15/12/2017

Russie : Le FSB empêche des attentats terroristes à Saint-Pétersbourg

Russie   
SaintPetersbourg
Le FSB empêche des attentats terroristes à Saint-Pétersbourg
    
Le Service fédéral de sécurité (FSB) a empêché à Saint-Pétersbourg des partisans de l'État islamique (Daech) de commettre des attentats, a révélé le directeur du FSB, Alexander Bortnikov.   
Les agents du FSB ont démantelé une cellule terroriste pilotée
par des chefs jihadistes de l'étranger via le service en ligne cryptée Telegram.
"Le FSB a mis fin à Saint-Pétersbourg aux activités illégales d'une cellule clandestine de membres de l'EI, qui s'apprêtait à commettre des attentats le 16 décembre", ont indiqué les services de sécurité dans un communiqué, cité par l'agence publique RIA Novosti. 
Selon les plans des terroristes, un kamikaze devait se faire exploser le 16 décembre au sein d'une institution religieuse orthodoxe à un moment où aurait été rassemblée une foule de fidèles. Ce groupe planifiait également des "tueries et des explosions dans des endroits très fréquentés" de l'ancienne capitale impériale russe, précise le communiqué.
Les sept membres de la cellule ont été interpellés les 13 et 14 décembre. Des explosifs, des composants d'engins explosifs, des armes automatiques, des munitions et de la littérature extrémiste ont été saisis. Un laboratoire de fabrication de bombes a été détruit.
Le chef du FSB craint l'arrivée des revenants jihadistes
Cette annonce intervient alors que le chef des services secrets, Alexandre Bortnikov, avait indiqué, mardi 12 décembre, craindre l'arrivée sur le territoire russe de jihadistes de retour de Syrie, où le groupe jihadiste a perdu ses positions notamment grâce au soutien militaire de la Russie au régime de Damas.
18 attentats majeurs évités en Russie
Selon le directeur du FSB, Alexander Bortnikov, 18 attentats terroristes majeurs ont été évités grâce à l'action de l'agence de sécurité.
Les agents du FSB ont notamment démantelé, mardi  12 décembre, une cellule de trois membres de l'EI originaires d'Asie centrale, accusés de préparer des attentats-suicide à Moscou pour le Nouvel an et pendant la campagne pour l'élection présidentielle prévue en mars.
2.900 jihadistes russes ont combattu en Irak et en Syrie 
Selon le FSB, près de 2.900 jihadistes russes, en majorité originaires des instables républiques musulmanes du Caucase, ont combattu en Irak et en Syrie, auxquels s'ajoutent plusieurs milliers de combattants issus des pays d'Asie centrale, qui comptent une importante diaspora en Russie.
La Russie a été frappée par plusieurs attentats cette année, dont un en avril dans le métro de Saint-Pétersbourg, qui avait fait 14 morts. 

 

14/12/2017

Daech menace les Etats-Unis suite à la décision de Washington sur Jérusalem

Etats-Unis
Menaces
Daech menace les Etats-Unis suite à la décision de Donald Trump sur Jérusalem    
L'Etat islamique (EI) a menacé de commettre des attentats sur le sol américain après la décision du président Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, selon un compte du groupe islamiste sur le réseau de messagerie internet Telegram.
Dans un message intitulé "Attendez-nous" et "L'EI à Manhattan", le groupe dit qu'il va mener des opérations et présente des images de Times Square ainsi que de ce qui semble être une ceinture explosive et un détonateur.
"Nous mènerons encore plus d'opérations sur votre terre, jusqu'à la dernière heure, et nous vous brûlerons dans les flammes de la guerre que vous avez déclenchée en Irak, au Yémen, en Libye, en Syrie et en Afghanistan. Vous n'avez qu'à attendre", poursuit le message.
"Votre chien Trump a reconnu Jérusalem comme la capitale d'Israël, nous allons reconnaître les explosifs comme la capitale de votre pays", ajoute-t-il.

 

20:04 Publié dans Etat Islamique, Etats-Unis, Jérusalem, New York, Trump Donald | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | |

12/12/2017

Tirs de roquettes de Gaza vers le Sud d'Israël et représailles de Tsahal

Israël-Cisjordanie-Gaza 
Incidents
Tirs de roquettes de Gaza vers le Sud d'Israël et représailles de Tsahal        
(De notre correspondant en Israël, Nathan R.)
L'armée de l'air et les chars de l'armée israélienne ont frappé plusieurs cibles du Hamas dans la bande de Gaza dans la nuit du lundi 11 au mardi 12 décembre. 
Les actions militaires de Tsahal sont été exécutées en réaction à une nouvelle attaque de missiles en provenance de Gaza en direction du territoire israélien.
Israël tient le Hamas pour responsable de ce qui se passe dans la bande de Gaza, a indiqué le service de presse de l'armée. 
Le Centre palestinien d'information contrôlé par le Hamas et l'agence palestinienne Safa ont confirmé que l'armée israélienne avait pris pour cible une position du Hamas près de Beit Lahiya, au nord de la bande de Gaza. Deux obus sont tombés sur cet objectif et trois autres plus au nord. Il y a eu des dégâts mais pas de victimes.
Les frappes israéliennes étaient une réponse au tir de plusieurs roquettes, lundi à 23H32. Ces tirs ont pris pour cible des colonies israéliennes proches de la frontière avec Gaza dans  les secteurs d'Ashkelon et de Lakis.
Batteries Dome de fer en action 
La station de radio « Beth Kahn » a donné le chiffre de six roquettes palestiniennes, dont deux ont été abattues par le système de défense antimissile « Iron Dome ». Les quatre autres sont tombées dans des terrains vagues. Personne n'a été blessé et aucun dommage matériel n'a été enregistré.
Il s'agit du deuxième bombardement palestinien du territoire israélien à partir de la bande de Gaza au cours des dernières 24 heures. À 19h15, une roquette était déjà tombée dans un terrain vague du district d'Eshkol.
Après ce premier tir, l'armée de l'air et les chars de Tsahal avaient riposté sur une position du Hamas près de Khan Yunes, dans le sud de la bande de Gaza 
Décembre 2017 a connu la plus forte intensité d'attaques à la roquette depuis la bande de Gaza au cours des trois dernières années. Selon l'armée israélienne, des missiles ont été tirés à partir de Gaza en direction du territoire israélien les 7, 8, 11 et 12 décembre. A chaque fois, Tsahal, l'armée israélienne, a riposté par des frappes aériennes ou d'artillerie contre des positions du Hamas à Gaza. Le 10 décembre, les soldats israéliens ont également détruit un tunnel menant de Gaza en Israël.
Cependant, selon les informations disponibles, les militants du Hamas - une organisation de la résistance qui dispose du plus grand nombre de fusées de toutes les organisations palestiniennes - ne sont pas encore impliqués dans les bombardements du territoire israélien. 
La responsabilité des attaques à la roquette des derniers jours incombe aux Brigades  Nasser Salah al-Din, l'aile militaire des Comités de résistance populaire.
Les tirs se sont intensifiés après l'appel du Hamas à organiser des "jours de colère" contre la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale de l'Etat hébreu.   
Mardi 12 décembre à 19H31 : Nouvelle tentative de tir d'une roquette depuis Gaza
(De notre correspondant en Israël, Nathan R.) 
Selon le service d'information de la 10ème chaîne, vers 18h15, les FDI (armée israélienne) ont enregistré une tentative de lancement d'une roquette depuis la bande de Gaza vers Israël. 
Le lancement a été effectué depuis la zone d'Al-Atatra, au nord de la bande de Gaza.
La roquette est tombée sur le territoire de l'enclave palestinienne.  
Les sirènes d'alarme n'ont pas retenti dans les localités israéliennes proches de la frontière.