17/09/2018

Yémen : Le Hezbollah affiche son soutien aux Houthis du Yémen.

Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

Hassan Nasrallah, le chef du groupe militant chiite libanais Hezbollah, a récemment exprimé son soutien à l’insurrection Houthi soutenue par l’Iran au Yémen.
Bien que ses déclarations aient mis en colère les pays du Golfe et embarrassé les dirigeants du Liban, alliés des saoudiens , elles se sont révélées populaires auprès de la base chiite.
Dans son discours du 29 juin, Nasrallah a rendu un hommage particulièrement vibrant aux Houthis. « Moi, et tous mes frères et la résistance dans le monde… devrions nous incliner en hommage à ces combattants », a-t-il dit, avant d’ajouter : « J’ai honte de ne pas être parmi vous. »
Le gouvernement yéménite, soutenu par la Coalition arabe, a réagi avec indignation. Le ministre yéménite des Affaires étrangères Khaled Al Yamani a écrit à son homologue libanais Gebran Bassil pour se plaindre que Nasrallah  » intervenait de manière flagrante dans les affaires intérieures [du Yémen] « .
A la mi-août, deux mois après que la Coalition arabe ait lancé une offensive majeure pour reprendre le port yéménite de Hodeidah, le Hezbollah a poussé encore plus loin sa démonstration de solidarité lors de ses commémorations annuelles de la guerre de 2006 contre Israël.
Quelques jours plus tard, une réunion entre une délégation des Houthis et Nasrallah a été rendue publique pour la première fois. Selon Farea Al Muslimi, membre associé de Chatham House, un Think Tank sur les affaires internationales basé au Royaume-Uni, des réunions avaient déjà été organisées, mais elles avaient eu lieu  » sous la table « .
Le porte-parole des Houthis, Muhamad Abdulsalam, était à la tête d’une délégation, qui comprenait Abdel Malek El Ejri, membre du bureau politique des Houthis, et Ibrahim Al Dailami, directeur du réseau TV du groupe, Al Masirah.
L’objectif principal de la visite, a déclaré M. Al Ejri, était de remercier Nasrallah pour son soutien au peuple yéménite.
En mars 2015, l’Arabie saoudite est entrée en guerre avec plusieurs États arabes pour empêcher l’Iran de gagner de l’influence par l’intermédiaire des Houthis, qui avaient fait des progrès stratégiques dans le pays en capturant la capitale, Sanaa, et d’autres centres de population yéménite.
L’analyste politique libanais Lokman Slim, connu pour ses positions anti-Hezbollah, a déclaré que « la visite elle-même n’était qu’une séance photo« . Son véritable objectif était de faire comprendre aux Saoudiens que le Liban était devenu une « base arrière pour les Iraniens et les Houthis« .
Son analyse a été partagée par le ministre d’État des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, M. Anwar Gargash, qui a envoyé un tweet : « Le Liban ne peut pas être une base logistique ou politique pour les Houthis. Ignorer [cela] ne fera qu’exacerber ses répercussions« .
Les autorités libanaises n’ont pas réagi à la visite des Houthis malgré la désapprobation publique du Premier ministre Saad Hariri à l’égard des activités politiques du Hezbollah en dehors du Liban, en particulier en Syrie, où sa puissante milice combat aux côtés des forces du Bachar Al Assad depuis six ans.
Les relations entre le Hezbollah et les Houthis – deux groupes chiites – sont mutuellement bénéfiques, selon les analystes.
« Pour les membres du Hezbollah, la guerre au Yémen est simple : elle s’inscrit dans la continuité de la lutte historique entre sunnites et chiites« , déclare madame Hanin Ghaddar, chercheur de Friedmann invitée à l’Institut de Washington.
« De plus, parler du Yémen est une façon d’éloigner le débat sur la Syrie, une guerre avec laquelle les gens perdent patience. »
Le Hezbollah, qui agit en tant qu' »intermédiaire » au nom de l’Iran pour renforcer les capacités des Houthis, est un « pari sûr » pour les rebelles soutenus par Téhéran, déclare M. Al Muslimi.
« Le rêve des Houthis est d’imiter le Hezbollah et de faire partie d’un gouvernement [yéménite] tout en se maintenant comme milice. Abdel Malik Al Houthi [le chef du mouvement] brandit même le doigt comme Nasrallah dans ses discours« . Pourtant, alors que le Hezbollah vise à devenir une puissance régionale, les ambitions des Houthis se limitent aux frontières yéménites.
La nature de leur relation a fait l’objet de vifs débats. Mme Ghaddar dit qu’elle a personnellement interviewé des combattants du Hezbollah qui lui ont dit qu’ils étaient allés au Yémen. En juin dernier, la Coalition arabe aurait tué huit membres du Hezbollah.
La milice chiite le nie. « La relation entre Ansar Allah (nom officiel du mouvement Houthi) et le Hezbollah est purement politique« , a déclaré Samir Hassan, un analyste libanais proche du Hezbollah.
« La visite a été l’occasion pour les Houthis de présenter leur cas à un parti politique qui a de la sympathie pour leur cause« .
Les manifestations de solidarité du Hezbollah avec les Houthis constituent également une tentative de l’Iran de ne pas être mis à l’écart si un accord avec les Saoudiens venait à être conclu, selon M. Al Muslimi. « L’Iran craint que tout accord entre les Houthis et les Saoudiens se fasse à leurs dépens. »
Pas plus tard que l’année dernière, le porte-parole des Houthis, Muhamad Abdulsalam, a déclaré à un journal saoudien que son groupe était prêt à négocier avec le Royaume. Un « chemin de paix » est possible, a-t-il dit, ajoutant que  » les assurances et la compréhension saoudiennes » les avaient convaincues de participer aux pourparlers de paix au Koweït, qui ont échoué quelques mois plus tard.
« Il y a eu des tentatives [récentes] d’accord entre l’Arabie saoudite et les Houthis« , reconnaît M. Ejri. « Mais elles ne sont pas encore claires« . L’ambassade saoudienne à Beyrouth n’a pas répondu à une demande de commentaires.
Après l’échec des pourparlers de paix parrainés par l’ONU à Genève la semaine dernière, les combats autour de Hodeidah, que les Houthis contrôlent depuis 2014, se sont intensifiés. Plus de 70 combattants rebelles ont été tués alors que les Houthis reculaient devant l’avancée des troupes yéménites.
Au fur et à mesure que la guerre se prolonge, le principal allié des Houthis, l’Iran, pourrait être contraint de reconsidérer ses interventions à l’étranger en raison des sanctions américaines supplémentaires prévues un peu plus tard cette année.
Mais, comme le souligne Mme Ghaddar, si ces nouvelles restrictions poussent les modérés à quitter le pouvoir à Téhéran, le Corps des gardiens de la révolution islamique consolidera son pouvoir et les Houthis auront peut-être plus d’argent iranien que jamais auparavant à leur disposition.

Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le lundi 17 septembre 2018 - (Abonnement à partir de 12€/mois - voir détails sur le site)

  • Afghanistan: At least 27 security personnel killed as Taliban launches attacks in three provinces – Log in
  • Iraq: Troops Deployed to Turkish Border; 20 Killed or found dead in Iraq on Sunday 16 September 2018 – Log in
  • Libya: Tripoli, GNA is thinking of a police service for Mitiga airport – Log in
  • Syria: Putin announces agreement with Erdogan to create a “demilitarized zone” in Idleb – Log in
  • Syria: Since April, Israeli air strikes in Syria have killed113 Iranian soldiers according to the SOHR – Log in
  • Yemen: 7 civilians killed in air strike – Log in
  • Yemen: Hezbollah is flaunting its support for Yemen’s Houthis – Log in

04/12/2017

Yémen : L'ex-président Ali Abdallah Saleh a été tué par les chiites houthis

Ceci est un extrait de la newsletter adressée chaque jour aux abonnés par le groupe Ptolémée animé par Jean René Belliard.

Pour s'abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

Lire la suite

25/10/2017

Quel avenir pour le Yémen ? Par Jacques Myard

Yémen 

Quel avenir pour le Yémen ?
(Intervention de Jacques MYARD sur le Yémen au colloque international de l'Académie de Géopolitique de Paris le 18 octobre 2017 au Parlement européen à Bruxelles)
I - Caractéristiques du Yémen
Avant toute chose, il convient de rappeler les caractéristiques du Yémen, peu connu en Europe et en France en particulier.
C'est un pays de 527 970 Km2, il est presque aussi grand que la France
Population : 27 millions d'habitants
1800 tribus très actives. C'est donc un pays tribal avec tout ce que cela comporte de rivalités et d'alliances.
Son histoire est tourmentée et il a connu de très nombreux affrontements et guerres.
Abdallah Saleh, un berger, prend la tête du Yémen du Nord en 1978.
Le 22 mai 1990, Abdallah Saleh unifie le nord et le sud. La capitale est à Sanaa, le sud a un grand port maritime, ancienne base anglaise, Aden.
EN 1994, le sud fait sécession mais subit un échec militaire.
Sur le plan religieux, 30 à 40 % des Yéménites sont des chiites, zaydites, les Houthistes d'aujourd'hui du nom d'Hussein Al Houthi, tué en septembre 2004 par des frappes de la C.I.A.
65 à 70 % de la population est sunnite, néanmoins, les Zaydites, Houthistes et les Sunnites sont très proches sur le plan religieux et partagent des interprétations communes des règles religieuses. Il existe de nombreux mariages interreligieux.
Il ne s'agit donc pas d'une guerre entre Chiites et Sunnites. Les Houthistes habitants des montagnes du Nord du Yémen, guerriers aguerris, souhaitent une large autonomie et ont reproché au pouvoir central de les délaisser sur le plan économique.
Relevons qu'au sud, il existe désormais une forte présence d'Al Qaida en péninsule arabique (A.Q.P.A) ainsi que des éléments de l'Etat islamique (Daech) en raison de la faillite de l'Etat.
II - L'histoire du Yémen
L'histoire du Yémen est une histoire malheureusement faite de guerres dont les causes sont d'abord des rivalités tribales, les guerres sont déclenchées à partir de problèmes strictement internes au Yémen.
Les principales dates de ces multiples affrontements récents et de manière très résumée sont les suivantes :
2004 : Les Chiites, Zaydites dirigés par Hussein al Houthi se rebellent contre le pouvoir central de Sanaa
2005 : les Houthistes gagnent du terrain et se heurtent le long de la frontière nord à l'armée saoudienne.
L'Arabie saoudite effectue des frappes aériennes et accusent l'Iran d'aider les rebelles.
2011 : dans la vague du printemps arabe, en Tunisie et en Egypte, les Houthistes manifestent avec les étudiants pour contester le pouvoir du Président Ali Saleh qui réprime les manifestants mais se voit contraint de céder la pouvoir à son vice-président Rabbo Mansour Hadi qui devient Président et gagne les élections législatives.
2014 : Une conférence du dialogue internationale propose de faire du Yémen un Etat fédéral de 6 provinces ce qui donnerait aux Houthistes un territoire important plus vaste au sud mais les Houthistes refusent car ils exigent un accès à la mer.
Ils reprennent les combats et prennent Sanaa en septembre 2014 ainsi que la 3ème ville du pays en mars 2015, Taëz.
2015 : une coalition arabe dirigée essentiellement par l'Arabie saoudite, les Emirats arabes, et soutenus par les Etats-Unis, bombarde Sanaa. Le Président Hadi fuit Aden où il était réfugié pour l'Arabie saoudite.
2017 : les observateurs constatent les ravages d'une guerre oubliée ; malnutrition, développement du choléra, nombreuses victimes civiles femmes et enfants, notamment lors de la célébration d'un mariage et lors d'un office funéraire ce qui provoque une très forte émotion dans le monde et met en accusation l'Arabie saoudite, en 2015 et 2016.
III - Le Yémen victime des rivalités régionales
Ce qui était à l'origine un conflit interne et propre au Yémen, entre une région montagneuse délaissée par le pouvoir central, les Houthistes, et la capitale Sanaa où régnait en maître le Président Saleh ,au pouvoir depuis 40 ans, devient à partir de 2004 l'enjeu d'une guerre par procuration. L'intervention de l'Arabie saoudite voit dans les Houthistes des alliés religieux, des alliés de l'Iran ce qui est loin d'être prouvé.
Dès 2004, la C.I.A, dans des opérations clandestines, intervient en représailles de l'attentat du destroyer USS Cole et c'est au cours de ces opérations que Hussein al Houthi est tué.
En janvier 2013, un cargo transportant des armes qui auraient été commandité par l'Iran est arraisonné en mer. L'Arabie saoudite dénonce fortement l'intervention de l'Iran mais à la même époque, personne ne parle des bateaux turcs qui livrent des armes aux Frères musulmans au sud.
En mars 2015, c'est le jeune prince héritier saoudien ben Salmane Al Saoud, âgé de 30 ans alors, qui obtient du roi d'intervenir, de lancer des bombardements, opération «  tempête décisive » en formant une coalition avec les Emirats arabes unis, le Qatar, l'Égypte, le Soudan, le Maroc, la Jordanie, le Koweït et le Bahreïn.
Le Qatar est exclu de cette coalition en juin 2017, dans le conflit qui les oppose à l'Arabie saoudite. L'Emirat d'Oman reste sagement en dehors de cette coalition. A l'évidence, à ce stade, l'Arabie saoudite est obnubilée par l'Iran et en intervenant au Yémen, qu'elle considère comme son arrière-cour, elle voit, à tort la main de Téhéran dans ce qui est en réalité un conflit interne au Yémen.
On a dit plus haut que l'opération « tempête décisive » avait été initiée par le jeune dauphin du Roi, ben Salmane, fils de la dernière épouse du Roi, qui voulait se faire reconnaître comme un chef de guerre charismatique afin de conforter son assise en Arabie saoudite.
Selon des informations, ce va-t'en guerre serait contesté en interne par de très nombreux chefs tribaux d'Arabie saoudite qui lui sont hostiles.
IV Le Yémen à l'O.N.U
La situation au Yémen a fait l'objet de nombreuses résolutions au Conseil de sécurité agissant en application du chapitre VII de la charte des Nations unies qui confère au Conseil de sécurité la possibilité de prendre des sanctions, voire user de la force militaire pour rétablir la paix.
La résolution 21-40 du 29 février 2014 a institué un comité, article 19, fixant des sanctions afin notamment de sanctionner les livraisons d'armes aux rebelles. Le Président Hadi est toujours aux yeux de la communauté internationale, le Président légitime même s'il n'a plus d'influence.
En parallèle, la résolution soutient la conférence du dialogue national sans exclusion comme le prévoit le Conseil de Coopération du Golfe afin de rédiger une nouvelle constitution établissant un État fédéral.
La résolution 22-14 du 14 avril 2015 reprend les dispositions de la résolution précédente tout en renforçant les sanctions à l'encontre notamment d'Abdallah Saleh, l'ancien Président, et soutient toujours le Président Hadi installé à Ryad.
A l'évidence, les décisions du Conseil de Sécurité apparaissent décalées par rapport aux réalités.
La « communauté internationale » part du principe que le seul Président légitime est le Président Hadi alors même qu'il n'a plus le contrôle du terrain et est rejeté par les Yéménites. De surcroît Al Qaida et des éléments de l'Etat islamique sont très présents dans le sud du Yémen.
V - Quelles solutions pour le Yémen
Il faut souligner qu'il y a une urgence, celle de pouvoir envoyer au Yémen des médicaments et de la nourriture pour faire face à la situation sanitaire déplorable notamment la propagation du choléra. Sur ce point précis, les États de l'Union européenne devraient se mobiliser et exiger des belligérants, la mise en place d'une intervention humanitaire.
De plus, il convient de reconsidérer la nature de cette guerre oubliée : les interventions extérieures essentiellement celles de la coalition internationale menée par l'Arabie Saoudite a transformé ce conflit interne en conflit international voyant dans les Houthis une tête de pont de l'Iran alors même qu'aucun combattant iranien ne se trouve au Yémen ce qu'attestent tous les experts.
Le premier pas pour aller à la paix est bien l'arrêt de l'intervention de la coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite avec le soutien des Etats-Unis.
La constitution d'un Etat fédéral est certainement la solution pour régler les problèmes des Yéménites entre eux à la condition toutefois, que les Houthistes puissent être satisfaits en ayant un accès à la mer. Pourquoi ne pas leur accorder et en donnant aussi satisfaction également à l'Arabie Saoudite qui souhaite pouvoir vendre son pétrole grâce à un oléoduc qui pourrait transiter par la province d'Hadramaout pour gagner le golfe d'Aden sans passer par le détroit de Bab-el-Mandeb qu'elle ne contrôle pas ?
Enfin, certains experts estiment d'une part que le Président Hadi n'a plus aucune chance d'être reconnu comme le Président légitime des Yéménites et que le fils de l'ancien Président Saleh, Ambassadeur retenu en résidence surveillée à Abu-Dhabi, Mohamed ben Abdellah Saleh pourrait être un candidat accepté par l'ensemble des Yéménites.
C'est d'ailleurs aux seuls Yéménites de décider de leur propre gouvernement en dehors de toute intervention étrangère mais en attendant une solution politique, il est urgent d'intervenir sur le plan humanitaire, le choléra et la famine gagnent du terrain chaque jour.