08/06/2014

Les forces de sécurité irakiennes ont repris le contrôle de l'Université d'Anbar, 9 activistes tués

Neuf activistes tués

Les forces de sécurité irakiennes ont repris le contrôle du campus de l'Université d'Anbar dans la province d'Anbar (ouest de l'Irak) après un violent combat, dans lequel au moins neuf activistes ont été tués.
Plus tôt dans la journée, des dizaines d'hommes armés ont pris d'assaut le campus de l'Université d'Anbar, qui se trouve à la limite ouest de la ville de Ramadi, capitale de la province d'Anbar, bloquant des centaines d'étudiants et professeurs dans les bâtiments de l'école, selon la source.
Les troupes ont ouvert une brèche dans la clôture arrière de l'université pour laisser les étudiants et le personnel de l'université s'échapper en sécurité.
Les échanges de coups de feu entre des groupes armés et une force conjointe de l'armée et de la police ont duré tout au long de la journée dans la zone située autour de l'université. Neuf activistes ont été tués au cours de l'accrochage intervenu dans l'université.
Bien qu'on ne soit pas encore en mesure d'identifier les assaillants, ces derniers pourraient être des combattants de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), un groupe jihadiste ultra-radical lié à Al-Qaïda en Irak.

Ramadi
Ramadi est l'une des deux villes de la province d'Anbar dont les insurgés tribaux et sunnites se sont emparés plus tôt cette année. Les forces gouvernementales ont réussi à reprendre le contrôle de la partie centrale de la ville, tandis que ses banlieues et ses zones les plus éloignées sont toujours le théâtre d'attaques sanglantes menées par des activistes.

Falloujah
L’autre grande ville de la province d’al-Anbar, Falloujah, est toujours entre les mains des jihadistes de l’EIIL tandis que l’armée a pris position à l’extérieur de la ville.

Les provinces d'al-Anbar et de Ninive
La province d’al-Anbar est avec la province de Ninive (capitale Mossoul) un haut-lieu de la rébellion sunnite et de l’activité des Jihadistes d’al-Qaïda.

Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

10:06 Publié dans Etat Islamique, Falloujah, Irak, Ramadi | Lien permanent | Commentaires (2) | | | | |

Commentaires

En fait, vous faites le relais de l'AFP, le problème, c'est que la France ne comprend même pas ce qu'il se passe sur son territoire et on ne sait pas trop à quel jeu elle se donne.

Écrit par : Simon | 08/06/2014

Господин Симон !
Кто знает наверное, убежден ли он в чем или нет ?...и как часто мы принимаем за убеждение промах рассудка !

Écrit par : Belliard | 08/06/2014

Les commentaires sont fermés.