23/10/2017

Syrie : Les forces pro-gouvernementales préparent une nouvelle offensive au sud d'Alep

Syrie 
Les forces pro-gouvernementales préparent une nouvelle offensive au sud d'Alep
(De notre correspondant en Syrie, Fahd M.)
Les forces pro-gouvernementales sont en train d'acheminer des unités de choc dans la région au sud d'Alep, ce qui semble indiquer qu'une nouvelle offensive est sur le point d'être lancée contre les groupes rebelles dans cette région.
D'ailleurs, l'armée de l'air russe a effectué au moins cinq frappes aériennes contre les positions de la coalition jihadiste Hayat Tahrir ash-Sham (ex-Front al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda) sur la colline de Tal al-Makbara dans la zone d'al-Buwayder. Des drones russes ont également survolés la zone où ont eu lieu les bombardements.
 
Jean René Belliard

22/10/2017

Syrie : Les Forces Démocratiques Syriennes s'emparent de l'important gisement pétrolier d'Omar

Syrie 
OmarFields
Les Forces Démocratiques Syriennes s'emparent de l'important gisement pétrolier d'Omar
Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une alliance rebelle kurdo-arabe soutenue par les Etats-Unis, ont finalement gagné la course de vitesse qui l'opposait aux forces pro-gouvernementales pour le contrôle des importants gisements pétroliers et gaziers d'Omar. Les FDS ont annoncé avoir pris dimanche le contrôle, dimanche 22 octobre, de ce gisement pétrolier.
Le gisement d'al-Omar, sur la rive orientale de l'Euphrate, est l'un des principaux champs pétroliers du pays. Il était jusqu'ici tenu par les jihadistes de l'Etat islamique (Daech).
"Nos forces ont réussi à libérer ce gisement sans dégâts notables", a déclaré Lilwa al Abdallah, une porte-parole de l'offensive lancée dans la province de Deir ez-Zhor. Le gisement d'al-Omar est situé à une dizaine de kilomètres au nord de Mayadin, ville reprise mi-octobre à l'EI par les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés.
Les FDS, à l'est de l'Euphrate, et les forces pro-Bachar el-Assad, sur l'autre rive, sont engagées dans deux offensives concurrentes contre l'EI. Des discussions entre la coalition sous commandement américain, qui appuie les FDS, et l'armée russe, qui soutient les forces du régime, ont régulièrement lieu pour éviter tout risque d'incidents.
Communiqué des FDS :
"Nos forces ont mené une opération militaire de grande envergure visant la concentration de mercenaires dans les champs de pétrole d'Omar aux premières heures de la matinée (22 octobre 2017) afin de venir à bout des mercenaires et de leur ôter l'occasion de commettre des actes de sabotage à cause de leurs défaites dans les régions libérées. Nos forces ont, par conséquent, libéré les anciens champs des militants et les ont chassés des champs avec peu de dégâts. 
Nos forces continuent à traquer les survivants qui se sont réfugiés dans le quartier d'hébergement des ouvriers adjacent aux champs où ils se sont mis à l'abri dans ces bâtiments, tandis que nos forces s'affrontent avec eux pour les expulser ou les éliminer 
Laila Al Abdullah, porte-parole officielle de la campagne Asefat AL-Jazeera."

Jean René Belliard

ptolemee@belliard74.com

21/10/2017

Egypte : Au moins 58 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes

Egypte
Bahariya
Au moins 58 policiers et soldats tués dans des combats avec des islamistes
(De notre correspondant en Egypte, Ossama I.)
Au moins 58 policiers du Département de la sécurité nationale et des forces spéciales, dont 23 officiers parmi lesquels un général et un lieutenant-colonel,  ont été tués dans des affrontements avec une centaine d'éléments islamistes dans la région d'al-Wahat al-Bahariya, dans le gouvernorat de Gizeh, à environ 370 kilomètres du Caire. En plus des 58 policiers et soldats tués, plusieurs membres des forces de l'ordre seraient tombés entre les mains des jihadistes.
ll s'agit d'un des plus lourds bilans humains depuis le lancement en 2013 par des groupes extrémistes d'une vague d'attaques contre les forces de sécurité.
Les faits - ce qu'on connaît
Les autorités sécuritaires égyptiennes ont commencé par arrêter quatre terroristes qui auraient révélé, au cours de leur interrogatoire, l'existence d'un camp de jihadistes et donné tous les détails.
Les Forces de sécurité nationale et les forces spéciales ont alors reçu l'ordre de mener une opération militaire contre ce camp. Elles se sont mis en route à l'aube du vendredi 20 octobre en direction du camp des islamistes sur la route du désert.  Aux environs de Kilo 135, un détachement a quitté la route, laissant le reste des troupes sur la route  principale menant aux oasis. Le détachement a pénétré dans la montagne sur une profondeur d'environ 15 km. C'est là qu'il a  été pris en embuscade par les islamistes.
Il n'y avait pas de couverture aérienne et le détachement a été incapable de contacter le reste de l'expédition au moyen de téléphones satellitaires Thuraya ou au moins de contacter les exploitations pétrolières qui se trouvent dans la région.  
L'alerte a finalement été donnée par deux policiers qui, bien que blessés, ont réussi à s'échapper.   
Le groupe d'Hisham al-Ashmawi - affilié à Daech
Hisham al-Ashmawi 
 
Il semble que le détachement soit tombé sur une centaine de jihadistes dirigés par Hisham al-Ashmawi qui a créé un groupe affilié à Daech et qui circule entre la Libye et l'Égypte dans un désert qu'ils connaissent parfaitement et où ils connaissent l'emplacement de chaque point d'eau. Quatre officiers de police radicalisés se trouveraient au sein de ce groupe selon les quatre islamistes interpellés et qui ont révélé l'existence du camp. Ashmawi, lui-même, est un ancien officier de l'armée égyptienne. Il a été renvoyé de l'armée en raison de ses relations avec des groupes terroristes. Il a rejoint les jihadistes en Syrie et est ensuite retourné en Egypte en 2013. 
Opération militaire avec blindés et aviation pour anéantir les terroristes 
Le ministère de l'Intérieur a indiqué que les forces de sécurité égyptiennes menaient actuellement des opérations de ratissage sur la route d'al-Wahat al-Bahariya pour appréhender les terroristes. 30 véhicules, dont 20 véhicules blindés et des avions de combat seraient maintenant engagés dans l'opération des forces de sécurité égyptiennes dans l'oasis de Bahariya.
L'agence de presse Amaq, liée à l'Etat islamique, n'a signalé aucun affrontement avec l'armée ou les forces de sécurité égyptiennes dans la province de Gizeh.
Première fois que la présence de l'EI est révélée au centre de l'Egypte 
S'il se confirme que les affrontements dans l'oasis de Bahariya ont bien opposé les forces de sécurité égyptiennes à des membres affiliés à l'Etat Islamique, ce serait la première fois que la présence de l'EI serait repérée au centre de l'Egypte. Jusqu'ici, les combattants de l'EI étaient essentiellement actifs dans le désert du Sinaï. 

Jean René Belliard

ptolemee@belliard74.com