28/12/2017

Afghanistan : Au moins quarante personnes tuées dans un attentat contre une mosquée chiite à Kaboul

Au moins 40 personnes ont été tuées et 30 autres blessées lors d’un attentat suicide perpétré contre une organisation culturelle et religieuse chiite dans une région occidentale de la capitale afghane, Kaboul.2017_12_28.jpg
Le ministère de l’Intérieur a déclaré à la BBC que l’explosion suicidaire avait été suivie de deux autres explosions dans la région.
Le groupe Etat-Islamique a revendiqué l’attentat
Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué l’attentat, a rapporté son agence de propagande Amaq.
Le groupe extrémiste a dit avoir eu recours à trois bombes dont les explosions ont été suivies par une attaque suicide, selon l’agence. Ces derniers mois, l’État islamique a mené des attaques contre des cibles chiites dans tout le pays. Le 25 décembre, un kamikaze s’était fait exploser près du checkpoint de la Direction de la sécurité nationale sur la place Abdul Haq à Kaboul. L’attaque a également été revendiquée par l’Etat islamique.
Le porte-parole adjoint du ministère de l’Intérieur, Nasrat Rahimi, a déclaré à l’Agence France-Presse: « La cible de l’attaque était le centre culturel de Tabayan. Une cérémonie était organisée pour marquer le 38e anniversaire de l’invasion soviétique en Afghanistan quand l’explosion a éclaté. »

Un certain nombre d’étudiants auraient assisté à un forum de discussion avec des membres du groupe des médias dans les bureaux.
Le chef de la presse afghane, le service des médias de l’organisation chiite, a déclaré que jusqu’ à présent, des dizaines de corps avaient été transportés du bâtiment et que des fonctionnaires ont rapporté que des dizaines d’autres corps avaient été amenés à l’hôpital.
En octobre, au moins 39 personnes ont été tuées lors d’une attaque contre une mosquée appartenant à la minorité chiite.

Lire la suite

19:17 Publié dans Afghanistan, Amaaq, Etat Islamique, Etat islamique, Kaboul | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

08/11/2017

L'Etat islamique fait l'éloge posthume d'un membre important du Mouvement islamique d'Ouzbékistan (MIO) tué en Irak

Ouzbékistan 
MIO
L'Etat islamique fait l'éloge posthume d'un membre important du Mouvement islamique d'Ouzbékistan (MIO) tué en IrakAbdul-Hakim-al-Tatari.png
Dans la dernière parution de son bulletin Al Naba, l'Etat islamique a fait l'éloge d'un combattant tatare russe mort en combattant à Baiji, en Irak, quelques jours seulement après son arrivée sur le champ de bataille.
Avant de rejoindre l'État islamique, ce jihadistes avait fait une longue carrière au sein du Mouvement Islamique d'Ouzbékistan (MIO.  
Un Tatar âgé de 53 ans 
Selon le bulletin, Abdul Hakim al Tatari était âgé de 53 ans, ayant femme et enfants. Il avait rejoint le MIO il y a près de 15 ans après avoir quitté la Russie. On ne sait pas de quelle région de Russie il était originaire, cependant, sa kunya suggère qu'il était d'ethnie Tatar.
La plupart des Tatars de Russie vivent au Tatarstan et au Bachkortostan. 
Selon Al Naba, al-Tatari
aurait combattu aux côtés du MIO dans les zones tribales pakistanaises avant de rejoindre l'État islamique en 2015 avec une grande partie du groupe. 
L'émir du MIO, Usman Ghazi, avait fait allégeance à Abou Bakr al Baghdadi et  rejoint le groupe jihadiste Wilayat Khorasan, appartenant à l'Etat islamique. Peu après avoir rejoint l'État islamique, les partisans de Ghazi s'étaient joints à d'autres combattants de l'État islamique dans la province de Zabul, en Afghanistan, s'affrontant aux Talibans. Beaucoup de membres de l'Etat islamique, parmi lesquels Ghazi, ont été tués au cours d'affrontements avec les talibans. Mais des dissidents du MIO sont toujours en Afghanistan et se battent aux côtés des Talibans et d'al-Qaïda.
A noter que le chef du Parti Islamique du Turkistan critique le califat "illégitime" de l'Etat islamique et la faction du Mouvement Islamique d'Ouzbékistan qui a rejoint l'EI. 
Peu de temps après avoir rejoint Wilayat Khorasan, Al Tatari a gagné la Syrie avec sa femme, ses enfants et d'autres membres du groupe. Pour gagner la Syrie, le groupe est passé par le Waziristan, au Pakistan, en Afghanistan, puis de nouveau au Pakistan avant d'entrer en Iran et en Turquie.
De Turquie, Tatari est entré en Syrie après un voyage de deux mois. 
Le groupe a payé environ 2 000 $ par personne pour faire le voyage et payer les documents nécessaires.
Le groupe aurait changé de véhicules près de 50 fois et marché pendant des dizaines de kilomètres. 
Selon Al Naba, Al Tatari a demandé à être transféré en Irak quatre jours après son arrivée en Syrie et a rejoint les jihadistes combattant dans la ville de Baiji. C'est là qu'il a été tué au combat.
Le bulletin ne donne pas la date exacte de sa mort, mais la ville a été reprise par l'armée irakienne et diverses milices soutenues par l'Iran en octobre 2015. 
Al Naba a déjà publié la nécrologie de plusieurs militants morts en Irak ou en Syrie. Par exemple, Abou Omar al Turkistani, ancien commandant du Jihad islamique, tué par la frappe d'un drone américain en Syrie après avoir rejoint une unité d'Asie centrale affiliée à al-Qaïda à Edleb.

 

03/09/2017

Pas de perspective pour l'Afghanistan

Guerre de communiqués à propos de la chute d'un hélicoptère américain 
Le 30 août, les Taliban ont affirmé avoir abattu un hélicoptère américain dans la province afghane de Logar et tué 20 soldats américains au cours de l'attaque. 
Un porte-parole de l'armée américaine en Afghanistan, Bob Purtiman, a nié les allégations des Taliban et a déclaré que l'hélicoptère avait eu un problème technique et fait un atterrissage préventif.
Selon Purtiman, l'hélicoptère a été récupéré avec succès.
Trump envoie 4.000 soldats supplémentaires en Afghanistan 
Le 22 août, le président Donald Trump a annoncé un plan visant à déployer 4.000 soldats supplémentaires en Afghanistan et à enfin gagner la guerre la plus longue menée par les États-Unis.
À l'heure actuelle, il y a environ 9 800 soldats américains et 25.197 contractuels sur le terrain dans ce pays déchiré par la guerre. 
Les taliban ont répondu à l'annonce de Trump par une augmentation du nombre des attaques  contre l'OTAN et les forces gouvernementales, promettant de transformer l'Afghanistan "en un cimetière pour l'Empire américain".  
Les Taliban ont étendu leur contrôle sur une douzaine de districts 
Le 25 août, des militants taliban sont entrés dans le district de Kas Uruzgan, dans le centre de l'Afghanistan, après avoir percé les lignes de défense de l'armée afghane. Au cours du même mois, les taliban ont capturé plus de 10 centres de district. Les forces gouvernementales, même avec l'aide de l'armée américaine, n'ont pas réussi contenir les assauts des taliban.
La situation sécuritaire reste très compliquée 
Les forces américaines  sont entrées en Afghanistan en 2001 pour chasser les taliban du pouvoir. Washington les accusait d'héberger les auteurs des attentats du 11 septembre 2001 qui avaient coûté la vie à plus de 3000 personnes. Depuis lors, la Maison Blanche lutte pour tenter de protéger un gouvernement allié aux États-Unis.
Cependant, la situation sécuritaire reste très compliquée pour les États-Unis et ses alliés. 
Les taliban sont toujours implantés en Afghanistan et ont même réalisé de nouveaux gains ces dernières années.  
A part poursuivre la guerre, il n'y a pas de stratégie claire pour ramener la paix 
Aujourd'hui, les taliban ont mis en place une structure d'organes administratifs et judiciaires locaux qui couvrent une grande partie du territoire afghan et qui n'est pas moins efficace que les structures administratives gouvernementales. 
À ce jour, il n'y a pas de perspective claire pour un rétablissement de la paix et un accord national dans le pays.
En fait, à part poursuivre la guerre, on voit mal quelle autre stratégie pourrait être menée dans le pays pour rétablir la sécurité et la paix civile. 
7 août 2017 - Zones d'activités des insurgés.jpg
Jean René Belliard