10/06/2014

Une nouvelle guerre d’Irak commence et nul n’en mesure encore les répercussions

Une nouvelle guerre d’Irak vient de commencer, sans les Américains pour l’instant. Elle promet d’être longue, sanglante et impitoyable, avec au bout du compte une issue sans doute fatale pour l’Irak.
À moins que les États-Unis n’interviennent d’une manière ou d’une autre pour aider les autorités de Bagdad, on risque d’assister à la = formation d’un véritable sanctuaire jihadiste au Nord de l’Irak et à l’Est de la Syrie, ce qui condamnerait ces deux pays à disparaître.
 
Or, les évènements se sont accélérés depuis une semaine. Voyons les faits :


Tout commence le 5 juin par un violent assaut contre la ville de Samarra
L’offensive a débuté le jeudi 5 juin par un assaut mené par L’armée islamique d’Irak et du Levant (EIIL) appuyée par quelques éléments de tribus sunnites contre la ville de Samarra, une localité majoritairement sunnite située à 110 km au Nord de Bagdad. Des douzaines de véhicules tout-terrain surchargés d’hommes armés et montés de canons et de mitrailleuses parmi lesquelles de nombreuses mitrailleuses anti-aériennes, s’étaient lancés à l’assaut de la ville. Les forces de sécurité n’ont réussi à les déloger qu’après des combats de rue acharnés impliquant des hélicoptères de combat.

Mossoul est attaqué le vendredi 6 juin
Le lendemain même, les insurgés sunnites se lançaient à l’assaut de Mossoul. Les combats coûteront la vie à plus de cent personnes (combattants et civils) en deux jours. Le 7 juin, les autorités sécuritaires de la province de Ninive se vantaient d'avoir tué 75 Jihadistes et détruit une vingtaine de véhicules.

Mossoul (2 millions d’habitants) et la province de Ninive (3,5 millions d’habitants) tombent en quelques heures aux mains des Jihadistes de l’EIIL (al-Qaïda)
Les autorités sécuritaires de Mossoul avaient crié victoire un peu tôt. Tard dans la soirée du lundi 9 juin, les jihadistes de l’EIIL reprenaient leur assaut contre la ville de Mossoul. Certains secteurs de la ville tombaient en moins d’une heure de combat entre les forces de sécurité irakiennes et des centaines de membres de l’EIIL. Ceux-ci s’emparaient du siège du gouvernement provincial de Ninive, du Centre de Commande des Opérations de la province et de l’aéroport.
Le mardi 10 juin, il fallait se rendre à l’évidence. La ville de Mossoul, une ville de deux millions d’habitants, était tombée entre les mains de l’EIIL. Les forces du régime reconnaissaient avoir, dans un premier temps, évacué les secteurs situés à l’est avant d'abandonner l’ensemble de la mégapole aux insurgés. En fait, soldats et policiers avaient pris la fuite, la plupart abandonnant leurs armes et leurs uniformes.
Les Jihadistes n’avaient plus qu’à parcourir la ville pour annoncer au haut parleur qu’ils étaient venus pour la libérer et qu’ils ne combattraient que ceux qui s’attaquent à eux. Et dans la foulée ils libéraient plusieurs centaines de détenus de trois prisons de la ville.
28 chauffeurs turcs conduisant des camions citernes transportant du pétrole du port d’Iskenderun à Mossoul étaient également capturés par les rebelles.
Le gouvernement de Bagdad reconnaissait, quelque temps plus tard, que non seulement Mossoul était tombé mais aussi l’ensemble de la province à majorité sunnite de Ninive.
On pensait que les mauvaises nouvelles s’étaient arrêtées là et que les autorités irakiennes étaient en train de préparer la riposte.

La province de Kirkouk partiellement aux mains des jihadistes
Pas du tout ! Fort de leur succès, les Jihadistes de l’EIIL poursuivaient leur progression fulgurante vers les provinces de Salaheddine et de Kirkouk.
Ils prenaient le contrôle des zones de Hawijah, Zab, Riyad et Abbasi à l'ouest de la ville de Kirkouk, et Rashad et Yankaja au sud.
La confusion est la plus totale dans toute la région du Nord de l’Irak. Certains disent que les forces du régime ont abandonné leurs postes presque sans combat tandis que d’autres affirment qu’ils ont suivi les ordres de décrocher. Le gouvernement irakien annonçait son intention d’armer tous les volontaires qui décideraient de lutter contre les Jihadistes de l’EIIL.

Actuellement, les insurgés poursuivent leur avance fulgurante à l’intérieur de  la province de Kirkouk et rien ne semble les arrêter.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

21:08 Publié dans Etat Islamique, Irak, Kirkouk, Mossoul | Lien permanent | Commentaires (4) | | | | |

Commentaires

Pouvez-vous nous renseigner comment ces jihadistes se procurent un tel armement? Merci d'avance pour votre éclairage.

Écrit par : Walter | 10/06/2014

Les Jihadistes de l'EIIL ont plusieurs sources d'approvisionnement en armement et munitions :
- La première et la plus importante est la quantité énorme d'armements éparpillée dans la nature au moment de la chute de Saddam Hussein. Les tribus en ont récupéré ainsi que les partisans de Saddam qui étaient bien décidés à mener la vie dure aux Américains. Depuis, nombre d'entre eux ont rejoint les réseaux islamistes.
- La seconde, conséquente également, provient de Syrie. Le régime de Bachar el-Assad, dans les années 2005-2008 avait fourni de grandes quantités d'armes aux Jihadistes qui affluaient vers l'Irak pour se battre contre les troupes U.S.
- La troisième provient des donateurs arabes au temps où Arabie saoudite et Emirats pensaient pouvoir contrer l'extension de l'influence iranienne et le renforcement de la communauté chiite au détriment des Sunnites en armant les groupes salafistes.
- Il y a enfin les dons en argent de généreux donateurs, la plupart du temps du Golfe, qui permettent aux Jihadistes de se procurer des armes et des munitions sur les réseaux parallèles (souvent situés en Europe de l'Est). On parle aussi de trafics d'armes à partir de Libye à travers le Soudan.

Écrit par : Belliard | 10/06/2014

POURQUOI LES GUERRES AUJOURD HUI NE SE FASSENT QUE "PAR HASARD" OÙ IL Y DES ARABES ET/OU MUSULMANS?

Voyez vous , nous parlons tous, moi le premier, qui est gagnant et qui est lésé aujourd hui avec la nouvelle guerre en irak, l EIIL, la Turquie, Israel, Hollande, les USA, Maliki…..etc…?

BIEN QU AU FAIT LES DEUX GRAVEMENT LéSéS ET RE-LéSéS DANS LEUR PATRIE,LEUR SANG ET LEUR PéTROLE SONT L IRAQ ET LES IRAKIENS ( OU généralement que les grands PERDANTS ces temps ci sont toujours les ARABES + LE "GAGNANT" L ANTI ISLAM OCCIDENTAL "Axe du Mal" par la REPUTATION DE LA RELIGION MUSULMANE USURPéE…

Écrit par : Adra | 12/06/2014

« À moins que les États-Unis n’interviennent d’une manière ou d’une autre pour aider les autorités de Bagdad, on risque d’assister à la = formation d’un véritable sanctuaire jihadiste au Nord »

Pfff, Barak Obama n'a aucune envie d'y envoyer des troupes US,

Par contre, ceux qui sont fûrieux qu'on leur ai piqué "leur" pétrole (de Mossoul et Kirkourk), c'est les turcs et les israéliens.

Les turcs rêvent d'en découdre avec la Syrie depuis 20 ans. Déjà qu'ils ont cherché un prétexte pour lancer une intervention en Syrie en mars 2014 ...

http://www.courrierinternational.com/article/2014/03/28/complot-guerre-en-syrie-et-interdiction-de-youtube

http://www.voltairenet.org/article183019.html

Écrit par : Chuck Jones | 11/06/2014

Les commentaires sont fermés.