a fort à parier que ce plan de paix ne sortira pas de Sadr City car les Kurdes n’ont plus aucune intention de rejoindre le giron national irakien. Quant aux Sunnites, ce plan est basé sur la bonne volonté de quelques Sunnites modérés mais qui n’ont plus aucun pouvoir ou influence dans les régions sunnites.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

08:50 Publié dans Etats-Unis, Irak, Kurdistan, Moqtada Sadr | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

Les commentaires sont fermés.